Lanthenans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lanthenans
Image illustrative de l'article Lanthenans
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton l'Isle-sur-le-Doubs
Intercommunalité Communauté de communes des Isles du Doubs
Maire
Mandat
Albert Felez
2014-2020
Code postal 25250
Code commune 25327
Démographie
Population
municipale
64 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 44″ N 6° 37′ 41″ E / 47.3956, 6.6281 ()47° 23′ 44″ Nord 6° 37′ 41″ Est / 47.3956, 6.6281 ()  
Altitude Min. 389 m – Max. 592 m
Superficie 3,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lanthenans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lanthenans

Lanthenans est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sourans Rose des vents
Blussans N Hyémondans
O    Lanthenans    E
S
Anteuil

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Lanthenans en 1108; Lantenens en 1139[1],[2], Lantenas, Lantenens en 1147 ; Lantenans en 1150 ; Lantenanz en 1294[3]

Il s'agit d'un toponyme en -ing-os, suffixe de parenté et de propriété d'origine germanique (cf. allemand -ing-en) qui a donné les terminaisons -ans dans le Doubs, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort, précédé d'un nom de personne germanique Landwin ou Lantwin selon Albert Dauzat et Charles Rostaing[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La localité doit son existence au prieuré mentionné dès 1108, date à laquelle le pape Pascal II en confirma la possession aux religieux de Saint-Paul à qui Hugues-le-Blanc, chanoine de l'église métropolitaine de Besançon, l'avait confié[5]. À l'origine il y avait un couvent, fondé par Bonfils, chanoine de Saint-Paul[6] et bâti sur un site défriché par des religieux dès le IXe siècle. Auprès de celui-ci quelques habitations y ont été construites et leurs habitants ont participé au défrichement des proches vallons où vont s'élever les villages de Sourans et d'Hyémondans[7].

Au XIIe siècle, le prieuré était très important comme le montre ses possessions d'une dizaine d'églises des environs (Dannemarie, Maîche, Pompierre, Grand-Fontaine, Fessevillers, Chatenois, Belmont, Trestondans, Sainte-Marie et Sainte-Ursin de Grandvillars, Saint-Julien, chapelle de Cornol) en plus des dîmes de plusieurs paroisses (Lanthenans, Trémoins, Abbévillers) et une grande quantité de terres (Glainans, Hyémondans, Manbouhans, Sourans, Mancenans, Dambelin, Goux, Blussans, Saint-Maurice, Colombier-Supérieur, Vernoy, Anteuil, Saint-Georges, Tochenens, Aggenens, Branne, Fays, Belmont-les-Belfort) ; il était d'ailleurs placé sous le gardiennage des seigneurs de Neuchâtel-Bourgogne depuis 1294 quand Otton, comte de Bourgogne le remit à Thiébaud IV de Neuchâtel-Bourgogne ainsi que l'abbaye de Lieu-Croissant[7]. Cette importance lui valut d'être souvent revendiqué par les comtes de Montbéliard si bien que plusieurs papes durent le prendre sous leur protection. Mais malgré cela le prieuré perdit une grande partie de ses richesses à la fin de XIVe siècle lors des guerres que se livrèrent les seigneurs de Franche-Comté. Dans le courant du XVIIe siècle, lors de la guerre de trente ans, le prieuré fut pillé et incendié et ne se releva qu'en partie. Le 3 janvier 1792 il fut mis en vente comme bien national pour 9800 francs de l'époque à M. Bulliard. Il n'en restait plus qu'une des deux ailes qui le composait, ainsi que l'église. En 1824 la commune racheta le tout pour 4500 francs[7].

Liste des prieurs de Lanthenans[8][modifier | modifier le code]

  • Jean en 1162
  • Aimon en 1170
  • Jean de Roches en 1315
  • Jean de Naisey en 1321
  • Hugues de Châtillon en 1372
  • Henri de Sauvigney en 1360
  • Gui de Cicon en 1320 ( wikipédia famille de Cicon : ** Hugues, prieur à Lanthenans, élu abbé de Saint-Paul de Besançon en 1379)
  • Hugues de Montmartin en 1376
  • Pierre de Blamont en 1400
  • Jean de Blamont en 1420
  • Jean Armenier en 1439
  • Otte Armenier en 1443
  • Guillaume Armenier en 1488
  • Quentin Armenier en 1503
  • Jean de la Palud en 1507
  • Louis Colin en 1598
  •  ?
  •  ?
  •  ?
  •  ?
  •  ?
  • Guillaume-Eléonore Boutechoux en 1790, chanoine de Besançon

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lanthenans Blason D'azur à la nef d'or, habillée d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2002 2014 Albert Felez[9]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 64 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
150 116 162 188 195 196 197 174 153
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
165 133 153 131 122 103 107 103 116
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
112 97 90 91 85 54 59 58 64
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
69 58 79 66 60 65 66 66 61
2011 - - - - - - - -
64 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire des diocèses de Besançon et de saint-Claude, volume 1, Jean François Nicolas Richard, Librairie ecclésiastique de Cornu, 1847, p. 297.
  • Les deux Bourgognes: études provinciales, volume 6 et 7, Bureau de la revue, 1838, p. 141.
  • Recherches historiques et statistiques sur l'ancienne seigneurie de Neuchâtel au comté de Bourgogne, Jean François Nicolas Richard, 1840, p. 41, 42, 43, 65, 66, 68, 70, 115, 169, 279, 370.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz 1991.
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Réédition Guénégaud, Paris, 1979, p. 386.
  3. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 4, Besançon, Cêtre,‎ 1985
  4. ibidem
  5. Histoire des diocèses de Besançon
  6. Les deux Bourgognes
  7. a, b et c Recherches historiques et statistiques sur l'ancienne seigneurie de Neuchâtel au comté de Bourgogne
  8. annuaire départemental du Doubs
  9. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :