Perl (langage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Langage Perl)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perl.
Perl
Logo.

Apparu en 1987
Auteur Larry Wall
Développeurs The Perl Foundation
Dernière version 5.18.2 (7 janvier 2014) [+/−]
Version en développement 5.19.9 (20 février 2014) [+/−]
Paradigmes Objet, impératif, fonctionnel
Typage Faible, dynamique
Influencé par C, BASIC, Eiffel, shell, sed, awk
A influencé Ruby, Python, PHP, Perl 6
Implémentations Perl
Système d'exploitation Multi-plate-forme
Licences Licences libres :
- GNU GPL ;
- Artistic License ;
Site web Perl.org

Perl[1] est un langage de programmation créé par Larry Wall en 1987 pour traiter facilement de l'information de type textuel. Ce langage, interprété, s'inspire des structures de contrôle et d'impression du langage C, mais aussi de langages de scripts sed, awk et shell (sh).

Il prend en charge les expressions régulières dans sa syntaxe même, permettant ainsi directement des actions sur l'aspect général de séquences de texte.

Une association, The Perl Foundation, s'occupe de son devenir, et entre autres de son éventuel passage de la version 5.x à la version 6. Le statut du langage est celui de logiciel libre, distribué sous double licence : Artistic License et GPL.

Origines et mises en œuvre[modifier | modifier le code]

Le but[modifier | modifier le code]

Perl se propose d'extraire commodément des informations de fichiers texte et d'en établir des rapports. Il peut remplacer des scripts shell ainsi que des programmes sed, awk, grep, cut, test et expr. Traitant des formats d'entrée non obligatoirement structurés, il évite de passer des données d'un processus à l'autre et de rendre ainsi moins lisibles les traitements, auxquels il fournit un cadre unifié. Sa syntaxe s'inspire du C, y ajoute la possibilité d'expressions régulières directement dans le langage, et comporte les principales fonctions des bibliothèques système en C.

Il vise aussi la commodité pragmatique pour le programmeur (existence de raccourcis qui le font qualifier de langage « diagonal ») plutôt qu'un souhait esthétique d'architecture stricte (langages « orthogonaux »)[2].

Les moyens[modifier | modifier le code]

Perl, multiplate-forme, est utilisé entre autres pour l'écriture de scripts CGI et le traitement de fichiers de log. Il permet aussi d'ajouter des « in-process » dans un serveur web Apache, grâce à l'extension mod_perl, à l'instar de PHP ou de servlets Java.

On le trouve ou le compile facilement sur la plupart des systèmes d'exploitation, notamment en environnement POSIX (Linux, * BSD, Mac OS X, Cygwin sous Microsoft Windows avec ActivePerl (dont la version 5.8 permet l'usage de l'Unicode ou de l'interface graphique) et Cygwin. Depuis 2008 existe strawberry[3] pour Windows, proche de la distribution Unix originale, avec un compilateur C.

Syntaxe et sémantique[modifier | modifier le code]

Perl est un langage impératif proche de C et des shells UNIX. Comme en shell, le caractère dièse (#) introduit un commentaire. La syntaxe de Perl lui permet d'exprimer de manière concise dans le langage même des expressions sans appels de fonctions de bibliothèques, donc de façon plus lisible. Le débutant peut facilement n'utiliser qu'un sous-ensemble du langage.

Perl est typé statiquement de façon simple : le premier caractère d'un identificateurs de variable est un caractère non alphanumérique appelé sigil. Comme pour les shells Unix, le sigil dollar ($) dénote une variable scalaire, le sigil arobase (@) désigne une variable tableau et le sigil pourcent (%) un tableau associatif, aussi appelé hashage ou hash. Les tableaux peuvent être utilisés comme des piles ou des files, point commun avec javascript.

print "Hello, world\n";

