Larry Eyler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Larry Eyler
Information
Surnom The Highway Killer
Naissance 21 décembre 1952
Crawfordsville, Indiana, (États-Unis)
Décès 6 mars 1994 (à 41 ans)
(États-Unis)
Cause du décès SIDA
Condamnation 9 juillet 1986
Sentence Peine capitale
Meurtres
Nombre de victimes 20+
Période 22 mars 1982 - 31 août 1984
Pays États-Unis
États Indiana, Wisconsin, Chicago


Larry Eyler, né le 21 décembre 1952, était un tueur en série américain connu comme le tueur de l’autoroute.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Crawfordsville en Indiana, Eyler était le plus jeune de quatre enfants. Ses parents ont divorcé alors qu’il était encore jeune. Lâchant l’école près de la fin, il travailla à des emplois peu communs pour quelques années avant d’obtenir son diplôme. Des entrées sporadiques au collège entre 1974 et 1978 le laissèrent sans diplôme, et lorsqu’il eut assez d’argent, il déménagea à Chicago.

Larry Eyler était, sans que ses proches ne le sachent, en guerre avec lui-même, ayant des difficultés à accepter ses tendances homosexuelles qui à la fois le fascinaient et le repoussaient. Tout comme John Gacy, il dût apprendre à avoir des rapports sexuels là où il le pouvait et, par honte, se devait par la suite d’éliminer toute preuve de ses actes.

Crimes[modifier | modifier le code]

Le 22 mars 1982, Jay Renolds fut retrouvé mort, poignardé, à la frontière de Lexington, dans le Kentucky. Neuf mois plus tard, le 3 octobre, Delvovd Baker, 14 ans, fut étranglé et son corps jeté sur la bord de la route au nord d’Indianapolis. Le 23 octobre, ce fut au tour de Steven Crockett, 19 ans, qui se fit poignarder à 32 reprises avec trois blessures à la tête, laissé à l’extérieur de Lowell en Indiana. Le tueur se déplaça en Illinois le 6 novembre, laissant le corps sans vie de Robert Foley dans un champ au nord ouest de Joliet. La police fut lente à voir les similitudes, ignorant qu’elle avait déjà parlé avec un survivant. Drogué et battu près de Lowell le 4 novembre, Craig Townsend, 21 ans, s’était échappé de l’hôpital avant que les détectives n’aient complété leurs investigations.

Le meurtrier célébra Noël 1982 en abandonnant le corps de John Johnson, 25 ans, dans un champ à l’extérieur de Belshaw dans l’Indiana. Trois jours plus tard, ce fut un double meurtre, avec la découverte du corps de John Roach, 21 ans, près de Belleville, et du corps mutilé de Steven Agan, natif de la Terre Haute, laissé au nord de Newport, toujours en Indiana.

Les meurtres continuèrent au printemps de 1983, avec la plupart de l’action se situant dans l’Illinois. Au 2 juillet, le compte des corps en était à douze, avec les dernières victimes mutilées après leur mort, quelques-unes démembrées. Ralph Calise fut le malchanceux numéro 13, abandonné dans un champ près du lac Forest, dans l’Illinois. Il était mort depuis moins de douze heures lorsqu’il fut découvert, attaché à l’aide de vêtements et de collant chirurgical, poignardé à 17 reprises, ses pantalons baissés sur ses chevilles.

Le 30 septembre 1983, un patrouilleur d’autoroute de l’Indiana vit un camion pick-up stationné près de l’autoroute 65, avec deux hommes se déplaçant vers des arbres proches. L’un semblait être attaché, et l’officier alla investiguer, identifiant Larry Eyller comme était le propriétaire du camion. Son jeune compagnon accusa Eyler de lui avoir fait des propositions homosexuelles, lui demandant par la suite la permission de l’attacher. Une fouille du pick-up révéla la présence de bande chirurgicale, d’une corde à linge en nylon, d’un couteau de chasse souillé de sang humain. Les experts légaux notèrent que le type de sang concordait avec celui de Ralph Calise, alors que les traces de pneus et les empreintes des bottes de Eyler concordaient bien avec les traces du champ où Calise avait été découvert. Alors que l’enquête continuait, Eyler toujours en liberté, les meurtres se distancèrent. Le 4 octobre 1983, Derrick Hansen, 14 ans, fut découvert, démembré, près de Kenosha, dans le Wisconsin. Onze jours plus tard, un jeune « John Doe » fut découvert près de Rensselaer, dans l’Indiana. Le 18 octobre, on reporta quatre corps dans le comté de Newton, tous jetés ensemble sur une ferme abandonnée; une des victimes avait été décapitée, et elles avaient toutes leurs pantalons baissés, indiquant des motifs sexuels dans les attaques. Un autre « John Doe » fut récupéré le 5 décembre près d’Effingham, dans l’Illinois, et le compte monta encore 2 jours plus tard lorsque Richard Wayne et un homme non identifié furent retrouvés, morts, près d’Indianapolis.

Pendant ce temps, la police avait porté toute son attention sur Larry Eyler. Craig Townsend avait été retrouvé à Chicago, après s’être enfuit de l’hôpital de l’Indiana, et il avait identifié des photographies de Eyler à contrecoeur. Un autre survivant vint avec une déclaration similaire, mais les investigateurs voulaient leur homme pour homicide, et le cas circonstanciel était encore incomplet. Étant sous constante surveillance à Chicago, Eyler remplit une poursuite civile contre le bureau du sheriff du comté Lake, accusant les officiers de monter une campagne de « guerre psychologique » pour jouer avec sa tête. Sa demande pour un demi million de dollars fut refusée, et alors qu’il quittait le tribunal, Eyler fut arrêté pour le meurtre de Ralph Calise, gardé sous caution d’un million de dollars. La police jubilait jusqu’à ce qu’une audition antérieure au jugement le 4 février 1984, mena à l’exclusion de toute preuve provenant du camion de Eyler. Remis en liberté, le meurtrier s’en alla alors que les investigateurs essayaient tant bien que mal de récupérer leur cas. Le 7 mai 1984, David Block, 22 ans, fut retrouvé, assassiné, près de Zion dans l’Illinois, ses blessures se conformant à celles de ses prédécesseurs. La police put l'arrêter trois mois plus tard, le 31 août, lorsque le chien d’un concierge le mena à examiner les poubelles de Eyler, à Chicago. La police fut vite appelée pour ramener les restes de Danny Bridges, 15 ans, un homosexuel débrouillard dont le corps démembré avait été emballé avec précaution pour débarras.

L’arrogance de Eyler l’avait finalement défait. Les experts notèrent que les mutilations de Bridges étaient une copie conforme du cas de Derrick Hansen, à l’extérieur de Kenosha, en octobre 1983. Condamné pour l’attaque de Bridges le 9 juillet 1986, la peine de Eyler était la mort, mais avant que la sentence ne puisse être donnée, Eyler mourut du SIDA le 6 mars 1994. Ses confessions de 20 meurtres sur son lit de mort révélèrent qu’un complice de quelques meurtres était encore en liberté. Des investigations policières continuent.

Liens internes[modifier | modifier le code]