Langues sénoufo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne les langues sénoufo. Pour le peuple sénoufo, voir Sénoufos.
Langues sénoufo
Pays Côte d'Ivoire, Mali, Ghana, Burkina
Région En Cote d'Ivoire : Korhogo, Boundiali, Tingréla, Ferkessédougou, Tafiré , Katiola
Nombre de locuteurs 1 500 000 personnes comme langue maternelle
Classification par famille

Le sénoufo est un groupe de langues gur parlées par les Sénoufos au Mali (minyanka), en Côte d'Ivoire (senari), au Burkina Faso (karaboro) et au Ghana (nafaanra).

En 1996, une Organisation non gouvernementale, Savane Développement, a créé à Kolia, en Côte d'Ivoire, une école pour une scolarisation partiellement en langue maternelle : c'est le Centre scolaire intégré du Niéné (CSIN). Dans ce centre expérimental, les élèves reçoivent, du préscolaire à la fin de la première année du primaire, un enseignement en sénoufo ou en malinké, selon leur langue maternelle, et poursuivent par la suite leurs études en français[1].

Classification[modifier | modifier le code]

Carte de répartition des langues sénoufo
  • Sénoufo du Nord (Suppire-Mamara) :
    • Mamara (minyanka, mianka)
    • Nanerige (nanergé)
    • Sucite (sicite, sìcìté)
    • Supyiré (suppire)
    • Shempire (syempire)
  • Sénoufo central :
    • Langues karaboro :
      • Kar (ou karaboro oriental)
      • Syer-tenyer (ou karaboro occidental)
    • Langues senari :
    • Kpalaga (palaka)
  • Sénoufo du Sud
    • langue tagwana-djimini :
      • Djimini (dyimini)
      • Tagwana (tagouna)
    • Nafaanra (nafaara)

Lexique[modifier | modifier le code]

||

Sénoufo Français
fotamana bienvenue Chôlô Le mil
Chôlômimin poudre de mil
Tarri La terre
Tarrifôl Chef de terre ou propriétaire de terre
Gol poulet
Kacouhon la toux chez les Senoufo de Boundiali
Sinzangué Bois sacré chez les Sénoufo de Boundiali fotamana bienvenue
Gbinhin la saison sèche
zaha la pluie
Dala la maison
Shin homme
Sadjèn oiseau

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En 2001, le ministère de l'Éducation nationale a fait une évaluation de l'établissement d'enseignement et a décidé d'élargir l'expérimentation à dix autres langues : abidji, agni, attié, baoulé, bété, guéré, dan ou yacouba, koulango, mahou et sénoufo de Korhogo

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Chéron, Le dialecte sénoufo du Minianka, Geuthner, Paris, 1925, 167 p.
  • Maurice Delafosse, Vocabulaires comparatifs de plus de 60 langues ou dialectes parlés en Côte d’Ivoire et dans les régions limitrophes, Paris, 1904
  • Mary Laughren, Analyse plérématique du tyebari (un dialecte sénoufo), Université de Nice, 1973, 291 p. (thèse de 3e cycle)
  • Gabriel Manessy, « Recherches sur le phonétisme proto-sénoufo », Bulletin de la société de linguistique de Paris, 1996, vol. 91, n° 1, p. 265-296
  • Richard Mills, Dictionnaire sénoufo-français, Rüdiger Köppe Verlag, Cologne (Allemagne), 2003, 2 tomes, 1 503 p.
  • Jacques Rongier, Parlons sénoufo, L'Harmattan, 2002, 248 p. (ISBN 9782747520423)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]