Lady Gaga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lady GaGa)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaga.

Lady Gaga

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Lady Gaga en avril 2014.

Informations générales
Surnom Mother Monster
The Queen of Pop
Nom de naissance Stefani Joanne Angelina Germanotta
Naissance 28 mars 1986 (28 ans)
New York, États-Unis
Activité principale Auteur-compositrice-interprète, chanteuse, actrice
Genre musical Pop, Jazz
Instruments Voix, piano, guitare
Années actives Depuis 2005
Labels Def Jam, Cherrytree, Streamline Moderne, Kon Live, Interscope
Site officiel ladygaga.com, littlemonsters.com
Logo

Stefani Joanne Angelina Germanotta, dite Lady Gaga, née le 28 mars 1986, à New York, aux États-Unis, est une auteure-compositrice-interprète américaine. Née et élevée à New York, elle étudie au couvent du Sacré-Cœur et fréquente brièvement la Tisch School of the Arts de l’université de New York avant de quitter le milieu scolaire pour se concentrer sur sa carrière musicale. Elle commence alors à se creuser une place sur la scène musicale rock du Lower East Side, et signe ensuite une entente chez Streamline Records vers la fin de 2007. Au cours de l’exécution de son contrat en tant qu’auteure-compositrice, ses habiletés vocales sont remarqués par l’artiste Akon, qui la signe subséquemment sur son label, Kon Live Distribution.

Lady Gaga attire l’attention médiatique en tant que chanteuse à la suite de la sortie de son premier album, The Fame, qui est applaudi par la critique en plus d’être un succès commercial, trônant sur les palmarès à travers le monde et incluant les numéros-un Just Dance et Poker Face. Après avoir terminé sa tournée Fame Ball Tour, elle sort un second un album intitulé The Fame Monster, qui contient les succès internationaux Bad Romance, Telephone et Alejandro. La réussite commerciale de l’album encourage la création d’une tournée mondiale de plus de dix-huit mois, The Monster Ball Tour, qui devient plus tard l’un des spectacles les plus lucratifs de tous les temps. Son troisième album, Born This Way, atteint le sommet de la plupart des palmarès et génère de nouveaux succès internationaux, dont Born This Way, Judas et The Edge of Glory. En dehors de sa carrière musicale, la chanteuse s’implique dans différentes causes humanitaires ainsi que dans la défense des droits LGBT. Plus récemment, son quatrième album, intitulé Artpop (stylisé ARTPOP), sorti en novembre 2013, contient le premier single Applause, le second Do What U Want, en featuring avec R. Kelly et le dernier en date est G.U.Y. Ce nouvel opus se classe no 1 dans plus de 80 pays sur la plateforme iTunes, ainsi qu'aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Japon, au Brésil, au Canada, et un peu partout dans le monde, malgré des critiques acerbes.

Influencée par David Bowie, Michael Jackson, Madonna et Queen, Lady Gaga est reconnue pour ses excentricités flamboyantes qu’elle transmet à l’industrie de la musique à travers sa mode, ses performances et ses vidéoclips. Elle a vendu une estimation de 152 millions de disques à travers le monde, soit environ 27 millions d'albums, et près de 125 millions de singles selon Billboard[1]. Ses récompenses incluent cinq Grammy Awards et 13 MTV Video Music Awards. Elle a été nommée Artiste de l’année en 2010 par le magazine Billboard, s’est classée quatrième dans la compilation de VH1 des 100 meilleures femmes de l’histoire de la musique, est apparue à plusieurs reprises dans différentes listes réalisées par Forbes et a été déclarée la personne la plus influente du monde par le magazine Time. Elle est ensuite classée 2e personne la plus influente de ces 10 dernières années, derrière Aung San Suu Kyi, toujours par le Time. En 2013, elle est élue "Femme de l'Année" par le magazine Glamour.

Biographie

Enfance

L'Upper West Side, le quartier où Lady Gaga a grandi et qui a été une source d'inspiration pour beaucoup de ses chansons.

Stefani Joanne Angelina Germanotta est née le 28 mars 1986, à New York, d'un père d'origine italienne et d'une mère d'origine canadienne-française[2],[3]. Elle est l’aînée de la famille fondée par Joseph et Cynthia Germanotta[4],[5]. Elle a une sœur cadette, Natali Germanotta, que l'on voit apparaître au début du clip Telephone. Elle commence à apprendre le piano toute seule à l’âge de 4 ans[6]. À onze ans, elle tente d’entrer à la Juilliard School de Manhattan[7], mais finalement rentre au Couvent du Sacré-Cœur, une école privée catholique[8].

Elle commence à écrire des ballades dès treize ans et commence à chanter lors de « scènes libres[9] » à l’âge de 14 ans. À dix-sept ans, elle est admise à l’université de New York (faculté de la Tisch School of the Arts), sise à Greenwich Village. Elle commence à étudier la musique et améliore son style en composant des essais sur des sujets comme l’art, la religion ou l’ordre socio-politique[9],[10]. Après avoir quitté l’université pour se concentrer sur sa carrière musicale, elle commence à travailler dans des bars de strip tease à New York[6], où elle arrondissait ses fins de mois avec son travail de serveuse[6]. Elle devint aussi brièvement go-go danseuse[11] « pour arriver à joindre les deux bouts »[6],[12].

Premiers pas difficiles (2005-2008)

Lady Gaga, à cette époque Stefani Germanotta, et Lady Starlight en août 2007 interprétant une chanson au festival de Lollapalooza à Chicago.

Germanotta signe avec Def Jam Records quand elle a 19 ans, après que le patron du label, Antonio Reid, l’a entendue chanter dans le couloir de la maison de disques. Reid lui dit alors qu’elle est « une célébrité », et lui signe un contrat immédiatement. Mais une fois le contrat signé, Lady Gaga dit ne plus l’avoir revu, elle déclare à ce propos qu’elle avait « l’habitude d’attendre devant son bureau pendant des heures, en espérant qu’il vienne la rencontrer et voir ses chansons, mais cela ne s’est jamais produit ». Puis le label rompt le contrat au bout de trois mois, Lady Gaga en ressort « bouleversée ». Elle quitte alors le foyer familial pour aller sur la scène club du Lower East Side avec le groupe Mackin Pulsifer et SGBand[13]. C’est à la même époque qu’elle commence à faire des spectacles burlesques et à prendre de la cocaïne. À ce propos Lady Gaga dit que son père « ne comprenait pas ». Son père ne la voit pas pendant quelques mois[8],[14],[15]. Le producteur de musique Rob Fusari qui l'aide, à cette époque, à écrire ses premières chansons, compare son style vocal à celui de Freddie Mercury. « Fusari donne le surnom de Gaga à Lady Gaga en rapport avec la chanson Radio Ga Ga ». Elle commence à utiliser ce nom de scène, elle est connue depuis sous le nom de Lady Gaga[14].

