Larrivoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Larrivoire
Image illustrative de l'article Larrivoire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Les Bouchoux
Intercommunalité Communauté de communes Haut-Jura Saint-Claude
Maire
Mandat
Anne-Christine Donzé
2014-2020
Code postal 39360
Code commune 39280
Démographie
Gentilé Saint-Georges et Saint-Georgettes
Population
municipale
110 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 40″ N 5° 47′ 19″ E / 46.3444444444, 5.7886111111146° 20′ 40″ Nord 5° 47′ 19″ Est / 46.3444444444, 5.78861111111  
Altitude Min. 380 m – Max. 1 010 m
Superficie 6,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Larrivoire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Larrivoire

Larrivoire est une commune française située dans le département du Jura et la région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Larrivoire est composée des village de Larrivoire, de Samiat, de Samiset et du lieu-dit Sur Ciry.

Communes limitrophes :

Rose des vents Molinges Chassal Saint-Claude Rose des vents
Rogna N Coiserette
O    Larrivoire    E
S
Vulvoz, Les Bouchoux

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le village fut créé au XIIe siècle et appartenait à l'abbaye de Saint-Claude.
  • Le village fusionna en 1811 avec ceux de Samiset et Samiat pour former la commune de Larrivoire.
  • Lors de la Seconde Guerre mondiale en juillet 1944, le village fut entièrement brûlé à l'exception d'une ou deux maisons et le maire fusillé. Beaucoup de personnes avaient pris le maquis dans la forêt en haut du village. Ce sont les raisons pour lesquelles on trouve deux monuments aux morts dans cette commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2001 Joël Lamouret    
mars 2001 mars 2008 Dominique Coulon    
mars 2008 mars 2014 Guy Perrier[1]    
mars 2014 en cours Anne-Christine Donzé Apparenté PCF  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 110 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
86 81 542 285 275 234 244 245 234
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
226 212 228 208 196 223 205 194 168
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
722 699 158 157 160 134 129 54 71
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
58 48 62 52 101 108 100 99 110
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église :

L'église de Larrivoire accueille les catholiques de la commune et de villages voisins. Reconstruite plusieurs fois, l'église actuelle date de 1893, après la destruction partielle de la première par un cyclone. L'architecte Hytier Emile, surveillant des édifices du diocèse de Saint-Claude, était chargé du projet. La première église semble dater du XVIIIe siècle, et fut agrandie en 1832. [4]

Galerie[modifier | modifier le code]

Le village en noir et blanc[modifier | modifier le code]

Photos récentes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]