Lagerstätte de La Voulte-sur-Rhône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fossile de Vampyronassa rhodanica (espèce éteinte de calmar vampire) du Callovien (Jurassique moyen), Voulte-sur-Rhône. Apparaissent également en arrière-plan une crevette (peut-être Aeger brevirostris) et au-dessus le bivalve Bositra buchii.

Le Lagerstätte de La Voulte-sur-Rhône est un gisement paléontologique de référence internationale réputé pour l’extraordinaire conservation des animaux marins datés du Jurassique.

Historique[modifier | modifier le code]

Le site se localise sur le territoire des communes de La Voulte-sur-Rhône et de Rompon, il correspond à l’ancienne exploitation minière de fer. Au cours du XIXe siècle, on extrayait jusqu’à 60 000 tonnes de minerai par an d’une vaste lentille d’environ 240 m de longueur et 50 m de largeur. C’est à cette époque que l’on découvre les premiers fossiles de crustacés et de poissons dans des nodules (concrétions sphériques ou en forme de ballon de rugby !). J. Fournet, en 1843, donne une première description du gisement dans une étude sur les terrains jurassiques et les minerais de fer de l’Ardèche. Par la suite, le site fossilifère de La Voulte-sur-Rhône a fait l’objet de plusieurs études scientifiques ponctuelles et limitées à la description de quelques groupes zoologiques.

C’est en 1967, grâce à l’étude de Serge Elmi de l’Université Lyon I que la datation précise sera établie à l’aide des ammonites[1], le gisement fossilifère de La Voulte-sur-Rhône est daté du Jurassique moyen (Callovien inférieur soit près de 160 millions d’années). Des amateurs Allemands viennent de temps en temps pour essayer de trouver la pièce rare, mais peu à peu le site tombe presque totalement dans l’oubli. L’extraction des fossiles étant de plus en plus difficile en raison du fort redressement des couches fossilifères (près de 70°).

En 1973, les recherches sont reprises par Bernard Riou, paléontologue diplômé de l'école pratique des hautes études de la Sorbonne, avec l'autorisation du propriétaire du terrain où se situe le gisement. Bernard Riou découvre de nombreux fossiles dont celui du plus ancien octopode connu à ce jour[2].

Bernard Riou créé en 1989, à la Voulte-sur-Rhone, un Musée de paléontologie qui permettra à près de 200 000 visiteurs de découvrir, entre autres, de nombreux spécimens issus du laggerstätte.

En 1996, Bernard Riou publie un important ouvrage sur le volcanisme de l’Ardèche : Ardèche, terre de volcans où pour la première fois il présente une hypothèse sur les raisons de la richesse du site fossilifère de La Voulte-sur-Rhône, et ce à la suite d'un travail en commun avec des chercheurs anglais de l’Université de Bristol (Wilby P.R., Briggs D.E.G. et Riou B. : 1996, Mineralization of soft bodied invertabrates in a Jurassic metalliferous deposit, Geology, september 1996, v. 24, n° 9, p. 847-850, 3 figures). La présence de certains minéraux et de nombreux sulfures (galène, sphalerite, cernyite…) pourrait permettre de penser que les fossiles découverts sont morts de manière cyclique à la suite de pollutions hydrothermales. Les gaz issus de la faille géologique seraient donc à l’origine de la présence de tous ces organismes dans cette zone au fond d’une mer calme et à plus de 200 m de profondeur. Ce gisement exceptionnel, aussi bien par l’abondance que pour la conservation en trois dimensions des organismes fossilisés, est en relation avec une mort rapide des animaux alors présents. En 2002, la découverte de plusieurs calmars vampires confirme la présence d’un milieu profond où la lumière était probablement inexistante. Fischer J.C. et Riou B. : 2002 Vampyronassa rhodanica, nov. gen., nov. sp., vampyromorphe (cephalopoda, coleoidea) du Callovien inférieur de La Voulte-sur-Rhône (Ardèche, France). Annales de Paléontologie 88, 1-17, 10 fig., 2 planches.

Quelques crinoïdes trouvés au lieu-dit "Pont-des-Étoiles"

En 2006, après 18 ans d’existence, le musée ferme ses portes, victime de son succès... les locaux étaient devenus trop exigus.

Trois ans plus tard, en 2009, Sylvain Charbonnier, paléontologue au Muséum national d'Histoire naturelle de Paris, publie un ouvrage résumant l'ensemble des connaissances sur le gisement à conservation exceptionnelle de La Voulte.