Premier concert en dehors des USA: Lady Gaga à Michalsky Stylenite de Berlin Fashion Week, juillet 2008

En 2007, Lady Gaga collabore avec Lady Starlight, qui l’aide à créer son univers scénique[16]. Le duo commence à donner des concerts dans des clubs du Lower East Side. Les concerts portaient le nom de Lady Gaga and the Starlight Revue, présentés comme L’Ultime Rockshow Pop Burlesque en hommage à la variété des années 1970[17],[18],[19],[20]. En août 2007, Lady Gaga et Starlight sont invitées à jouer à l’American music festival de Lollapalooza[21]. Le spectacle donné est très apprécié et reçoit de bonnes critiques[9],[17]. S’étant d’abord concentrée sur l’avant-garde et la musique electro dance, Lady Gaga trouve son créneau lorsqu’elle commence à intégrer de la pop à ses mélodies et un vintage glam rock à la David Bowie ou encore à la Queen dans son mix[22].

Elle commence à écrire pour des artistes sous contrat avec le label Konvict Muzik d’Akon, dont Fergie, les Pussycat Dolls, Britney Spears ou encore New Kids on the Block[8]. Après l’avoir entendue chanter un guide vocal pour un de ses morceaux, Akon arrive à la conclusion qu’elle est aussi une bonne chanteuse[23]. Il finit par convaincre le président du label Interscope Records, Jimmy Iovine, de signer un contrat conjoint avec son propre label[24]. Grâce à son affiliation avec Akon, elle commence à travailler sur son premier album avec une production RedOne. Possédant déjà de nombreux titres electro-glam à la David Bowie ou à la Queen, elle décide de mixer son beat rétro dance avec des mélodies urbaines, un refrain pop en conservant un côté rock and roll. La première chanson produite est Boys Boys Boys un mashup de Girls, Girls, Girls (extraite de l’album du même nom) du groupe de glam metal Mötley Crüe et de la chanson T.N.T. (extraite de l’album du même nom) du groupe de hard rock AC/DC[14],[25]. Avant la sortie de son album, The Fame, elle déclare que son « but comme artiste est d'écrire et faire la musique pop qui a quelque chose d'artistique et d'intéressant à dire. Si je peux toucher une petite fille de quatre ans comme un étudiant en art de 25 ans avec mon album, alors j'aurai fait du bon travail. »

The Fame : la naissance d'une star (2008-2009)

Lady Gaga interprétant Love Game lors de sa première tournée The Fame Ball Tour.

Début 2008, Lady Gaga s’installe à Los Angeles, où elle peaufine son album, The Fame, avec sa maison de disques[14]. Elle commence alors à travailler avec un collectif appelé Haus of Gaga, sur la création de ses tenues, ses décors, et sons[8]. En avril 2008, la carrière de Lady Gaga décolle avec la sortie du titre Just Dance, avec Colby O'Donis et Akon. Le titre se classe numéro 1 des ventes dans de nombreux pays, tels que le Canada[26], les Pays-Bas[27], l’Irlande[28], ou le Royaume-Uni[29]. Plus de quatre millions de copies en téléchargement du single sont vendus en moins de cinq mois[30]. Un single promotionnel Beautiful, Dirty, Rich sort peu après Just Dance. L'album se vend à plus de douze millions d'exemplaires. L’album, The Fame sort en octobre 2008. Sa sortie est suivie par le titre Poker Face qui arrive directement en deuxième position des ventes en France (durant la semaine du 26 janvier au 1er février 2009) puis 1er (durant la semaine du 23 février au 1er mars). Ce single a été numéro 1 dans tous les pays où il est sorti. Poker Face est le titre qui a été le plus vendu en Angleterre en 2009, avec 982 000 exemplaires vendus.

Puis le public découvre un quatrième titre (troisième single) aux forts accents electro, LoveGame, ainsi que le contenu de son premier album, The Fame : Beautiful, Dirty, Rich, Paparazzi ou encore dans Eh, Eh (Nothing Else I Can Say). Lady Gaga déclare, lors d’une entrevue avec Métro Québec : « Dans un an, nous nous retrouverons dans ce même pub, les gens parleront encore de moi, et même mieux, je serai plus connue que jamais ! »[6]. Lady Gaga passe pour la première fois à la télévision lors du concours Miss Univers 2008 où elle interprète Just Dance en promo de son album. Puis elle apparaît dans l'émission So You Think You Can Dance sur la Fox le 31 juillet 2008. Par la suite, la chanson Beautiful, Dirty, Rich est utilisée dans la vidéo promotionnelle de la série Dirty Sexy Money d’ABC.

Lady Gaga en représentation à Gröna Lund, Stockholm.

Le 4 juillet 2008, le blogueur Perez Hilton organise une soirée dans une discothèque privée de Los Angeles où Lady Gaga donne un concert[31]; le roi de la « web jet set », très influent, définit alors ses performances sur scène comme « très différentes et très novatrices »[pertinence contestée]. Nommée aux MTV Video Music Awards 2008 dans les catégories Révélation de l'année et Meilleur clip elle ne remporte pas de prix, mais déclare se contenter de son succès dans les charts. Le 29 mars 2009, Lady Gaga est invitée à chanter avec une participante lors d’un variété de la Star Académie québécoise, avec Ginette Reno et Roger Hodgson. Durant son interprétation, quelque chose d’étrange est tout de suite remarqué. Elle à une voix rauque et grave. Après son interprétation de Poker Face, elle eut beaucoup de difficultés à discuter avec Julie Snyder, l’animatrice de l’émission, le visage caché par la palette d'un chapeau-casquette qu’elle porte, et les paroles confuses. Ce soir-là, elle fut beaucoup critiquée, notamment lors de sa prestation avec l’une des Académiciennes durant laquelle elle parut distante et éteinte. Elle avait pourtant su charmer les critiques montréalaises la veille avec une première visite au Québec, plus précisément le 28 mars 2009[32]. En avril 2009, Lady Gaga devient la première artiste depuis 1999 à classer ses deux premiers singles au premier rang du Billboard 100. Elle égale ainsi la performance de Christina Aguilera en 1999 avec Genie in a Bottle et What a Girl Wants. Fin mai 2009, Perez Hilton, qui la qualifie de « nouvelle princesse de la pop », diffuse en avant-première le sixième clip vidéo de l’album The Fame, Paparazzi sur son blog[33]. Le 13 juillet 2009, le magazine américain Billboard indique que Lady Gaga est la troisième artiste dans l’histoire du Mainstream Top 40 à avoir placé trois singles numéro 1 pour un premier album, après le premier album de Mariah Carey et ses cinq singles numéro 1, Ace Of Base en 1993-1994, Christina Aguilera en 1999-2000 avec son premier album Christina Aguilera et trois singles numéro 1, Avril Lavigne en 2002-2003 avec son album Let Go et ses trois tubes placés no 1[34].

Les singles de cet album sont : Just Dance, Poker Face, LoveGame, Eh, Eh (Nothing Else I Can Say) et Paparazzi.

The Fame Monster : la consécration Pop (2009-2011)

Lady Gaga en concert à New York.

