Larrivière-Saint-Savin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Larrivière-Saint-Savin
Église de Larrivière
Église de Larrivière
Blason de Larrivière-Saint-Savin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Mont-de-Marsan
Canton Canton de Grenade-sur-l'Adour
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Grenadois
Maire
Mandat
Jean-Luc Lamothe
2014-2020
Code postal 40270
Code commune 40145
Démographie
Population
municipale
593 hab. (2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 46′ 12″ N 0° 25′ 35″ O / 43.77, -0.426388888889 ()43° 46′ 12″ Nord 0° 25′ 35″ Ouest / 43.77, -0.426388888889 ()  
Altitude Min. 45 m – Max. 134 m
Superficie 16,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Larrivière-Saint-Savin

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Larrivière-Saint-Savin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Larrivière-Saint-Savin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Larrivière-Saint-Savin

Larrivière-Saint-Savin est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Tursan dans le vignoble du même nom. La commune jouxte la ville de Grenade-sur-l'Adour et celle de Saint-Maurice-sur-Adour dont elle n'est séparée que par le fleuve Adour.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dénomination[modifier | modifier le code]

Jusqu'au décret n° 2006-808 du 7 juillet 2006 portant changement de nom de communes, la commune portait officiellement le nom de Larrivière (appellation qui subsistera dans tous les documents antérieurs et restera fréquente dans de nombreux documents postérieurs).

Toponymie et origines[modifier | modifier le code]

Un camp gaulois et un mégalithe gravé du XIe siècle sont les rares traces d'un passé ancien.

La localité s'est d'abord appelée « Saint-Savin », la paroisse se développant au XIIe siècle autour de l'« oratoire de Saint-Savin », de style roman, qui fut détruit en 1569 par les protestants. Une église de style gothique lui succéda, elle-même détruite en 1860.

Article détaillé : saint Savin.

La commune avait abandonné son ancien nom pour celui de « Larrivière » et ce n'est qu'en 2006 que le nom de l'ancienne paroisse a été accolé au nom initial de la commune.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au 1er d'argent au carreau de gueules sur lequel broche un rais d'escarboucle accolé en orle et pommeté d'azur, au 2e d'or à trois pals de gueules, au 3e d'or à deux vaches de gueules, accornées, accolées et clarinées d'azur passant l'une au-dessus l'autre (de Béarn), au 4e de gueules au léopard d'or lampassé du champ; le tout posé sur une champagne d'argent chargée d'un bois de sinople sur lequel broche la chapelle du lieu, perronnée de trois degrés, d'or, ouverte et ajourée de sable[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2012 en cours Jean-Luc Lamothe DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 593 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 000 749 868 1 051 1 115 1 058 1 004 1 027 1 002
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
973 910 882 843 839 810 807 766 753
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
726 727 703 595 593 539 528 530 571
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
595 622 546 547 550 577 569 571 600
2011 - - - - - - - -
593 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean Manciet né le 21 juillet 1904 à Larrivière et décédé le 27 juillet 1973. Joueur de rugby à XV. Vainqueur du championnat de France de rugby à XV avec Toulon en 1931. Troisième ligne centre (1 m 75 90 kg).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Armorial de France
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011