Rhétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Langue rhétienne)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Langues rhéto-romanes.
Carte ethnique d'Italie au VIe siècle av. J.-C.. La zone rhétique est en rose.
Zone approximative de l'étendue des langues tyrséniennes.

Le rhétique est une langue morte éteinte au cours du IIIe siècle qui était parlée dans les Alpes orientales.

Histoire et extension géographique[modifier | modifier le code]

Le rhétique est une langue éteinte parlée par les Rhètes, un peuple alpin qui vivait dans l'actuelle Italie nord orientale, Autriche, Suisse et Allemagne méridionale.

Les principaux lieux de trouvailles archéologiques se situent au Sud-Tyrol (Unterland), Trentin-Haut-Adige, en particulier Vadena, Laghetti, Magrè sulla strada del vino (Bolzano), Sanzeno (Trente) et la Valpolicella (Verone)[1].

Classification linguistique[modifier | modifier le code]

Les textes qui nous sont parvenus sont courts et d'interprétation difficile, du fait que ce n'est pas une langue indo-européenne.

Des études récentes, menées en 1998 par le linguiste allemand Helmut Rix, tendent à démontrer de bonnes similitudes avec l'étrusque (qui s'est étendu de l'Italie centrale à la moitié est de la Corse, donc tout autour de la mer Tyrrhénienne)[1]. Selon lui, l'étrusque serait lui-même apparenté au lemnien, une autre langue morte qui a existé au nord-est de la mer Égée et dont on a retrouvé une stèle gravée ; ces trois langues anciennes forment alors selon lui la famille dite des langues tyrséniennes (ou tyrrhéniennes).

Cette famille serait alors cousine des langues indo-européennes et des langues caucasiennes, par un ancêtre commun (pré-indo-européen), issu du très ancien sumérien. Si ces filiations linguistiques sont encore difficiles à déterminer par les seules méthodes d'analyse linguistique (comparaison phonologique des langues actuelles ou passées, étude historique des évolutions des alphabets, analyse sémantique et lexicale des écrits), les études génétiques réalisées sur les populations humaines ou des restes d'anciennes sépultures peuvent aider à confirmer les traces des anciennes migrations humaines qui ont emporté avec elles les héritages de leurs langues transformées, même au travers des océans et des continents.

Écriture[modifier | modifier le code]

Les alphabets rhétique et vénète.

L'alphabet rhétique est aussi connu sous le nom d'alphabet de Bolzano ou de Sanzeno et présente des analogies avec le Futhark scandinave et l'alphabet camunien[2],[3],[4],[5]

Il existe environ deux cent inscriptions rédigées dans cet alphabet similaire à l'alphabet étrusque, mais avec certaines transformations locales [1]. Il s'agit souvent d'inscriptions à caractère votif[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Il retico in Dipartimento di scienze dell'antichità e del vicino oriente (Università Cà Foscari de Venise), accès du 4-10-2009
  2. [1], Alessandro Morandi, Il cippo di Castelciès nell'epigrafia retica, p.  36-46, accès du 4-10-2009
  3. Ciurletti, Gianni; Marzatico, Franco (1999), I Reti / Die Räter atti del simposio : 23-25 settembre 1993, Castello di Stenico, Trento.
  4. Cembran, Gaetano (1967), 'l nôs paëś, Biblioteca di Laghetti - Bibliothek Laag, pp. 7-21.
  5. Bækksted,Anders (1952), Målruner og Troldrunder. Runemagiske studier., København: Gydendalske Boghandel, Nordisk Forlag.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Giulio Facchetti, Qualche osservazione sulla lingua minoica, Kadmos 40, p.  1–38.
  • (it) Giulio M. Facchetti, Appendice sulla questione delle affinità genetiche dell'Etrusco, dans Appunti di morfologia etrusca p.  111– 150, Leo S. Olschki, 2002 (ISBN 8822251385).
  • (en)L R Palmer, Mycenaeans and Minoans, Second ed. New York, Alfred A. Knopf. 1965.
  • (de) Helmut Rix, Rätisch und Etruskisch, Innsbruck,1998.
  • (de) Dieter H. Steinbauer, Neues Handbuch des Etruskischen, St. Katharinen, 1999.
  • (de) Stefan Schumacher, Sprachliche Gemeinsamkeiten zwischen Rätisch und Etruskisch, Der Schlern 72 (1998), p. 90–114.
  • (de) Stefan Schumacher, Die rätischen Inschriften. Geschichte und heutiger Stand der Forschung. 2. erweiterte Auflage [= Innsbrucker Beiträge zur Kulturwissenschaft 121 = Archaeolingua 2], Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [2] Il retico in Dipartimento di scienze dell'antichità e del vicino orient (Università Cà Foscari de Venise) accès le 4-10-2009
  • [3] Alessandro Morandi, Il cippo di Castelciès nell'epigrafia retica, L'Erma di Bretschneider,1999, accès le 4-10-2009. (ISBN 978-88-8265-047-6)
  • F. Bravi, La lingua dei Reti, I-II, Bolzano,1981.

Articles connexes[modifier | modifier le code]