The Fame Monster a un total de trois éditions différentes : l’édition standard, qui contient exclusivement les huit nouveaux titres (Bad Romance, Telephone, Teeth, Monster, Alejandro, Dance in the Dark, Speechless et So Happy I Could Die), l’édition de luxe, qui inclut quant à elle les chansons de The Fame et celles de The Fame Monster ainsi que les trois chansons complémentaires japonaises de The Fame (Disco Heaven; Paper Gangsta et Retro, Dance, Freak). Pour finir, la troisième édition nommée Super Deluxe Fame Monster, inclut l’album original The Fame, l’édition de luxe de The Fame Monster, le Book of Gaga concernant le voyage autour du monde de Lady Gaga, une mèche de cheveux de la perruque de Lady Gaga, des images, des affiches, des fanzines thématiques, une vision en coulisse de son procédé artistique, une collection de poupées en papier, des lunettes 3D et enfin des notes personnelles de l’artiste. Cette dernière version a été pour elle « inspirée par un certain nombre de fanzines et notamment par ceux de l'époque du punk new-yorkais[35] ». The Fame Monster est donc une réédition de The Fame et un album à part entière à la fois. The Fame Monster se vend à plus de 33 millions d'exemplaires[réf. nécessaire].

The Fame Monster est commercialisé sous deux pochettes différentes : la première montre Lady Gaga portant une perruque blonde et une veste en cuir. Sur la seconde, elle est coiffée d’une longue perruque noire et pleure du sang noir. Elle déclare d’ailleurs dans une interview pour le magazine Elle américain que son label trouvait que les pochettes n’étaient pas assez commerciales et qu’elle s’est battue pendant des mois pour faire approuver ces deux pochettes[pertinence contestée][36]. Cet album fut lancé dans tous les pays le 23 novembre 2009 mis à part au Japon où il sort le 18 novembre 2009, en Australie et en Allemagne (sortie le 20 novembre 2009). La chanteuse affirme que c'est lors de sa première tournée (The Fame Ball Tour) que l'écriture de The Fame Monster commença[37]. De son point de vue, chaque chanson représente une de ses peurs : celle de l'alcool, celle du sexe, celle de l'amour, celle de la drogue, celle du travail, celle de la solitude, celle de la vérité. L’album contient aussi une ballade en l’honneur de son père qui faillit perdre la vie lors d’une opération cardiaque. Sur ce sujet, la chanteuse prétend dans une interview pour le magazine italien Max que lorsqu’elle écrivait cette chanson, elle était prête à perdre son père définitivement[pertinence contestée][38].

Le premier des quatre singles du second album de Lady Gaga, Bad Romance, sort officiellement aux États-Unis le 26 octobre 2009. Cette chanson est considérée comme son plus grand succès[réf. souhaitée]. Le second single, Telephone, est quant à lui réalisé avec la collaboration de Beyoncé (il sert d’ailleurs pour le comming next[Quoi ?] de l’émission Le Grand Journal[39]). Celui-ci était initialement composé pour la chanteuse américaine Britney Spears mais, à la suite du refus de celle-ci, la chanson fut utilisée pour l'album de Lady Gaga[40]. Telephone sort respectivement le 26 janvier 2010 aux États-Unis et le 6 avril 2010 en France. Le troisième single, Alejandro, dévoilé via Twitter, sort le 20 avril 2010 aux États-Unis[41]. Le quatrième single de l'album est Dance in the Dark. Le titre ne sort pas aux États-Unis et ne bénéficie d'aucun clip vidéo.

Pour promouvoir son album, Lady Gaga fait différentes apparitions télévisées dont une sur le plateau de Barbara Walters[42], une autre sur celui d'Ellen DeGeneres[43], une dans la téléréalité X-Factor ainsi qu'une apparition dans la série dramatique Gossip Girl (saison 3, épisode 10)[44]. Lady Gaga fut aussi invitée au Royal Variety Show au côté de Miley Cyrus pour interpréter l'une de ses chansons devant la Reine Élizabeth II. Elle interpréta Speechless sur un piano d'une hauteur de près de trois mètres. Pour la promotion de The Fame Monster, elle crée de plus une tournée mondiale visitant plus de quatre continents[Combien ?][réf. souhaitée] : The Monster Ball Tour. The Fame Monster reçoit un disque de platine australien en fin décembre, il s'agit de sa première certification. Peu après, le second album de Lady Gaga reçoit sa seconde certification, un disque d'or américain.

Lady Gaga chantant Paparazzi durant le Monster Ball Tour.

L'année terminée, l'album The Fame (Monster) est le deuxième album le plus vendu de l'année 2009 derrière Susan Boyle surpassant Lady Gaga de 100 000 ventes[45]. Lady Gaga est aussi sélectionnée dans 11 catégories par les lecteurs de Pop Justice[pertinence contestée] dont elle est en troisième position pour le meilleur single avec Bad Romance. Enfin, le clip Don't Give Up de Midway State en collaboration avec Lady Gaga est diffusé, celui-ci ne recèle qu'une seule scène mais dure par contre un total 4 minutes et 30 secondes[46]. Perez Hilton, célèbre bloggeur, annonça via son twitter que Lady Gaga sortira son troisième album en fin 2010 si sa seconde tournée The Monster Ball Tour se déroule bien. Début 2010, elle s'associe à la marque d'appareil électronique Polaroid, elle annonce et présente lors des Consumer Electronic Show la maquette représentant ses écouteurs nommés Herbeats. À la cérémonie, elle déclare aussi qu'une partie des fonds sera consacrée à des œuvres de charité œuvrant contre le sida, confirmant que cette maladie est une cause qui lui tient à cœur[47]. Mi-janvier, elle interprète Monster, Bad Romance et Speechless à l'émission d'Oprah Winfrey. Là-bas, elle annonce que tous les bénéfices de son concert à New York du 24 janvier, seront reversés à une association en faveur des rescapés du tremblement de terre d'Haïti[48]. Finalement, Lady Gaga réussit à récolter un demi-million de dollars, soit trois cent mille euros. Pour le plus grand évènement musical de l'année, les Grammy Awards, vêtue d'une tenue verte brillante, elle interpréte Poker Face dans sa version originale et chante Speechless ainsi que Your Song avec Elton John[49],[50]. Quelques jours après les Grammy Awards, Lady Gaga déclare lors d'une interview pour la radio 102.7 KIIS-FM qu'elle a commencé à travailler sur son troisième album et que le clip de Telephone, qui d'ailleurs fut tourné le 27 et 28 janvier à Los Angeles, serait la suite de Paparazzi.

Lors des Brit Awards le 16 février 2010 au Royaume-Uni, Lady Gaga chante pour la première fois Telephone en acoustique ainsi que Dance in the Dark. Elle remporte le prix de chacune des trois catégories dans lesquelles elle était nommée[51]. Mi-mars 2010, Rob Fusari, un auteur-compositeur, producteur et ancien amoureux de Lady Gaga porte plainte contre elle et lui réclame 30,5 millions de dollars. Affirmant qu'il avait coécrit Paparazzi et Beautiful, Dirty, Rich, il n'avait reçu que 600 000 dollars, soit une somme inférieure aux 15 % des profits de ses deux chansons qu'il aurait dû initialement toucher. Il déclara de plus que c'est lui qui présenta Lady Gaga au label Interscope Records et qui trouva le désormais célèbre pseudonyme « Lady Gaga »[réf. nécessaire]. Lady Gaga et Mermaid Music LLC déposent finalement une contre-plainte, réglant les problèmes juridiques et fermant le dossier.

Born This Way : le succès continue... (2011-2013)

Lady Gaga en train d'interpréter LoveGame durant le Born This Way Ball à Manchester.

