Lakotas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lakota (Amérindiens))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lakota.

Les Lakotas (Lakhota ou encore Lak'ota) sont une tribu autochtone américaine du peuple sioux. Ils forment un groupe de sept tribus (la « Grande Nation sioux »[réf. nécessaire]).

Les Lakotas vivent dans le Dakota du Nord et le Dakota du Sud (États-Unis) et aussi au Canada. Les sept branches lakotas sont : Brûlés, Oglala, Sans Arc, Hunkpapa, Miniconjou, Sihasapa (Pieds-Noirs/Blackfeet, à ne pas confondre avec l'homonyme peuple algonquien des Pieds-Noirs/Blackfoot) et Two Kettles[1].

En décembre 2007, une délégation conduite par Russell Means et disant représenter les Lakotas a déclaré rompre les traités qui les lient aux États-Unis, proclamant ainsi leur indépendance (voir République Lakota), et annonçant qu'ils allaient produire leurs propres passeports et permis de conduire. Près de la moitié du territoire de l'État sécessionniste se situe dans le Dakota du Sud.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot lakhóta signifie à l'origine « sentiment d'affection », « amitié », « unité », « allié », « amical ». Le mot sioux signifie « petit serpent » ou « ennemi », les Lakotas ne s'appelaient donc pas eux-mêmes par ce terme péjoratif[2].

Selon James Riley Walker, qui passa dix-huit ans de 1886 à 1924 parmi les Lakota-Oglala dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), dans son livre Lakota Society, édité par l'université du Nebraska, Dakota provient de « da » (« considéré comme »), « Ya » en lakota, et « Koda » (« ami »), « Kola » en Lakota. Les Dakota parlent trois langues semblables présentant peu de différences. La seule différence consiste dans la prononciation : le D de Dakota (en Santee) le N de Nakota (en yankton) et le L de Lakota en Teton. Ces trois peuples n'en font qu'un.

Le nom de « Sioux » viendrait d'un mot français tiré de l'algonquien « Nadowessi » (« ennemi haï » ; hated foe). Le même mot en ojibwé signifie « serpent à sonnette » ou « vipère » (an adder). Le pluriel est « Nadowessiwak » ou « Nadawessyak » que les trappeurs français raccourcirent en « Sioux ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Détail d'un tipi Lakota du XIXe ou XXe siècle.

Les Lakotas avaient adopté le cheval au début du XVIIIe siècle[réf. nécessaire]. Leur société était centrée autour du bison.

À la fin du XIXe siècle, les Oglala, le plus grand groupe de Lakotas, étaient conduits par Red Cloud (nuage rouge) et Crazy Horse (cheval fou). Les Brulés étaient conduits par Spotted Tail (queue tâchetée). Mais le plus célèbre des leaders Lakota était Sitting Bull (taureau assis) qui était aussi le leader spirituel des Lakotas, des Cheyenne et des Arapahos[réf. nécessaire] qui battirent le septième de cavalerie du général Custer en juin 1876 (Little Big Horn).

En 1868, le traité de Fort Laramie avait promis aux Lakotas une grande réserve mais cette promesse ne fut pas tenue longtemps. La découverte de l'or dans les Black Hills conduisit à la bataille de Little Big Horn en 1876 et au Massacre de Wounded Knee en 1890. Sitting Bull déclara alors qu'il défendrait les Paha Sapa (les Black Hills) : « Nous ne voulons pas d'hommes blancs ici. Les black hills nous appartiennent. Si l'homme blanc veut les prendre, je me battrai »[3].

Il ne restait que 20 000 Lakotas au milieu du XVIIIe siècle. Leur nombre est maintenant de 70 000, dont 20 500 parlent leur langue ancestrale. [réf. nécessaire]

Les Lakotas depuis l'arrivée des colons[modifier | modifier le code]

Les Lakotas ont, comme d'autres peuples autochtones, connu avec l'arrivée des Blancs des épidémies puis des massacres. Plusieurs traités ont été signés au fil du temps entre leur peuple et les colons[réf. nécessaire], mais ces derniers ne les respectèrent pas longtemps, et le territoire attribué aux Lakotas ne cessa de diminuer. À cela s'ajoutait le massacre des bisons qui entraîna des famines.

Tipi Lakota dans un musée Américain.

Aujourd'hui, les Lakotas vivent pour la plupart dans les cinq réserves du sud-ouest du Dakota : Rosebud (où vivent les Brûlés), Pine Ridge (où vivent les Oglala), Lower Brulé (où vivent les Brûlés), Cheyenne River (où vivent plusieurs autres des sept tribus Lakotas, dont les Pieds-noirs et les Hunkpapa), et Standing Rock (également peuplée par plusieurs tribus).

Mais on trouve aussi des Lakotas plus au nord dans la réserve Fort Peck du Montana, celle de Fort Berthold du Nord-Ouest du Dakota du Nord, et dans plusieurs petites réserves de la Saskatchewan et du Manitoba, où leurs ancêtres arrivèrent après la Bataille de Little Big Horn. Un grand nombre de Lakotas vivent aussi à Rapid City et autres villes des Black Hills (Collines noires) et dans la région de Denver.

