Larry Gales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Larry Gales

Nom de naissance Lawrence Bernard Gales
Naissance 25 mars 1936
New York
Décès 12 septembre 1995 (à 59 ans)
Sylmar (Californie)
Activité principale contrebassiste
Genre musical jazz (hard bop)
Instruments contrebasse
Composition du groupe
Anciens membres Thelonious Monk's Quartet

Larry Gales est un contrebassiste américain de jazz. Il est probablement davantage connu pour avoir été membre du Thelonious Monk's Quartet de 1964 à 1969.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Tout jeune Larry Gales chante dans un groupe nommé Twilighters et se fait remarquer dans le quartier du Bronx à New York pour sa voix de fausset[a 1]. À 11 ans, il prend des cours de contrebasse avec George Duvivier[n 1]. Au cours de ses études au lycée, il apprend à jouer à la contrebasse et au violoncelle. Il a 20 ans en 1956 lorsqu'il s'inscrit à la Manhattan School of Music pour suivre des cours pendant deux ans[a 1],[1].

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Les années 1960 sont pour Larry Gales riches en rencontres et collaborations ; il joue notamment aux côtés de J. C. Heard et Buddy Tate en 1960, Eddie Davis et Johnny Griffin en 1961, Herbie Mann un an plus tard, Junior Mance et Joe Williams en 1964[2]. En septembre 1964, il intègre le Thelonious Monk's Quartet, qui en plus du pianiste Monk est constitué de Charlie Rouse au saxophone et de Ben Riley à la batterie. Le saxophoniste et le batteur le connaissent bien pour avoir collaboré auparavant ensemble. La participation de Gales dans le quartet dure jusqu'en janvier 1969. Ceci lui permet de beaucoup enregistrer et de faire des tournées à travers le monde[3]. Gales quitte le quartet et s'installe à Los Angeles. Il rejoint brièvement le Bobby Hutcherson - Harold Land Quintet en 1969 puis le trio d'Erroll Garner à l'occasion de l'ouverture du Hong Kong Bar (Los Angeles) au début du mois de mars[b 1]. Il travaille régulièrement sur la scène jazz locale avec Willie Bobo, Red Rodney, Sweets Edison, Benny Carter, Blue Mitchell, Clark Terry et Kenny Burrell[2].

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, il enregistre entre autres avec le tromboniste Bennie Green, les pianistes Mary Lou Williams et Jimmy Smith, les saxophonistes Sonny Stitt, Sonny Criss et Buddy Tate ou le chanteur de blues Big Joe Turner. Sa première séance d'enregistrement en tant que leader se déroule en 1990 pour l'album intitulé A Message From Monk et paru sur le label Candid[4]. Gales compose le morceau A Message From the High Priest et les cinq autres sont de Thelonious Monk[3].

Style[modifier | modifier le code]

Il est reconnu pour la rigueur de son tempo, sur un rythme plutôt rapide.

Ses solos variés et très rythmés le rendent reconnaissable. Les versions de solos les plus sidérantes sont ceux d'un concert en Pologne en 1966. Son style d'improvisation collait parfaitement à celui de Thelonious Monk. ( Soutenu, rythmé, régulier malgré quelques "imprévus volontaires" )

Lors de certains solos Lawrence Gales effectuait des dissonances malgré son rythme soutenu et respectant à la perfection la grille blues.

Son style d'improvisation était unique et avant gardiste.

Discographie[modifier | modifier le code]

En leader

Sortie Label Nom de l'album
1990 Candid A Message from Monk

En sideman (partielle)

Leader Label Sortie Nom de l'album
Bennie Green Jazzland 1961 Glidin' Along
Charlie Rouse Blue Note 1962 Bossa Nova Bacchanal
Thelonious Monk Columbia 1964 Monk
Live at the It Club
Live at the Jazz Workshop
1966 Straight, No Chaser

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. George Duvivier est le cousin de Larry Gales.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Carles, André Clergeat et Jean-Louis Comolli, Le Nouveau Dictionnaire du jazz, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2011, 1084 p. (ISBN 2-221-11592-9 et 9782221115923, OCLC 780309506), p. 465.
  2. a et b (en) Leonard Feather et Ira Gitler, The Biographical Encyclopedia of Jazz, Oxford University Press,‎ 2007, 744 p. (ISBN 978-0-195-32000-8 et 0-195-32000-X, OCLC 123233012), p. 242.
  3. a et b (en) Scott Yanow, « Larry Gates -Biography », sur allmusic.com (consulté le 25 aout 2012).
  4. (en) Candid Records, « Larry Gales - A Message From Monk », sur candidrecords.com (consulté en décembre 2010).
  1. a et b p. 362
  1. p. 193-194

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Larry Gales Biography, courte biographie de Larry Gales, allaboutjazz.com. Consulté en décembre 2010.