Alors qu'elle reçoit le prix du meilleur clip vidéo de l'année pour Bad Romance aux MTV Music Awards 2010, Lady Gaga chante un court extrait de la chanson thème de son prochain album, Born This Way découvert pour la première fois en Europe dans Radio New York sur Fun radio, comme elle l'avait promis si elle gagnait ce prix. Par la suite, elle publie sur Twitter, le jour de l'an, les dates de sorties du single Born This Way. La chanteuse étant impatiente, sort le single deux jours plus tôt. La chanson est un succès à travers le monde, se classant numéro 1 dans 19 pays. Le 15 avril 2011, Lady Gaga sort son second single, Judas. Dans le clip, elle incarne Marie-Madeleine dans un Jérusalem des temps modernes. Deux semaines avant la sortie de l'album, elle divulgue le premier single promotionnel, The Edge of Glory, inspiré de la mort de son grand-père et dont on reconnait la musique de Song for the Lonely de Cher. Celui-ci est cependant devenu un single à part entière. Enfin, une semaine avant la sortie de l'album, elle publie le dernier single promotionnel : Hair. L'album est finalement sorti le 23 mai 2011, et est décliné en deux éditions : l'Édition Standard, qui inclut quatorze pistes, et l'Édition Spéciale qui contient dix-sept pistes ainsi que six chansons remixées, soit vingt-trois pistes. Elle annonce, lors de son passage en France, à Taratata qu’elle souhaiterait sortir neuf ou dix singles de ce même album. Toujours en 2011, la chanson Heavy Metal Lover est désignée 2e meilleure chanson de 2011 par MTV. En juillet 2011, le 4e single se confirme après plusieurs rumeurs. Lady Gaga y met fin le 25 juillet en déclarant lors d’une interview accordée à la radio Omaha 94.1 que celui-ci serait Yoü and I. Le 16 août 2011, le clip est victime de fuites et elle est contrainte de le diffuser trois jours avant la date prévue. Le 28 août lors de la cérémonie des MTV Video Music Awards Lady Gaga apparaît sur le tapis rouge déguisée en Jo Calderone, son alter ego masculin. Elle ouvre la cérémonie avec un discours suivi d’une performance de Yoü and I accompagnée de Brian May le guitariste de Queen. Au cours de la soirée elle reçoit deux awards pour son clip Born This Way. Marry the Night est le cinquième single tiré de Born This Way. Un court extrait de son clip est dévoilé le 17 novembre 2011 : il est diffusé dans sa totalité le 2 décembre et est le plus long clip de la chanteuse.

En fin d'année 2011, les meilleures ventes de l'année sont dévoilées. Lady Gaga apparaît à la deuxième place du classement mondial grâce à son album Born This Way, vendu à plus de 2,1 millions d'exemplaires aux États-Unis et à plus de 5,5 millions d'exemplaires dans le monde. Depuis, l'album s'est vendu à plus de huit millions d'exemplaires[52],[53],[54]. Le classement réserve également une surprise, The Fame Monster occupe la vingt-deuxième place. Du côté des singles, Born This Way est à la sixième position tandis que The Edge of Glory occupe la seizième place. Des rumeurs annoncent Heavy Metal Lover comme sixième single[55], mais il se pourrait que l'exploitation de Born This Way se termine avec Marry The Night. Les rumeurs prendront fin le 22 mars 2012 avec l'annonce officielle de l'arrêt de l'exploitation de l'album Born This Way, et le retrait médiatique de la chanteuse. La chanson Scheiße devrait être utilisé pour la promotion de son nouveau parfum Fame. Elle a débuté sa tournée mondiale The Born This Way Ball le 27 avril 2012 à Séoul en Corée du Sud.

Performance de Heavy Metal Lover à Manchester.

Le 27 juin 2012, lors de l'un de ses concerts à Melbourne, en Australie, elle présente au public une musique inédite : Princess Die. Ce nouveau titre choque une partie de son public du fait qu'elle parle de la princesse Diana, elle dit notamment : « Je veux m'en aller dans la limousine de mon riche amoureux, juste après qu'il m'ait demandé en mariage avec un diamant de seize carats enveloppé dans de l'or rose, avec les paparazzis qui s'agitent tout autour. Alors baissez la tête pour une autre blonde morte » a entonné Lady Gaga sur la scène australienne. Des paroles qui sont loin d'être au goût de tous selon un tabloïd britannique[Lequel ?]. Les Australiens, dont bon nombre d'entre-eux sont issus de familles d'anciens colons anglais, n'auraient pas apprécié la façon indélicate de la chanteuse de traiter l'histoire de la princesse. Pour la première fois lors de la tournée, elle fait allusion à son nouvel album. Elle confie tout de même qu'elle ne sait pas encore si cette musique inédite fera partie ou non de son quatrième album, attendu pour 2013. Durant l'année 2012, Lady Gaga ouvre son propre réseau social « LittleMonsters.com » dédié à ses fans qu'elle appelle « Little Monster ». Conçu au même titre que Facebook, Twitter et autres, il n'est cependant accessible que par ses fans[précision nécessaire]. Lady Gaga apparaît dans l'édition 2013 du Livre Guinness des records en tant que « personnalité la plus célèbre du monde »[56]. Le 9 octobre 2012, elle accepte en personne le prix de la paix nommé « The LennonOno Grant for Peace » décerné par Yoko Ono[57]. Le 25 décembre 2012, Lady Gaga annonce via son réseau social ainsi que sur Twitter, que Terry Richardson travaillait sur un documentaire à propos de la vie de Gaga, la Haus Of Gaga et « la création d'Artpop[58]. Lady Gaga annonce en août 2012 le titre de l'album et sa préférence sur le fait qu'elle veuille que le titre soit stylisé en lettres capitales, ceci donnant ARTPOP[59], et que l'album devrait sortir en 2013[60].

ARTPOP et débuts dans le cinéma (2013-2014)

De nouvelles chansons pour son quatrième album studio Artpop ont « commencé à fleurir » alors qu'elle travaillait avec le producteur Fernando Garibay au début de l'année 2012[61],[62]. Le manager de Gaga, Vincent Herbet, annonça que la chanteuse avait commencé à travailler sur ce projet durant la tournée The Born This Way Ball[63]. La chanteuse elle-même expliqua que le but de cet album serait de faire passer « un bon moment » à son public[64]. Le 12 juillet 2013, Gaga annonce officiellement par le biais de son site officiel, ainsi que sur LittleMonsters.com et via DJ White Shadow sur Twitter, un des nombreux producteurs de l'album, que la date de sortie de son nouvel album Artpop est fixée pour le 11 novembre 2013 et que celle du premier single tiré de celui-ci est le 19 août[65]. Une lettre décrivant le processus de la création de l'album contenant les dates et une photo promotionnelle sont aussi dévoilés ce même jour. Aux États-Unis, la chanteuse débute à la première place du Billboard 200 avec 258 000 exemplaires vendus en première semaine. S'il s'agit du deuxième numéro un pour Gaga dans ce pays, ainsi que la quatrième plus grosse semaine de ventes pour une artiste féminine 2013, ce résultat reste tout de même nettement inférieur au démarrage de son précédent album Born This Way en 2011[66]. Mondialement, l'album s'écoule à 2,3 millions d'exemplaires en 2013[67],[68]. Ses critiques sont plutôt mitigées.

