Lampourde d'Orient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Xanthium strumarium - Muséum de Toulouse

Xanthium strumarium L., la lampourde d'Orient ou Lampourde à gros fruits, est une plante herbacée annuelle de la famille des Astéracées.

Cette espèce se retrouve en Europe, Asie occidentale, Sibérie, Inde Afrique septentrionale, Amérique[1].


Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante vigoureuse dépourvue d'épines, à capitules ovoïdes gros et crochus, contenant 2 graines.


Caractéristiques[modifier | modifier le code]

données d'après : Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

Adventice des cultures[modifier | modifier le code]

Actuellement adventice des champs de tournesol notamment dans le Sud-Ouest de la France [2], où elle est combattue par l'introduction de variétés de tournesol obtenues par Mutagenèse, résistantes à certains herbicides [3]. L'invasion de cette plante est favorisée par les rotations bisanuelles qui alternent le blé avec le tournesol. Son cycle très rapide lui permet de se développer et de produire des graines très rapidement, dès qu'elle trouve un sol nu et chaud. Les graines s'accrochent facilement et vite disséminées de lieu en lieu. La culture du tournesol relativement récente, à partir des années 1970, a ainsi favorisé le développement du xanthium. En l'absence de désherbage ou de destruction post-récolte, la plante est victime de maladies (dont l'oïdium).

Usages[modifier | modifier le code]

"Les feuilles de lampourde, d'une saveur amère et astringente (ne rougissant pas le papier bleu), étaient jadis employées sous forme de suc ou d'extrait dans les maladies cutanées chroniques et dans celles du système lymphatique. On l'a vantée dans les dartres, le goitre[4] et même dans le cancer. On donnait le suc des feuilles à la dose de 180 g ou l'extrait à celle de 4 à 8 g. L'infusion des feuilles dans le vin blanc fut longtemps en usage contre là gravelle. Les anciens se servaient de cette plante pour teindre leurs cheveux en jaune et en blond, couleur autrefois la plus estimée." Cazin (1868)[5]

"La petite Ijardane est tout à fait inusitée de nos jours. La turquette et la reine des prés étaient aussi complètement abandonnées ; on leur reconnaît de nouveau des propriétés qu'elles ont toujours possédées : il en sera peut-être de même de la lampourde. Cette raison suffit pour la rappeler aux praticiens qui ne dédaignent pas nos plantes indigènes, et justifier la petite place que nous avons cru devoir lui accorder. Il faut donner asile aux proscrits... En médecine, comme en politique, ce qu'on livre aujourd'hui au mépris sera peut-être demain loué avec exagération." Cazin (1868)[6]

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. http://www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-73046
  2. http://www.cetiom.fr/espaces-regionaux/publications-documents/regions-sud/dossiers-en-ligne/dossier-regional-desherbage-du-tournesol-fevrier-2009/deserbage-du-tournesol-xanthium-strumarium/
  3. http://www.cetiom.fr/tournesol/cultiver-du-tournesol/desherbage/lutte-chimique/tournesols-tolerants/
  4. struma en latin
  5. http://uses.plantnet-project.org/fr/Lampourde_%28Cazin_1868%29
  6. http://uses.plantnet-project.org/fr/Lampourde_%28Cazin_1868%29