Langues officielles de l'Organisation des Nations unies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Il existe six langues officielles utilisées par l'Organisation des Nations unies. Il s'agit de l'anglais, de l'arabe, du chinois (mandarin), de l'espagnol, du français et du russe.

Description[modifier | modifier le code]

Ces langues sont utilisées lors des réunions des différents organes de l'ONU, en particulier à l'Assemblée générale (Article 51 de son règlement intérieur) et au Conseil de sécurité[1]. Chaque représentant d'un pays peut s'exprimer dans l'une de ces six langues ou, s'il souhaite s'exprimer dans sa propre langue, il devra fournir un interprète qui traduira dans l'une des six langues officielles qui deviendra relais pour les cinq autres.

Les six langues officielles servent également à la diffusion de documents officiels. Tant que les documents ne sont pas disponibles dans les six langues officielles, ils ne sont pas publiés. Généralement, les textes dans les six langues font foi de manière égale. Ceci a pu poser quelques problèmes d'interprétation, en particulier la Résolution 242 du Conseil de sécurité, à propos des Territoires palestiniens occupés par Israël.

Quand les Nations unies ont été fondées en 1945, cinq langues officielles ont été choisies : l'anglais, le chinois mandarin, l'espagnol, le français et le russe. L'arabe a été ajouté le 18 décembre 1973, par la Résolution 3191 (XXVIII) de l'Assemblée générale des Nations unies.

Le Secrétariat des Nations unies utilise deux langues de travail : l'anglais et le français. Dans les faits, tous les Secrétaires généraux parlent ces deux langues couramment.

Représentativité des langues[modifier | modifier le code]

Les six langues officielles parlées à l'ONU sont la langue maternelle ou la seconde langue de 2,8 milliards de personnes sur la planète, soit près de 40 % de la population mondiale. Elles sont une des langues officielles de plus de la moitié des États du monde (une centaine).

Parmi les langues les plus parlées dans le monde, l'hindi (2e) et le portugais (5e) ne sont pas des langues officielles de l'ONU. Les nombreuses variantes constituant l'hindoustani complique leur reconnaissance en tant que langue officielle. L'hindoustani est peut-être aussi trop limitée dans l'espace mondial.

Cas du portugais[modifier | modifier le code]

Le portugais fait débat, et les lusophones prônent une plus grande reconnaissance de leur langue, puisque parlée en Europe (Portugal), Amérique (Brésil), Afrique (Angola, Mozambique, Cap-Vert, Guinée Bissau, Sao Tomé et Principe) et Asie (Timor-oriental, Macao, Goa) De ce fait, la CPLP demande un statut officiel de cette langue (avec 240 millions d'habitants utilisant cette langue couramment) alors que l'utilisation du portugais croît fortement grâce à l'augmentation de la population brésilienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article 41 de son règlement intérieur

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]