Trois singles ont été extraits de l'album : le premier, Applause, sort le 12 août 2013, son clip vidéo est diffusé une semaine plus tard, il est réalisé par Inez & Vinoodh. Le choix du second single prend plusieurs semaines : tout d'abord, Lady Gaga demande l'avis de ses fans sur les réseaux sociaux, dont le choix porte sur Sexxx Dreams[69]. Plus tard, Venus est choisi[70]. Cependant, face au succès commercial de la chanson Do What U Want en duo avec R. Kelly, en tant que single promotionnel, elle et son équipe la choisisse officiellement comme deuxième single[71]. Son clip n'est jamais sorti. Cependant, le magazine TMZ diffusa un extrait sur le net en 2014[72]. La chanteuse se sépara de son manager, Troy Carter suite à des « différences artistiques »[73]. La chanson G.U.Y. sort le 22 mars 2014 en tant que troisième single. Son clip sort le même jour et dure plus de 11 minutes, il est l'un des plus longs clips de la chanteuse mais la chanson ne parvient pas à s'imposer dans les classements et devient très vite un échec commercial[74].

Lady Gaga à Berlin pour le lancement de son album.

La chanteuse fit son grand retour sur scène le 25 août 2013 lors des MTV Video Music Awards 2013 avec une performance de son single Applause. Lady Gaga a également ouvert l'iTunes Festival le 1er septembre 2013, où elle a interprété huit chansons figurant sur l'album[75]. Le 24 octobre 2013, l'artiste a organisé une soirée d'écoute exclusive de l'album à Berlin[76]. Le 27 octobre 2013, Gaga a interprété Venus et Do What U Want en direct sur le plateau de la dixième saison de The X Factor UK[77]. La cérémonie de la artRave a eu lieu le 10 novembre à Brooklyn. La chanteuse a alors délivré un concert au milieu de gigantesques sculptures représentants la jeune femme, dont celle créée par Jeff Koons sur la pochette de l'album. Durant cette même soirée, elle a fait découvrir une création de la TechHaus, partie de la Haus of Gaga : VOLANTIS, la première robe volante[78]. Le 16 novembre suivant, la chanteuse a été reçue comme invitée et présentatrice de l'émission américaine Saturday Night Live. Elle est apparue dans plusieurs sketchs au près de Kenan Thompson et a chanté son single Do What U Want ainsi que Gypsy[79]. Lors de la cérémonie des American Music Awards, elle chanta Do What U Want en duo avec R. Kelly[80]. Le 28 novembre 2013, elle a fait une apparition dans une émission spéciale pour Thanksgiving appelée "Lady Gaga and the Muppets' Holiday Spectacular", la chanteuse était aux côtés des Muppets et a interprété plusieurs chansons de l'album, notamment Fashion! en duo avec RuPaul et Artpop avec Elton John[81]. La tournée promotionnelle de l'album a continué au Japon, où elle a visité plusieurs émissions telle que Music Station[82] pour interpréter ses titres Venus et Applause, avant de retourner promouvoir l'album en Angleterre. Elle s'est produite le 8 décembre 2013 au Jingle Bell Ball de Capital FM à l'O2 Arena de Londres[83]. Lady Gaga joua les concerts finaux de la Roseland Ballroom, à New York. Les spectacles qui ont eu lieu le 28, 30 et 31 mars, ainsi que le 2 avril ont été annoncés le 22 novembre[84]. En raison "d'une forte demande", deux concerts supplémentaires pour le 4 et 6 avril ont été ajoutés quelques jours après[85]. Au total, plus de 24 000 personnes ont assisté aux 7 concerts complets[86].

Lady Gaga embarqua dans une tournée mondiale en mai 2014[87]. Son nom, ArtRave: The Artpop Ball s'inspire de la fête de lancement de l'album Artpop le 10 novembre 2013, intitulée Artrave. Elle débute par les États-Unis, où la chanteuse a prématurément stoppé sa dernière tournée[88], et se compose de 78 dates à travers l'Amérique du Nord, l'Asie, l'Australie et l'Europe. Dans les mois suivant le lancement de la tournée, elle et son nouveau manager joignirent Artist Nation, une division de Live Nation Entertainments. En juin 2014, plus de 800 000 tickets se sont écoulés à travers le monde[89].

La chanteuse fit sa première apparition cinématographique dans le film de Robert Rodriguez, Machete Kills. Elle y joue le rôle de La Chameleón aux côtés d'un grand casting. Le film d'action apparût sur les écrans de cinéma le 4 octobre 2013[90]. Gaga fera également une apparition dans le film Sin City: A Dame to Fill For, par le même réalisateur, prévu de sortir le 22 août 2014[91].

Le Jazz, avec Cheek to Cheek (2014)

Suite à un dépression due aux résultats bien plus faibles qu'espérés et aux critiques acerbes pour son album ARTPOP, Lady Gaga se remet en question, et après un court silence médiatique, la chanteuse surprend le public en se rendant au festival de Jazz de New York, pour y interpréter, avec Tony Bennett, quatre titres de leur album commun Cheek to Cheek; soit But Beautiful, Lush Life, Sophisticated Lady et I Won't Dance. Suite à la sortie des singles Anything Goes et I Can't Give You Anything But Love tous deux classés numéro du classement de Billboard[réf. nécessaire], l'album voit le jour le vendredi 19 septembre 2014 en France, puis le mardi 23 dans le reste du Monde. Acclamé par la critique musicale, l'album est un large succès, puisqu'il s'est vendu à non moins de 131 000 exemplaires dès la semaine de sa sortie. La promotion de cet album de reprises des grands standards de jazz se fait, en parallèle à sa tournée artRAVE: the ARTPOP Ball (Ils ont donné, notamment, une représentation sur la Grand-Place de Bruxelles le 22 septembre)[réf. nécessaire].

Début 2015, Gaga fera la première performance historique dans l'espace dans le cadre du festival Zero G Colony[92].

Vie privée

Depuis septembre 2011, Gaga est en couple avec l'acteur et mannequin Taylor Kinney, qu'elle a rencontré sur le tournage du clip You&I[93].

Lady Gaga a indiqué sa bisexualité dans une interview de 2009 avec Barbara Walters[94]. Sa chanson Poker Face a d'ailleurs pour sujet la bisexualité[95].

Soutien aux droits LGBT

Lady Gaga est une personnalité soutenant très activement les droits LGBT partout dans le monde[94],[96],[97]. S'étant engagée aux États-Unis à faire évoluer la législation locale ; elle a à plusieurs reprises fait campagne pour orienter la politique de Barack Obama à ce sujet. Elle a par exemple pris publiquement position pour l'abrogation de la loi Don't ask, don't tell[97]. En 2011, elle rencontre Obama pour discuter des moyens de combattre le harcèlement, notamment homophobe, à l'école[97]. Elle est par ailleurs considérée comme une « icône gay »[96].