Perl accepte des déclarateurs indiquant la portée des variables déclarées :

my $s  = 'toto' ;        # variable scalaire à portée lexicale
local $level += 1;       # variable scalaire avec une valeur à portée dynamique
our @s = (1, $s, 3.14);  # variable tableau globale au module courant

Les sigils permettent de reconnaître les noms de variables dans des chaînes de caractères et d'interpréter ces variables.

    print "la variable toto vaut $toto";

Perl ne requiert pas de constructeurs d'instances.

    my %a = ( clé1 => [1, 2], clé2 => [3, 4] );

Le module XML::Literal disponible sur le CPAN permet de supporter des littéraux de type XML de manière similaire à l'extension normalisée E4X d'ECMAScript.

La version 5.10[modifier | modifier le code]

Depuis sa version 5.10, le langage inclut des fonctionnalités destinées au futur Perl 6, comme une structure de contrôle switch et les captures nommées pour l'opérateur match (c'est-à-dire la possibilité de nommer génériquement des éléments traités au vol). La 6e version du langage, annoncée depuis 2001, attend toujours sa finalisation complète en 2014.

L'intégration dans l'existant[modifier | modifier le code]

Les programmes Perl sont intégralement portables entre GNU/Linux, Mac OS X (ou autre UNIX) et Windows malgré les désignations de fichiers différentes de ces systèmes (Perl remplace au besoin les « / » par des « \ », voire de « \\ »). Ce langage fut utilisé comme script CGI pour faire tourner Wikipédia jusqu'en janvier 2002[réf. souhaitée].

Perl permet l'usage du moteur d'interfaces graphiques Tk pour effectuer des entrées-sorties. On désigne parfois l'ensemble sous le nom générique Perl/Tk. L'extension Tk est intégrée à ActivePerl depuis la version 5.8 du langage.

Des interfaces graphiques plus commodes que Tk sont aussi proposées par des bibliothèques de CPAN.

TkZinc apporte un aspect modernisé de Tk. PerlQt supporte Qt 3.x. Gtk2 supporte Gtk 2.x. wxperl supporte wxWidgets. wxWidgets a l'avantage de fournir l’apparence natif du système de fenêtrage utilisé. Sous Mac OS X, CamelBones donne accès à l'API de Cocoa.

Le mécanisme[modifier | modifier le code]

Perl5, bien qu'interprété, ne réanalyse pas ses instructions chaque fois qu'il les exécute. Sans créer un bytecode comme d'autres langages interprétés, il effectue une passe d'assemblage qui traduit les constantes, remplace les variables par des adresses internes et construit un arbre syntaxique (AST, Abstract Syntax Tree).

Le code source est traduit instruction par instruction en AST, par la suite optimisé. Si des instructions sont situées dans un bloc spécial comme BEGIN ou CHECK, elles sont exécutées dès leur compilation (et donc avant que le reste du code source soit compilé). C'est le cas en particulier des modules chargés par l'instruction use. L'AST, par rapport à un AST usuel, à la particularité de contenir déjà les chemins d'exécution. Lors de la phase d'exécution, l'interpréteur suit donc les chemins présents dans l'AST et exécute les instructions restantes[4].

Perl 5 n'utilise à aucun moment de bytecode. Le projet de compilation en bytecode commencé lors de Perl 5.005 par Malcom Beattie n'a jamais abouti. L'arrivée de Parrot peut cependant offrir une nouvelle solution.

L'avenir à moyen terme[modifier | modifier le code]

Plusieurs fonctionnalités des bibliothèques de Perl 5 seront intgrées dans Perl 6 : ainsi l'analyse syntaxique sera intégrée dans le moteur d'expressions rationnelles. Aujourd'hui, en Perl 5, un analyseur LALR peut s'écrire par le module Parse::Yapp, clone de yacc. Parse::RecDescent est un module qui permet l'écriture d'un analyseur récursif descendant.

