Lajoux (Suisse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lajoux.
Lajoux
Blason de Lajoux
Héraldique
Lajoux.
Lajoux.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Jura
District Franches-Montagnes
communes limitrophes
(voir carte)
Les Genevez, Montfaucon, Saint-Brais, Saulcy, Rebévelier, Châtelat, Saicourt
Maire Raymond Jecker
Code postal 2718
N° OFS 6750
Démographie
Gentilé Djoulais
Population 683 hab. (31 décembre 2010)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 50″ N 7° 08′ 15″ E / 47.280558, 7.137512 ()47° 16′ 50″ Nord 7° 08′ 15″ Est / 47.280558, 7.137512 ()  
Altitude 960 m
Superficie 1 238 ha = 12,38 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Jura

Voir sur la carte administrative du Canton du Jura
City locator 14.svg
Lajoux

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Lajoux

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Lajoux
Liens
Site web www.lajoux.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Lajoux (ancien nom allemand : Die Jur)[réf. souhaitée] est une commune suisse du canton du Jura.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lajoux se situe à 11 km à vol d’oiseau à l’est-nord-est de Saignelégier, dans le district des Franches-Montagnes. Géographiquement, Lajoux fait partie de la Courtine de Bellelay, à laquelle appartiennent également les villages de Bellelay, de Châtelat, de Monible et de Sornetan dans le canton de Berne et des Genevez dans celui du Jura.

Le point le plus bas de la commune se trouve sur le ruisseau Le Tabeillon, à 820 mètres d’altitude, et le point le plus haut au lieu-dit Les Combes, à 1 063 mètres d’altitude.

Les hameaux des Vacheries de Lajoux, de Le Paigre, de Sous-les-Cerneux et de Fornet-Dessus font également partie de la commune de Lajoux.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention du village date de 1404, sous le nom de La Joux Mertenat. Le hameau de Fornet-Dessus remonte, quant à lui, à 1181.

De 1793 à 1815, Lajoux a appartenu à la France, dans le département du Mont-Terrible, puis dans celui du Haut-Rhin. Suite à une décision du Congrès de Vienne, en 1815, la commune a été attribuée au canton de Berne et incorporée au district de Moutier.

Lors des plébiscites de 1975, les citoyens et citoyennes de Lajoux ont choisi de rejoindre le canton du Jura. Depuis le 1er janvier 1979, Lajoux fait partie du district des Franches-Montagnes.

Économie[modifier | modifier le code]

Lajoux est un village agricole dont l’activité est axée sur l'industrie laitière et l'élevage. Les montres Longines y ont exploité un atelier d’horlogerie jusqu’en 1985. On dénombre encore des emplois industriels dans le domaine de la mécanique, notamment au sein de l’entreprise Metafil.

Les pendulaires travaillent à Saignelégier, dans la Vallée de Tavannes ou à Delémont.

Transports[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Crevoisier, inventeur de la girolle
  • Sylvère Rebetez, peintre
  • Yves Voirol, peintre
  • Pierre Humair, homme de bien

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • La grotte du Cloupet
  • Église, avec vitraux du peintre Coghuf
  • À droite: deux vitraux de Coghuf, église de Lajoux


Liens externes[modifier | modifier le code]

Ouvrage sur les vitraux[modifier | modifier le code]

  • Vitraux du Jura, Ouvrage publié à l'occasion du Centenaire de Pro Jura (1903-2003), préface de Francis Erard, Éditions Pro Jura, Moutier, 2003 (imprimé au Centre d'impression Le Pays SA, Porrentruy), 307 pages

Vitraux de Coghuf, Lajoux[modifier | modifier le code]

Les 8 vitraux de Coghuf de l'église de Lajoux mesurent 1,10 m sur 2,60 m et sont relatifs au thème général de la "Méditation sur la Vierge". Ils ont été posés en 1971.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]