Influences et image publique

Lady Gaga a été influencée par des musiciens ayant un style glam rock tels que David Bowie et Freddie Mercury ainsi que par certaines icônes pop comme Britney Spears, Madonna et Michael Jackson[98]. La chanson Radio Gaga est à l’origine de son pseudonyme[99], elle déclara à propos de ce sujet : « J’ai adoré Freddie Mercury et son groupe Queen, ils avaient appelé une de leurs chansons Radio Gaga. C’était un titre unique, tout comme Freddie qui était une des plus grandes personnalités pop ». Madonna, qui avait rencontré Lady Gaga pour la première fois lors des Video Music Awards 2009 affirma dans une interview pour le magazine Rolling Stone qu’elle retrouvait une part d’elle en Lady Gaga[100]. À la suite de comparaisons entre Madonna et elle-même, Lady Gaga déclara « Je ne veux pas paraitre modeste, mais j’ai pour but de révolutionner la pop. Selon moi, cette dernière révolution fut lancée il y a 25 ans par Madonna ». Elle cita également l'icône de la mode, actrice et chanteuse Grace Jones comme une inspiration[101]. Elle est également souvent comparée à la chanteuse Debbie Harry du groupe Blondie[102],[103]. Dans l'édition du 2 juin 2010 d'un article du magazine musical en ligne Side-Line, elle déclare être devenue récemment fan du groupe anglais Erasure, dont elle avait rencontré le chanteur à l'occasion d'un spectacle de DJ en été 2009, ainsi que de Depeche Mode[104].

Lady Gaga a la tessiture d'un contralto[105]. La voix de Lady Gaga est comparée à celle de Madonna et Gwen Stefani, tandis que la structure de sa musique est inspirée de la pop des années 1980 et de l’europop des années 1990[106]. En faisant un résumé de son premier album, The Fame, The Sunday Times a affirmé qu’« en combinant musique, mode art et technologie, Lady Gaga évoque Madonna dans sa jeunesse, Gwen Stefani dans la période de sa chanson Hollaback Girl, Kylie Minogue en 2001 et Grace Jones présentement »[réf. souhaitée]. Similairement, la chroniqueuse Sarah Rodman du magazine The Boston Globe la critiqua en disant qu’« elle a des inspirations évidentes de Madonna et Gwen Stefani lors de sa mode du genre jeune fille insouciante ; par contre, elle fait de bonnes chansons[107] ». Concernant les paroles, Sarah Rodman écrivit[pertinence contestée] que « ses paroles nous font danser sans même nécessiter d’efforts[108] ». Simon Reynolds affirma quant à lui que « Lady Gaga a principalement un style de chanson Electroclash, excepté quelques chansons qui ont un air des années 1980, de pop et de R&B[109] ».

Lady Gaga a elle-même déclaré qu’elle est « très à la mode » et que cela est « tout » pour elle[11]. Elle estime que dans la mode, l'italienne Donatella Versace est sa principale source d’inspiration avec le designer Jan Klod de New York. Lady Gaga portera d'ailleurs en 2012 l'iconique robe de Gianni Versace[110] et sera l'image publicitaire de la marque italienne en 2014, photographiée par Mert & Marcus[111]. Elle a sa propre équipe de production appelée Haus of Gaga, bien qu'elle s’occupe personnellement des gadgets et de certaines de ses tenues[112]. L’équipe crée beaucoup de vêtements, d’accessoires théâtraux ainsi que des perruques. La Haus of Gaga a entre autres créé le Disco Stick, qui a été utilisé lors du vidéoclip LoveGame. Son amour pour la mode vient de sa mère qui elle a déclaré « être toujours maquillée et belle[réf. souhaitée] ». Lady Gaga a, quant à elle, déclaré que « lorsque j’écris de la musique, je pense aux vêtements que je voudrais porter sur scène ou simplement sur la rue. La mode, c’est tout ; l’art, les performances et la pop. La mode vient avec bien d’autres choses, des choses qui me permettront d’avoir de vrais bons fans. Je veux qu’ils aient envie de me manger et lécher chaque partie de moi tellement mes vêtements sont frappants[11] ». Le Global Language Monitor nomma Lady Gaga comme une des icônes modes les plus spéciales de la planète[113]. Tout comme d’autres magazines[Lesquels ?], Entertainment Weekly fit un palmarès des icônes modes les plus marquants de la décennie[pertinence contestée], Lady Gaga en faisant partie, ils commentèrent positivement son style en disant « Qu’il s’agisse d’une robe faite de marionnettes en forme de grenouille ou de simples bulles, Lady Gaga semble être de plus en plus originale[réf. souhaitée] ». Vers la fin de 2008, plusieurs comparaisons commencèrent à faire surface à propos de Lady Gaga et Christina Aguilera en remarquant des similitudes dans leur style, cheveux et maquillage[réf. souhaitée]. Aguilera répondit quelque temps plus tard à cette comparaison en disant qu’« elle ne se souciait pas du tout des comparaisons d’elle avec Lady Gaga ». Quant à elle, Lady Gaga fut plus ou moins contente de cette comparaison, elle déclara donc sur Christina : « Elle est une célébrité, tout ce que je peux lui envoyer, ce sont des fleurs parce que la quasi-totalité des gens ignoraient qui j’étais avant que toutes ces comparaisons arrivent. En quelque sorte, cela a accentué ma célébrité[114] ». Janet Jackson commenta sur Lady Gaga qu’« elle est une femme très travailleuse et talentueuse, mais elle travaille beaucoup trop et doit se reposer[réf. souhaitée] ». Avant l’ascension de son succès, elle avait les cheveux bruns, mais décida de se les teindre en blond, car elle était trop souvent prise pour Amy Winehouse[réf. souhaitée].

Lady Gaga surnomme ses fans les Little Monsters (« petits monstres »), en janvier 2010, elle fit un tatouage avec cette inscription, leur rendant hommage[115]. Elle a aussi six autres tatouages connus[116], parmi eux un symbole de la paix et de l’amour inspiré de John Lennon, qui d’après The Guardian, était le héros de Lady Gaga et un autre sur son bras gauche qui cite le poète Rainer Maria Rilke[117].

Début mai 2010, Lady Gaga est citée dans la très attendue liste « des 100 personnalités les plus influentes du monde », publiée dans le magazine américain Time, elle y est en tête de la catégorie Artistes[118]. En octobre 2010 a eu lieu la première exposition au monde consacrée à Lady Gaga, « Gaga à Gogo », par Alexandra Boucherifi[119],[120], à la Galerie Chappe, à Paris[121],[122].

Le 22 juillet 2013, Forbes désigne la chanteuse comme étant la célébrité de moins de trente ans la mieux payée entre juin 2012 et juillet 2013, engrangeant un total d'environ 80 millions de dollars[123]. Elle fut également élue par le même magazine à la deuxième place des célébrités les plus puissantes de 2013, derrière Oprah Winfrey. Puis à la 19e place en 2014[124].

Philanthropie et créativité

Lady Gaga en avril 2010, interprétant la chanson Speechless, lors d'un concert bénéfice nommé Gagakoh, au Japon.

Outre la performance musicale, Lady Gaga s'est engagée dans un certain nombre d’organismes de bienfaisances (non lucratif à titre personnel) au long de sa carrière. À la suite du tremblement de terre survenu à Haïti en 2010, elle déclina d’abord une invitation pour enregistrer une chanson-bénéfice, mais donna un concert dont la totalité des recettes fut versée pour la reconstruction de Haïti. Ce concert a eu lieu le 24 janvier 2010. Pendant cette même journée, les bénéfices des ventes des produits dérivés sur la boutique en ligne du site officiel de Lady Gaga ont renforcé cette action. Le montant total s'éleva à 500 000 dollars américains, soit 350 000 euros[125].