Exemples de code[modifier | modifier le code]

Une plaisanterie récurrente présente Perl comme acronyme de 'Pathologically Eclectic Rubbish Lister' (collectionneur pathologique de déchets variés) en référence à ses caractères spéciaux chargés de sens dans la syntaxe du langage, comme dans l'exemple suivant :

# Un exemple de programme en Perl
$message = "À l'endroit : 'camel'.\n";
print $message;
$message =~ s/endroit/envers/;
$message =~ s/('\w+')/reverse($1)/e;
print $message;
exit 0

et sa sortie à l'écran :

À l'endroit : 'camel'.
À l'envers : 'lemac'.

Les troisième et quatrième lignes de cet exemple montrent l'usage d'expressions rationnelles.

Ces caractères spéciaux sont liés à la puissance de traitement de Perl :

  • scalaires désignés par $ : $nom = "Toto"; $z=3;
  • tableaux désignés par @, indexés par [] : $nom[95] = "Val d'Oise"; (le 96e élément du tableau est comme les autres un scalaire !)
  • tableaux associatifs ou hashs désignés par %, indexés par {} : $code{"Val d'Oise"} = 95; (leurs éléments sont des scalaires aussi)

Faux amis[modifier | modifier le code]

Certains mots ont un sens différent en Perl que dans la littérature informatique usuelle. Ci-après deux exemples :

  • Une fonction (function) est une fonction prédéfinie par le langage ;
  • Une routine, aussi appelée sous-routine (subroutine en anglais), est une fonction définie dans le programme ou une bibliothèque utilisée.

Aspects communautaires[modifier | modifier le code]

Perl a une base d'utilisateurs vaste, mais de plus en plus concurrencée par celles de PHP, Python, Ruby, Javascript, etc. Le langage est apprécié des administrateurs système mais également des développeurs dans le domaine de la bio-informatique où les programmes font l'objet de remaniements constants[5].

La base CPAN regroupe et met gratuitement à la disposition des utilisateurs de Perl 15,4 millions de lignes de code[n 1] sous forme de modules Perl et de synopsis montrant comment les mettre en œuvre.

En France, les Mongueurs de Perl promeuvent ce langage, notamment via les Journées Perl.

Trivia[modifier | modifier le code]

On écrit généralement le nom de ce langage avec un P majuscule pour désigner le langage et un p minuscule en parlant de l'interpréteur : « seul perl analyse correctement Perl. » Une conséquence est qu'un système de coloration syntaxique d'un programme Perl devrait utiliser l'interpréteur perl pour être totalement correct. En pratique, des modules pur Perl comme Perl::Tidy et PPI arrivent à comprendre correctement la majeure partie du code courant.

Initialement, le concepteur de Perl, Larry Wall, avait prévu de nommer son langage « pearl », d'après une parabole biblique se trouvant relatée dans l'Évangile selon Matthieu (chapitre 13, versets 45 et 46[6]). Il existait déjà un langage de programmation dénommé PEARL — pour la programmation multitâche et temps réel. Wall changea donc l'orthographe en « Perl ».[réf. souhaitée] Les significations diverses que l'on trouve de nos jours comme le Practical Extraction and Report Language sont simplement des rétroacronymes. [réf. nécessaire]

Black Perl est un poème signé Larry Wall, écrit dans le langage de programmation Perl et dans la langue anglaise. C'est comme on l'aura compris un clin d'œil au film Pirates des Caraïbes.

Logiciels écrits en Perl[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Généralités
Ouvrages récents en français
  • Philippe Banquet, Les fondamentaux du langage Perl 5 : Apprentissage par la pratique, Éditions ENI, 2013 (ISBN 2-74607-932-1)
  • Sébastien Aperghis-Tramoni, Philippe Bruhat, Damien Krotkine, Jérôme Quelin, Perl moderne: L'essentiel des pratiques actuelles, Pearson, 2010 (ISBN 2-84177-140-7)
Applications
  • James Tisdall, Introduction à Perl pour la bioinformatique, O'Reilly, (ISBN 2-84177-206-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En juillet 2004

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]