Lathraea clandestina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lathrée clandestine)
Aller à : navigation, rechercher

Lathraea clandestina, la lathrée clandestine, est une espèce de plantes de la famille des Scrophulariaceae selon la classification classique, ou de celle des Orobanchaceae selon la classification phylogénétique.

Habitat[modifier | modifier le code]

La lathrée clandestine pousse de préférence dans les boisements humides ou frais des fonds de vallées, en général à proximité de ruisseaux où elle parasite les racines de divers arbres (peupliers, saules, aulnes, chênes ou noisetiers) aux dépens desquels elle se nourrit. C'est une holoparasite, qui n'a ni feuilles ni chlorophylle et puise sa nourriture dans les racines de ses hôtes grâce à des suçoirs.

Description[modifier | modifier le code]

Lathrée clandestine en boutons

La partie souterraine, qui peut peser plusieurs kilos, est constituée de tiges blanches couvertes d'écailles charnues.

Les fleurs de 4 à 5 cm, longuement pédicellées, apparaissent au ras du sol en avril - mai. La couleur normale des fleurs est le violet pourpré ou bleu-violacé mais il peut arriver - rarement - de rencontrer des pieds ou des colonies à fleurs plus pâles, roses voire entièrement blanches.

Les fruits mûrs sont capables de projeter leurs 4 à 5 grosses graines à une certaine distance dans l'espace environnant. La plante disparaît ensuite de la surface jusqu'au printemps suivant. Les plantules développées à partir des graines mettront environ dix ans avant de produire leurs premières fleurs.

L'absence totale de vert indique la nature parasite de l'espèce qui, dépourvue de chlorophylle, se fixe sur les racines de l'hôte pour prélever les nutriments nécessaires à sa croissance. Étant donné qu'elle fleurit et fructifie durant la montée de la sève au printemps, les hôtes ne souffrent que très peu de ce parasitisme.

Répartition[modifier | modifier le code]

Fruit de la lathrée clandestine

Sa répartition est essentiellement atlantique, depuis la Belgique, où elle est localement abondante dans les Ardennes flamandes, jusqu'en Espagne. Elle est aussi localement présente en Italie.

Son aire de répartition principale et continue est franco-ibérique[1]. En France, on la trouve presque exclusivement au sud-ouest du cours de la Loire jusqu'aux Pyrénées, avec une extension au nord de la Loire vers le sud-est de la Bretagne et les départements de la Mayenne, de l'Orne et de la Sarthe. Elle est protégée dans certains départements. Cette lathrée est relativement commune dans les zones humides du département de la Charente et de la Charente-Maritime où elle n'est pas protégée.

En Espagne, elle n'occupe pratiquement que la cordillère Cantabrique, jusqu'en Galice où elle est rare.

Le fait que ses populations en Belgique et en Italie sont très éloignées de l'aire continue franco-ibérique laisse supposer qu’elles doivent être originellement le résultat d’une introduction accidentelle par des plants d’arbres parasités. La plante est par ailleurs introduite çà et là ailleurs en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Angleterre.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ivo Pauwels, La clandestine, un parasite superbe – Le crocus en concurrence ? Les Jardins d’Eden, 10 : 68-69, 1999
  • Jacques Lambinon et al., Nouvelle Flore de la Belgique, du Grand-Duché de Luxembourg, du Nord de la France et des régions voisines (cinquième édition), 2004, Editions du Patrimoine du Jardin botanique national de Belgique, Meise.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Dupont, P., 1962. La flore atlantique européenne. Introduction à l'étude du secteur ibéro-atlantique. Documents pour les cartes des productions végétales, Toulouse, p. 216-217.