Lady Gaga s’est également engagée à sensibiliser les jeunes aux risques du VIH. Avec la collaboration de Cyndi Lauper, elles se sont alliées à la Fondation M.A.C, un fabricant de cosmétiques, qui récolta plus de 160 millions de dollars pour cette cause commune. À cet effet, elles ont lancé leur ligne de rouge à lèvres Viva Glam Gaga et Viva Glam Cindy[126]. L'ensemble des recettes (de chaque ligne) fut reversé à la Fondation MAC en faveur des personnes infectées par le VIH[127]. Dans un communiqué de presse, Lady Gaga déclare : « Nous voulons que les femmes se sentent fortes, assez fortes pour se souvenir qu'il faut qu'elles se protègent. Notre but est que ce rouge à lèvres opère une sorte de rappel. Lorsque votre homme sera nu dans le lit et que vous irez dans la salle de bain, mettez votre rouge à lèvres et emportez un préservatif. Il ne devrait pas y avoir d’exceptions…[128] » Dans une interview donnée au magazine Marie Claire, Lady Gaga affirme qu’« elle n’avait pas rejoint la campagne de solidarité seulement pour créer un rouge à lèvres, mais bien pour aider les gens[129] ».

L'artiste américaine s'est aussi engagée contre le port de fourrure véritable en se revêtant d'une robe et de chaussures formées uniquement de viande. Elle a trouvé son inspiration, auprès de l'artiste canadienne Jana Sterbak[130], pour qui la robe de viande était partie prenante d'une démarche plus aboutie, moins impulsive et intemporelle que celle de Lady Gaga[131]. Après avoir choqué son public, elle s'est expliquée en faisant le lien entre la fourrure faite d'animaux et la viande qu'elle portait, car, finalement, cela revient à tuer un animal pour des vêtements[132].

À la suite du séisme de mars 2011 au Japon, Lady Gaga se mobilise pour les sinistrés en confectionnant le design et la phrase « We pray for Japan » (nous prions pour le Japon) sur des bracelets en plastique rouge et blanc, les couleurs du drapeau du Japon, à commander par Internet. Lady Gaga a annoncé fin mars via Twitter que ces bracelets ont rapportés près de 1,5 million $ (≏ 1,03 million €) au Japon[133].

En mars 2012, Lady Gaga lance son association Born This Way Foundation[134] avec sa mère, pour aider les jeunes victimes d'intimidations et pour les adolescents en mal-être. En septembre 2012, elle commercialisera son premier parfum nommé Lady Gaga Fame, en association avec Coty.

Récompenses, nominations et hommages

Lady Gaga a reçu plus de 200 récompenses et a été nominée plus de 420 fois[135].

Un genre de fougères américaines a été nommé Gaga en hommage à la chanteuse, ardente défenseuse de l'égalité et de l'expression individuelle selon Kathleen Pryer, professeur de biologie à l'Université Duke et directrice du Duke Herbarium, qui souligne la ressemblance d'un costume de scène Armani en forme de cœur porté par Lady Gaga, avec le gamétophyte d'une fougère[136]. De plus la présence de la séquence GAGA dans l'ADN de ce nouveau genre de fougères le distingue de tous les autres[137].

Une des espèces de ce genre, découverte au Costa Rica, a été nommée Gaga germanotta en hommage à la famille de l'artiste[136].

Elle a récemment obtenu un Diamond Award pour la chanson Bad Romance, sortie en 2009. En effet, ce titre a dépassé les 10 millions de vente et de lectures en streaming. Elle est la première artiste féminine à recevoir ce prix[138],[139].

Discographie

Article détaillé : Discographie de Lady Gaga.

Tournées

Article détaillé : Liste des tournées de Lady Gaga.

Filmographie

Cinéma

Télévision

Fragrances

  • 2012 : Fame.
  • 2014 : Eau de Gaga.

