Lahamaide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lahamaide
Blason de Lahamaide
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Ath
Commune Ellezelles
Code postal 7890
Zone téléphonique 068
Démographie
Gentilé Lahamaidois(e)
Géographie
Coordonnées 50° 41′ N 3° 43′ E / 50.683, 3.71750° 41′ Nord 3° 43′ Est / 50.683, 3.717  
Localisation
Image illustrative de l'article Lahamaide

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative de Hainaut
City locator 14.svg
Lahamaide

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Lahamaide

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Lahamaide

Lahamaide ou La Hamaide est une section de la commune belge d'Ellezelles située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

Le village, situé entre Lessines, Frasnes et Renaix, fait partie du Pays des Collines.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Lahamaide, situé dans le nord du Hainaut en Belgique entre Frasnes-lez-Buissenal, Flobecq et Lessines fait partie du canton de Frasnes de l'arrondissement administratif de la ville d'Ath et de l'arrondissement judiciaire de Tournai.

Histoire[modifier | modifier le code]

Si Lahamaide ou La Hamaide, blotti au cœur du Hainaut belge est aujourd'hui un petit village tranquille, il n'en fut pas toujours ainsi. La proximité de la chaussée romaine joignant Zottegem à Bavay et sa position surélevée sur une des crêtes du Pays des Collines, en firent jadis une « barrière » dans les conflits territoriaux qui opposèrent pendant des lustres les Comtes de Hainaut et de la Flandre, lui conférant, du Haut Moyen Âge à la Renaissance, une richesse historique enviable et la fierté des illustres familles seigneuriales qui s'y succédèrent.

La situation stratégique du village au cœur des terres controversées nécessita très tôt une fortification. le village de La Hamaide devint un fief lige relevant de la pairie de Silly sur lequel le châtelain avait les droits de magistrature, de basse, moyenne et haute justices.

La première de ces familles adopta le nom du village, vers la moitié du XIIe siècle et resta fidèle aux comtes de Hainaut successifs. Les La Hamaide seront anoblis en 1216 et reconnus comme seigneurs du lieu en 1235. Ils figurent parmi les pairs et les bannerets du Hainaut, ce qui signifie dans le premier cas qu'ils possèdent des terres transmissibles par le sang, et dans le second, qu'ils ont la capacité de rassembler une compagnie en armes. Ils constitueront très vite une seigneurie d'importance en ralliant les villages de Wannebecq et Mainvault, puis de Rebaix, et auront plus tard des droits sur Anvaing et une partie de Condé.

La seigneurie de La Hamaide[modifier | modifier le code]

Il est généralement admis que Allard Hasbanion et son épouse, N. Reiswende sont à l'origine de la lignée des seigneurs, porteurs du nom, qui se sont succédé à La Hamaide. C'est également à lui qu'on attribue les premières fortifications du village édifiées au milieu du XIIe siècle.

Le patronyme de La Hamaide apparaît avec certitude en 1158 quand Arnould Ier signe en qualité de témoin la cession d'une pairie sur Hellebecq par Gilles de Blicquy en faveur de l'abbaye d'Ename. En 1129 Arnould est cité avec son frère Julien.

Le chevalier Gérard Ier, qualifié de « miles illustris et probus » est cité en 1164 avec son père Arnould Ier. Dès 1180 il est le seul représentant de la famille, fait partie de l'entourage du Comte de Hainaut Baudouin V et effectue en 1184, la garde du château de Mons en qualité de pair.ANB 1911-1912

Son fils, le chevalier Odon Ier de La Hamaide, disparaît à la quatrième croisade (1202-1204).

Lui succède Arnould, deuxième du nom. Il est cité en 1213 dans un cartulaire de l'abbaye de Cambron.

Thierry Ier devrait être le premier seigneur « officiel » de La Hamaide (1235). Il hérite de son frère, Arnould II, mort sans enfant en 1225.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Blason ville be Lahamaide (Hainaut).svg
Blason de Lahamaide
Blasonnement : D'or à la hamaide de gueules.



En héraldique, une Hamaide est une barrière, cela vient du néerlandais hameide qui vient lui-même du francique hamitha.

La Hamaide porte : d'or à trois hamaides ou traverses de barrière de gueules, ressemblant à trois fasces alésées et formant la figure héraldique que les blasonneurs modernes dénomment une hamaide, en décrivant ces armoiries par ces mots : d'or à la hamaide de gueules.

Ce qui peut aussi se blasonner : de gueules à deux fasces, d'or ; à la bordure du même, ou d'Audenarde, bordé d'or.

Le casque qui timbre l'écu est couronné et ses lambrequins sont d'or et de gueules.

Le cimier est formé par deux pignates (cruches ou pots) adossés, l'un d'or et l'autre de gueules, les anses entrelacées[1].

Trivières utilisa le sceau des La Hamaide jusqu'à la fusion des communes en 1977 et ainsi que Henripont qui possède la chapelle armoriée de la même famille.

Comte Lamoral d'Egmont[modifier | modifier le code]

C'est au château du village qu'est né Lamoral, comte d'Egmont le 18 novembre 1522[2]. Il connaîtra un grand et tragique destin.

Neveu du roi d'Espagne par sa mère, il porta les titres de Prince de Gavre et de Steenhuysen ; Baron de Fiennes, Gaesbeke et Hamaide ; Seigneur de Purmerent, Hoogwoude, Aertswoude, Beyerland, Sottenghien, Dondes, Auxy et Baer ; Capitaine général des Pays-Bas sous Charles Quint ; Chevalier de la Toison d'or ; Chambellan de Sa Majesté Impériale et Conseiller d'État de Flandre et d'Artois sous Philippe II.

Il épouse le 8 avril 1544 à Spire, Sabine, comtesse palatine et duchesse de Bavière. De cette union, naîtront onze enfants.

Il se montre un grand militaire et est de la plupart des campagnes contre la France. Arrêté et condamné à être exécuté par l'épée, bien qu'il soit justiciable du Chapitre de l'Ordre de la Toison d'or et du Conseil souverain de Brabant, il sera transféré de sa prison de Gand à Bruxelles. Le 5 juin 1568, il est décapité sur la place du Sablon, entouré de 22 compagnies d'arquebusiers rangés en bataille.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Écomusée de Lahamaide[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Écomusée de Lahamaide.

L'écomusée de Lahamaide permet de redécouvrir les gestes du travail de la terre et la vie rurale. Depuis vingt-cinq ans, le musée sauvegarde des objets et présente les savoir-faire anciens au grand public. Il a été créé en 1974 sous le nom de Musée Vivant. Au départ, le musée avait pour objectif de sauvegarder d'anciens outils et des machines agricoles. À mi-chemin entre tourisme et éducation permanente, l'écomusée constitue donc un lieu phare de l'équipement touristique du Pays des Collines.
Les hangars agricoles des années 1950 abritent les thèmes de la moisson et du travail de la terre selon les saisons. Les lieux se composent de différents bâtiments. Après un passage par l'Estaminet, les visiteurs partent à la découverte des salles présentant la vie quotidienne et l'artisanat de nos campagnes.

Vient ensuite l'exposition des objets trouvés sur le site du Château du comte Lamoral d'Egmont.
L'écomusée dispose également d'un espace destiné aux expositions temporaires, sur des thèmes liés à la vie rurale, comme les moulins ou le pain, sans oublier une salle de conférence, une bibliothèque et le jardin qui permet de s'intéresser aux essences indigènes anciennes.
Une grande manifestation qui s'appelle la fête de la Moisson a lieu chaque année le 1er dimanche du mois d'août, où l'on peut découvrir la moisson à ancienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]