Lanzo Torinese

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lans-l'Hermitage
Image illustrative de l'article Lanzo Torinese
Noms
Nom italien Lanzo Torinese
Nom francoprovençal Lans
Nom piémontais Lans
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Piedmont.svg Piémont 
Province Provincia di Torino-Stemma.svg Turin 
Code postal 10074
Code ISTAT 001128
Code cadastral E445
Préfixe tel. 0123
Démographie
Gentilé lanzesi
Population 5 303 hab. (31-12-2010[1])
Densité 530 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 00″ N 7° 29′ 00″ E / 45.26667, 7.4833345° 16′ 00″ Nord 7° 29′ 00″ Est / 45.26667, 7.48333  
Altitude Min. 525 m – Max. 525 m
Superficie 1 000 ha = 10 km2
Divers
Saint patron San Pietro in Vincoli
Fête patronale 1er août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Piémont

Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Lans-l'Hermitage

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Lans-l'Hermitage

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Lans-l'Hermitage
Liens
Site web http://www.comune.lanzotorinese.to.it/

Lans-l'Hermitage (Lanzo Torinese, en italien) , est une commune de la province de Turin dans le Piémont en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lanzo ou Lans se trouve aux pieds des Alpes occidentales et situé au débouché des vallées de Lanzo dont il est le centre habité le plus important. C’est un gros bourg construit en partie en plaine et partie en amphithéâtre (partie historique) à 526 mètres d’altitude, sur les flancs du mont Buriasco. La cité est traversée par le fleuve Stura et les torrents Tesso et Uppia.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon les premiers témoignages, Lanzo fut un important centre politique et administratif : vers l’an 1000, le premier toponyme est Curtis Lanceii. De 1011 à 1038, un château fut construit par Landolfo, archevêque de Turin, administrateur du fief et des vallées. Après des années de conflits, le fief passa à la Maison de Savoie puis au Marquisat de Montferrat. En 1159, l’empereur Frédéric Barberousse confirme l’archevêque de Turin comme unique possesseur de Lanzo (curtem de Lances). En 1305, avec la marquise Margherita, la cité devient un fief quasi autonome (castellania), avec tous les privilèges, dont la conviction (credenza) qui reconnaît au Conseil communal le droit de promulguer des lois, le droit de propriété et de commerce, la dispense pour les habitants de participer aux guerres au-delà des monts. Vers la moitié du XVIIe siècle, le Château de Lanzo, considéré comme un des plus importants du Piémont, est assiégé et conquis le 28 novembre 1551, puis détruit (1556-1557) par les Français commandés par le duc Charles de Brissac.

À la suite de la paix de Cateau-Cambrésis, le bourg retourne à la Maison de Savoie de Emmanuel-Philibert (1559), puis à sa mort, aux mains de sa fille naturelle Maria (1577), épouse de Philippe d'Este. Cette possession, qui devint un marquisat, concerne toutes les vallées de Lanzo (sauf Lemie et Ussel. La gouvernance des Este fut ruineuse pour Lanzo, qui perdit plusieurs privilèges par rapport aux pays limitrophes, comme le droit de prélever un impôt pour toute personne transitant sur le Pont du Diable (Ponte del Diavolo), unique voie de liaison entre Turin et les vallées.

Le 1er juillet 1725, le fief est vendu au comte Giuseppe Ottavio Cacherano Osasco della Rocca, puis en 1792 retourne à la famille royale. En 1798, à la suite de la Révolution française, Charles-Emmanuel IV, décidant d’abandonner ses territoires du Piémont pour se réfugier en Sardaigne, Lanzo passa aux mains des français puis des Autrichiens, puis occupé par les Russes de Savarow. À la suite de la bataille de Marengo le Piémont retourne aux mains des Français et Lanzo devient chef-lieu d’arrondissement pour être ensuite déclassé en district.

Au XIXe siècle, de centre agricole, Lanzo devient une cité et un lieu de villégiature pour les Turinois, vocation touristique accentuée par l’arrivée de la ligne de chemin de fer Turin-Cerès le 6 août 1876.

Le 26 avril 1945, la garnison allemande qui occupait Lanzo, se rend aux partisans.

Culture[modifier | modifier le code]

Lans appartient au groupe des vallées francoprovençales du Piémont. Elle partage le même patrimoine linguistique que le Val d'Aoste et les autres zones arpitanes de France et de Suisse. L'émigration ancienne vers la France a conservé ces liens culturels. La langue principale d'usage est cependant l'italien voire le piémontais depuis les années 1970.