Organisation sociale[modifier | modifier le code]

Historiquement les Lakotas ont sept « sous-tribus » divisées en communautés et sous-communautés. Ci-dessous une liste de communautés Lakota[réf. nécessaire]:

Brulés[modifier | modifier le code]

  1. Isaⁿyati
  2. Watchihoutairhe
  3. Tcoka
  4. Wajaja
  5. Minishanan
  6. Kiyuksa
  7. Watceŭⁿpa
  8. Iyak’oza
  9. Wam-bi-li´-ne-ca
  10. Si-ćá-wi-pi
  11. Ciyo Tañka
  12. Ho-mna
  13. Ciyo Subula
  14. Kañ-xi Yuha
  15. Pispiza Witcaca
  16. Walexa Uⁿ Wohaⁿ
  17. Cawala
  18. Ihañktoⁿwaⁿ
  19. Naqpaqpa
  20. Apewaⁿtañka
  21. Sitcaⁿ-xwu
  22. Kak’exa
  23. Hiⁿnaⁿcuⁿ-wapa
  24. Cŭñkaha Nap’iⁿ
  25. Hi-ha Kaⁿhaⁿhaⁿwiⁿ
  26. Hŭñku Wanitca
  27. Miniskuya Kitc’ŭⁿ
  28. Ti Glabu
  29. Wagluqe
  30. Wagmeza Yuha
  31. Oglala Itc’itcaxa
  32. Tiyotcesli
  33. Ieska Tciⁿtca
  34. Ohe Noⁿpa
  35. Okaxa Witcaca
  36. Waqna

Oglala[modifier | modifier le code]

Drapeau tribal des Sioux Oglala
  1. Oglala
  2. She-o (Chihaut)
  3. Onkp’hatinas
  4. K̄u-Inyan
  5. Oyuqe (Oyuhpe)
  6. Min-i-shá
  7. Pe Cla Ptetcela
  8. Payabya
  9. Wajaja (Wajaje)
  10. Kiyuksa (Kiyaksa)
  11. Tapicletca
  12. Ite Citca (Itesica)
  13. Wagluqe (Wagluhe)
  14. Wablenitca
  15. Pe Cla
  16. Tceq Huha Toⁿ
  17. Tacnahetca
  18. I Wayusota
  19. Wakaⁿ
  20. Iglaka Teqila
  21. Ite Citca Etaⁿhaⁿ
  22. Zuzetca Kiyaksa
  23. Watceoⁿpe
  24. Watcape
  25. Tiyotcesli
  26. Ieska Tciⁿtca

Sans Arc[modifier | modifier le code]

  1. Ta-shunk´-e-o-ta
  2. Itaziptco Qtca (Mini-ca-la)
  3. Cina Luta Oiⁿ
  4. Woluta Yuta
  5. Maz Pegnaka
  6. Tatañka Tcesli
  7. Cikcitcela
  8. Tiyopa Otcaⁿnŭⁿpa

Hunkpapa[modifier | modifier le code]

  1. Hunk´-pa-pa
  2. Talo Nap’iⁿ
  3. Tcegnake Okisela
  4. Tce Oqba
  5. Tcañka Oqaⁿ
  6. Tinazipe Citca
  7. Kiglacka
  8. Cikcitcela
  9. Wakaⁿ
  10. Hŭⁿska Tcaⁿtojuha

Miniconjou[modifier | modifier le code]

  1. Min-i-kaŋ́-źu
  2. Tar-co-eh-parh (Tacohiropapais)
  3. Wakpokiⁿyaⁿ
  4. Iⁿyaⁿ-ha Oiⁿ
  5. Wagleza Oiⁿ
  6. Cŭñka Yute Cni
  7. Uñktce Yuta
  8. Glagla hetca
  9. Cikcitcela

Pieds-Noirs[modifier | modifier le code]

Black Elk
  1. Siha Sapa Qtca
  2. Ći-hú-pa
  3. Pa-á-bi-a
  4. Kaⁿxi Cŭⁿ Pegnaka
  5. Glagla Hetca
  6. Wajaje
  7. Hohe
  8. Wamnuxa Oiⁿ
  9. Ti Zaptaⁿ

Two Kettles[modifier | modifier le code]

  1. Wah-nee-wack-ata-o-ne-lar (Waniwacteonilla)
  2. Oohe Noⁿpa
  3. Ma Waqota

Personnalités célèbres[modifier | modifier le code]

Réserves[modifier | modifier le code]

Réserve des Brûlés

Aujourd'hui environ la moitié des Sioux recensés vivent en dehors des réserves indiennes. Les réserves Lakota reconnues par le gouvernement fédéral sont les suivantes :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David Cornut, Little Big Horn, autopsie d'une bataille légendaire (édition augmentée), Anovi, 2006/2008.
  • (en) Arthur Amiotte, Perspectives on Lakota world view, Université du Montana,‎ 1983, 150 p..
  • (en) Arthur Amiotte, Dakota/Lakota arts bibliography,‎ 1996, 90 p..

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jan Ullrich, New Lakota Dictionary (Incorporating the Dakota Dialects of Yankton-Yanktonai and Santee-Sisseton), Bloomington (Indiana), Lakota Language Consortium,‎ 2008 (ISBN 978-0-9761082-9-0, LCCN 2008922508), p. 2
  2. Beuchel, 1983, p. 322 + English-Lakota dictionnaire (Karol, 1974, p. 29).
  3. Dr. Mark Hollabaugh de Normandale Community College
  4. Une discussion où sont produits plusieurs documents à ce sujet

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres projets[modifier | modifier le code]