Langues en Éthiopie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Langues d'Éthiopie)
Aller à : navigation, rechercher

On[Qui ?] estime que plus de 80 langues vernaculaires sont parlées en Éthiopie. Certaines comptent moins de 10 000 locuteurs. La plupart d'entre elles appartiennent aux langues afro-asiatiques (sémite, couchitique, omotique) ou nilo-sahariennes.

Introduction[modifier | modifier le code]

La langue éthiopienne la plus pratiquée est l'amharique (32,7 %)[réf. nécessaire] qui est la langue administrative du pays. Les autres langues principales sont l'oromo 31,6 %, tigrinya 6,1 %, somali 6,0 %, gurage 3,5 %, sidama 3,5 %[réf. nécessaire].

Jusqu'à la chute du Derg, l'amharique était la langue officielle du pays. L'alphabétisation pouvait se faire dans d'autres langues, mais les élèves devaient très vite apprendre l'amharique pour continuer, puis l'anglais. Cette dernière est encore la langue principale de l'enseignement supérieur.

Depuis, la Constitution de la République démocratique fédérale d’Éthiopie garantit à toutes les nationalités le droit de développer leur langue et de l'utiliser comme langue d'alphabétisation et d'administration locale ou régionale. Certaines régions utilisent le syllabaire ge’ez, d'autres l'alphabet latin.

Classification[modifier | modifier le code]

Langues afro-asiatiques[modifier | modifier le code]

Langues sémitiques

Langues couchitiques

Langues omotiques

Langues nilo-sahariennes[modifier | modifier le code]

Langues non classifiées[modifier | modifier le code]

Langues en danger[modifier | modifier le code]

Un grand nombre de langues éthiopiennes sont en danger. Elles ne seront sans doute plus parlées dans une ou deux générations et deviendront des langues mortes. Les facteurs contribuant à l'extinction des langues sont complexes et il est difficile d'estimer quelles langues et combien sont vulnérables.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Appleyard (David) 1998, «Language Death: The Case of Qwarenya (Ethiopia)», in Endangered Languages in Africa, edited by Matthias Brenzinger. Cologne, Rüdiger Köppe.
  • (fr) Dawit Demisse, Imbert-Vier (Simon) 1996, Amharique pour francophones, L'Harmattan, Paris
  • (en) Ferguson (Charles) 1976, «The Ethiopian Language Area», in Language In Ethiopia, ed. by M. Lionel Bender, J. Donald Bowen, R.L. Cooper, Charles A. Ferguson, pp. 63-76. Oxford: Oxford University Press.
  • (en) Hayward (Richard J.) 1998, «The Endangered Languages of Ethiopia: What’s at Stake for the Linguist?» In Endangered Languages in Africa, edited by Matthias Brenzinger, 17-38. Cologne, Rüdiger Köppe.
  • (en) Hudson (Grover) 1999, «Linguistic Analysis of the 1994 Ethiopian Census», Northeast African Studies vol. 6, n° 3 (New Series), pp. 89-108.
  • (en) Hudson (Grover) 2000, «Ethiopian Semitic Overview», Journal of Ethiopian Studies, vol. XXXIII, n° 2, novembre, p. 75-86
  • (en) Leslau (Wolf) 1965. An annotated bibliography of the Semitic languages of Ethiopia. La Haye, Mouton.
  • (en) Tosco (Mauro) 2000, «Is There an ‘Ethiopian Language Area’?» Anthropological Linguistics 42,3: 329–365.
  • (en) Tosco (Mauro) 2000, «Coushitic Overview», Journal of Ethiopian Studies, vol. XXXIII, n° 2, november, p. 87-121
  • (en) Unseth (Peter) 1990. Linguistic bibliography of the Non-Semitic languages of Ethiopia. East Lansing: African Studies Center, Michigan State University. (Classification charts, pp. 21 ff.)
  • (en) Zelealem Leyew 2004, «The fate of endangered languages in Ethiopia», On the margins of nations: endangered languages and linguistic rights. proceedings of the eighth FEL Conference, Eds. Joan A. Argenter & Robert McKenna Brown, 35-45. Bath: Foundation for Endangered Languages.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]