Monuments[modifier | modifier le code]

Pont du Diable[modifier | modifier le code]

Le Pont du Diable sur la Stura di Lanzo

Le pont du Diable ou pont du Roc fut construit de 1378 à 1380, auquel sa hardiesse a valu son nom légendaire, franchit la Stura di Lanzo au point où, entre deux parois verticales, la rivière arrive en plaine. Les 1400 florins de l’époque représentaient le coût de construction, dépense soutenue par un impôt sur le vin qui dura 10 années. Ce pont servait à relier Lanzo et ses vallées avec Turin, permettant ainsi d’éviter le passage par Balangero, Mathi et Villanova, territoires gouvernés par les Princes de Acaja, et par Corio, sous le contrôle des Montferrat, hostiles à la Maison de Savoie.

Le pont construit selon la technique du dos-d'âne avec une seule arche d’une portée de 37 mètres, une hauteur de 16 m, une largeur de 2,27 m et une longueur totale de 65 m. En 1564, pour se prémunir de l’épidémie de peste qui sévit à Turin, le Conseil communal de Lanzo fait construire, au sommet du pont, une porte afin de surveiller et contrôler l’accès au territoire des étrangers et protéger le bourg de l’épidémie.
Le nom pont du Diable semble être un classique dans les pays latins : la référence au Diable, se rapporte à une multitude de légendes issues de croyances ou d’élucubrations autour d’un fait naturel, comme dans le cas présent de l’énorme cavité creusée par les eaux de la Stura sur la paroi de gauche, appelée Marmite du Géant (marmitta del Gigante) de plus de 7 mètres de hauteur et de 6 mètres à la base (visible derrière la petite chapelle) ; cavité naturelle attribuée au diable.

Tour civique d’Aymon II de Challant[modifier | modifier le code]

La Tour civique d'Aymon de Challant

Une première tour, ancêtre de l’actuelle, était déjà vers 1272, la porte d’accès au quartier (contrada) du bourg, par un chemin qui conduisait au château perché sur une hauteur du mont Buriasco.
La Tour actuelle (1329-1357) porte le nom d'Aymon de Challant (1305-1388), son constructeur et Châtelain de Lanzo de 1332 à 1357, au service de Marguerite de Savoie. Haute de 20,50 mètres, la tour est une fortification typique du XIVe siècle : la voûte en terre cuite du four, les restes d’arches et de créneaux. À l’intérieur, les niches et les tours de guet était couvertes, alors qu’un pont-levis et une imposante porte fermaient l’accès. Aujourd’hui, la tour abrite la bibliothèque civique A. Cavallari Murat, riche de 300.000 volumes, ainsi que le siège de la Société historique des vallées du Lanzo.

Église paroissiale de San Pietro in Vincoli[modifier | modifier le code]

Les origines de l’église remontent au XIe siècle, adjacente au château, elle fut abattue en 1543 par Giangiacomo Medici de Melegnano (Sans aucun lien de parenté avec les Médicis de Florence) pour isoler et défendre mieux le château. L’église fut reconstruite plus grande et rendu au culte en 1591. En 1872-1885, elle fut ornée d’un imposant et élégant clocher de 31 mètres.

Église de Santa Croce[modifier | modifier le code]

L'origine de l’actuelle église de Santa Croce (Sainte Croix) remonte à l’année 1200. La confrérie qui l’occupait y créa un hôpital ("Hospitium peregrinorum") pour secourir les étrangers et les pèlerins qui se rendaient à Saint-Jacques-de-Compostelle. L'activité hospitalière cessa en 1660, l’édifice fut réaménagée en maison du culte, un campanile fut érigé en 1776.

Sanctuaire de Loreto[modifier | modifier le code]

Érigée en 1618 suivant le modèle de la Sainte Maison de Lorette, l’église de Loreto fut construite en trois mois par les habitants de Lanzo.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
16 mai 2011 en cours Prof.ssa Tina ASSALTO Tradizione e futuro  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Oviglia, Fua, Ovairo, Brecco, Momello, Praile, Margaula, Colombaro, Grange, Cates

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Monastero di Lanzo, Coassolo Torinese, Pessinetto, Balangero, Germagnano, Cafasse

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]