Le domaine départemental de nature de La Boissine (propriétés de La Boissine et Gramade) a été acquis au titre des Espaces Naturels Sensibles (ENS) en 2005 et 2007 par le département de l'Ardèche. Le site s’inscrit dans une démarche, de préservation d’ un site naturel de référence internationale, tout en permettant la recherche et l’utilisation des résultats pour une valorisation pédagogique. Un document de Programmation (2007-2011) a été établi en concertation avec les élus locaux, les techniciens de l’État, de la Région et du Département et du Contrat de Pays. Afin de proposer et de valider des orientations de protection du site et de valorisation éducative et touristique, un comité de site sera mis en place.

Origine du lagerstätte[modifier | modifier le code]

La présence de certains minéraux et de nombreux sulfures (galène, sphalerite, cernyite…) pourrait permettre de penser que les fossiles découverts sont morts de manière cyclique à la suite de pollutions hydrothermales[3]. Les gaz issus de la faille géologique seraient donc à l’origine de la présence de tous ces organismes dans cette zone au fond d’une mer calme et à plus de 200 m de profondeur. Ce gisement exceptionnel, aussi bien par l’abondance que pour la conservation en trois dimensions des organismes fossilisés, est lié à la mort et l'enfouissement rapide d'une partie de la faune in-situ.

Paléoenvironnement[modifier | modifier le code]

La présence de calmars vampires[4] et de pycnogonides[5] (parfois improprement appelés "araignées de mer") indique un milieu profond (pouvant atteindre 400-500 mètres) où la lumière était probablement très faible (zone aphotique). La profondeur est également attestée par la présence d'éponges et de crinoïdes typiques d'un environnement profond[6].

L'analyse du contexte géologique de l'époque (présence de failles actives) ainsi que la présence de lentilles riches en fer est peut-être lié à la présence d'une activité hydrothermale de type fumeurs noirs.

Conclusion[modifier | modifier le code]

La formation du lagerstätte de la Voulte reste encore mal élucidée. De nouvelles études plus précises sur le terrain sont nécessaires. En effet, les études précédentes ont été faites sans relevés stratigraphiques précis, notamment lors de l'extraction des fossiles.

Enfin, il est à noter que de nombreux fossiles ont été endommagés lors des fouilles. En effet, plusieurs ont été dégagés (et réparés) avec des outils et techniques inadaptés à la finesse de la préservation et ont donc empêché leur étude détaillée par la communauté scientifique [7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elmi, S., « Le Lias supérieur et le Jurassique moyen de l’Ardèche », Documents des Laboratoires de Géologie de la Faculté des Sciences de Lyon, vol. 19(1-3),‎ 1967, p. 1–845
  2. Fischer J.-C., Riou, B., « Le plus ancien Octopode connu (Cephalopoda, Dibranchiata) : Proteroctopus ribeti nov. gen., nov. sp., du Callovien de l’Ardèche (France) », Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, vol. 295(2),‎ 1982, p. 277–280
  3. (en) Wilby, P.R., Briggs, D.E.G., Riou, B., « Mineralization of soft bodied invertabrates in a Jurassic metalliferous deposit », Geology, vol. 24(9),‎ 1996, p. 847–850
  4. Fischer J.-C., Riou, B., « Vampyronassa rhodanica nov. gen. nov. sp., vampyromorphe (Cephalopoda, Coleoidea) du Callovien inférieur de La Voulte-sur-Rhône (Ardèche, France) », Annales de Paléontologie, vol. 88,‎ 2002, p. 1-17
  5. Charbonnier, S., Vannier, J., Rioux, B, « New sea spiders from the Jurassic La Voulte-sur-Rhône Lagerstätte », Proceedings of the Royal Society of London B, vol. 274,‎ 2007, p. 2685-2691
  6. (en) Charbonnier, S., Vannier, J., Gaillard, C., Bourseau J.-P., Hantspergue P., « The La Voulte Lagerstätte (Callovian): Evidence for a deep water setting from sponge and crinoid communities. », Palaageography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, vol. 250(4-5),‎ 2007, p. 216-236
  7. Sylvain Charbonnier, Le Lagerstätte de La Voulte : un environnement bathyal au Jurassique, t. 199, Paris, Muséum national d'Histoire naturelle,‎ 2009, 272 p. (ISBN 978-2-85653-632-2)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]