Notes et références

  1. http://www.billboard.com/articles/news/6114194/lady-gaga-manager-bobby-campbell-join-artist-nation-exclusive
  2. « Mom accompanies Gaga to control her wild ways », Sify.com (consulté le 2011-10-20)
  3. Shari Weiss, « Lady Gaga is related to Madonna: Documents show pop singers are ninth cousins once removed – New York Daily News », New York Daily News,‎ 2011-05-14 (consulté le 2011-10-20)
  4. (en) « Congratulations to Joseph and Cynthia Germanotta! », ladygagafan.org,‎ 25 mai 2010 (consulté le 19 janvier 2011)
  5. (en) Ruby Warrington, « Lady Gaga: ready for her close-up », The Sunday Times,‎ 22 février 2009 (lire en ligne)
  6. a, b, c, d et e (fr) Véronique Leduc, « Lady Gaga : Celle qui sait où elle va », Métro,‎ 22 août 2008 (lire en ligne).
  7. (en) Fiona Sturges, « Lady Gaga: How the world went crazy for the new queen of pop », The Independent,‎ 16 mai 2009 (lire en ligne)
  8. a, b, c et d (en) Hattie Collins, « Lady Gaga: the future of pop? », The Sunday Times,‎ 14 décembre 2008 (lire en ligne)
  9. a, b et c (en) « Biography of Lady Gaga » (consulté le 11 novembre 2009)
  10. (en) Rick Florino, « Interview: Lady Gaga », ARTIST direct,‎ 30 janvier 2009 (lire en ligne)
  11. a, b et c (en) « Lady GaGa Brings Her Artistic Vision Of Pop Music To New Album -- And A New Kids Song » (consulté le 4 septembre 2008)
  12. (en) Chris Harris, « Lady Gaga Brings Her Artistic Vision Of Pop Music To New Album », MTV News,‎ 2009 (lire en ligne)
  13. (en) « Artist Spotlights: Lady Gaga », Riffin',‎ 2009 (lire en ligne)
  14. a, b, c et d (en) « Lady Gaga », Contactmusic.com,‎ 2009 (lire en ligne)
  15. (en) « The New Issue of Rolling Stone: The Rise of Lady Gaga », The Rolling Stone,‎ 2009 (lire en ligne)
  16. (en) Christine Cassis, « 2009: Keep your ears open to this music », Blast Magazine,‎ 2009 (lire en ligne)
  17. a et b (en) Erika Hobart, « Lady Gaga: Some Like it Pop », Seattle Weekly,‎ 2009 (lire en ligne)
  18. (en) Ann Lee, « Just Who Is Lady Gaga? », Metro.co.uk,‎ 2009 (lire en ligne)
  19. (en) « Lady Gaga », Broadcast Music Incorporated,‎ 2009 (lire en ligne)
  20. (en) Charlotte Martin, « Gaga: On stripping, drugs and No 1s », The Sun,‎ 2009 (lire en ligne)
  21. (en) Nandini D'Souza, « Going Ga-Ga for Lady Gaga », W Magazine,‎ 2009 (lire en ligne)
  22. (en) Adrian Thrills, « Why the world is going gaga for electro-pop diva Stefani », Daily Mail,‎ 2009 (lire en ligne)
  23. (en) Emma Cowing, « Lady GaGa: Totally Ga-Ga », The Scotsman,‎ 2009 (lire en ligne)
  24. (en) Jason Birchmeier, « allmusic Lady Gaga », Allmusic,‎ 2009 (lire en ligne)
  25. (en) « Interview with co-writer and producer RedOne », HitQuarters,‎ 2009 (lire en ligne)
  26. (en) Billboard, « Canadian Hot 100 » (consulté le 11 novembre 2009)
  27. (en) MegaCharts « Dutch Top 40 » (consulté le 11 novembre 2009)
  28. (en) Irish Recorded Music Association, « Irish Singles Chart » (consulté le 11 novembre 2009)
  29. (en) The Official Charts Company, « Classement single Royaume-Uni » (consulté le 11 novembre 2009)
  30. (en) Paul Grein, « Week Ending Sept. 13, 2009: The Act You've Known For All These Years », Yahoo! Music,‎ 2009 (lire en ligne)
  31. (en) « If You are in Las Vegas Tonight », perezhilton.com,‎ 4 juillet 2008 (consulté le 4 septembre 2008)
  32. (fr) « Lady Gaga séduit ses fans québécois », canoe.com,‎ 29 mars 2009 (consulté le 10 décembre 2011)
  33. (en) Perez Hilton, « Epic!!!! Gaga's New Paparazzi Video », perezhilton.com,‎ 28 mai 2009 (consulté le 10 décembre 2013)
  34. (en) Gary Trust, « Lady Gaga Makes Mainstream Top 40 History », Billboard,‎ 13 juillet 2009 (lire en ligne)
  35. (en) Jocelyn Vena, « Lady Gaga Explains Super Deluxe Fame Monster Art, 3-D Glasses », MTV, mtv.com,‎ 30 novembre 2009 (lire en ligne)
  36. (en) « Lady Gaga, the singing sensation on stress, sexuality, and her romantic future », Elle, elle.com,‎ 1er décembre 2009 (lire en ligne)
  37. (en) Bradley Stern, « Lady Gaga : The Fame Monster (album review) », muumuse.com,‎ 16 novembre 2009 (consulté le 23 janvier 2011)
  38. (en) « Lady Gaga Returns With 8 New Songs on 'The Fame Monster' », prnewswire.com,‎ 8 octobre 2009 (consulté le 23 janvier 2011)
  39. (fr) « Telephone // Coming Next (GaGaVision) » (consulté le 23 janvier 2011)
  40. (en) Leah Greenblatt, New Lady Gaga, 'Telephone': Stream It Here dans Entertainment Weekly[réf. insuffisante]
  41. (fr) « Lady Gaga Alejandro - Clip, photo et paroles », ladygaga-lesite.com (consulté le 23 janvier 2011)
  42. (en) « Lady Gaga Live OMG Admits Secret Interview », sur youtube.com. (consulté le 23 janvier 2011)
  43. (en) « HD Lady GaGa Interview - Ellen DeGeneres Show Live », sur youtube.com., youtube.com (consulté le 23 janvier 2011)
  44. (en) Erica Futterman, « Exclusive: Behind the Scenes as Lady Gaga Hits “Gossip Girl” », Rolling Stone,‎ 4 novembre 2009 (lire en ligne)
  45. (en) « United World Chart », mediatraffic.de (consulté le 23 janvier 2011)
  46. (en) « The Midway State feat. Lady GaGa - Don't Give Up », sur youtube.com (consulté le 23 janvier 2011)
  47. (en) « Lady Gaga and the New Solo HD (Product) Red Beats by Dre Headphones », sur youtube.com (consulté le 23 janvier 2011)
  48. (en) Perez Hilton, « GaGa + Oprah = Amazingness! », perezhilton.com,‎ 15 janvier 2010 (consulté le 23 janvier 2011)
  49. (fr) « Elton John pique une crise devant Lady Gaga ! », people.premiere.fr,‎ 2 février 2010 (consulté le 23 janvier 2011)
  50. (en) « Poker Face/Speechless & Your Song HQ Lady Gaga and Elton John », sur youtube.com (consulté le 23 janvier 2011)
  51. (fr) « ACTU - Lady Gaga, Reine des Brit Awards 2010 ! », musique.premiere.fr,‎ 17 février 2010 (consulté le 23 janvier 2011)
  52. (en) IBTimes Staff Reporter, « Lady Gaga Biopic: 5 Stars Who Could Play the Role », International Business Times,‎ 5 octobre 2011 (consulté le 20 juin 2012)
  53. (en) Jake Coyle, « Lady Gaga Named AP's Entertainer of the Year », Billboard,‎ 2011-12-19 (consulté le 20 juin 2012)
  54. (en) Claire Suddath, « People Who Mattered -Adele », sur Time,‎ 2011-12-14 (consulté le 20 juin 2012)
  55. Lady Gaga : fin de l'exploitation de l'album "Born This Way" ?, février 2012, sur ptitblog.net, consulté le 10 décembre 2013
  56. http://gagavision.net/2012/livre-des-records-2013/
  57. (en) http://articles.nydailynews.com/2012-10-05/news/34283927_1_lady-gaga-yoko-ono-christopher-hitchens
  58. Lady Gaga : un documentaire sur sa vie et un nouvel album ARTPOP en préparation, sur uk.eonline.com, 28 décembre 2012, consulté le 10 décembre 2013
  59. (en) « Lady GaGa's new album to be called 'ARTPOP' » (consulté le 10 décembre 2013)
  60. (en) « Lady Gaga confirms new album for 2013 », Digital Spy (consulté le 10 décembre 2013)
  61. (en) Jocelyn Vena, « Lady Gaga Says Next Album Is 'Beginning To Flourish' », MTV News, Viacom International Inc.,‎ 2011-06-13 (consulté le 2012-01-02)
  62. (en) Jocelyn Vena, « Lady Gaga 'Doing Prep' For Tour, Next Album », MTV News, Viacom International Inc.,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 2012-01-02)
  63. (en) http://www.nme.com/news/lady-gaga/64082
  64. (en) http://www.mtv.com/news/1714293/lady-gaga-artpop-kiis-ustream/
  65. (en) http://www.nme.com/news/lady-gaga/71392
  66. Keith Caulfield, « Lady Gaga scores second no 1 album with ARTPOP »,‎ 2013 (consulté le 23 novembre 2013)
  67. Vivendi, « Rapport financier et Etats financiers consolides audites de l'exercice 2013 »,‎ 2013 (consulté le 25 décembre 2013)
  68. IFPI, « Music subscription revenues help drive growth in most major markets »,‎ 2014 (consulté le 18 mars 2014)
  69. (en) http://www.capitalfm.com/artists/lady-gaga/news/second-artpop-single/
  70. (en) http://www.billboard.com/articles/news/5755296/lady-gaga-reveals-second-artpop-single-venus
  71. (en) http://www.billboard.com/articles/columns/pop-shop/5770533/lady-gagas-do-what-u-want-change-up-the-big-bet-on-her-r-kelly
  72. http://www.tmz.com/2014/06/19/lady-gaga-music-video-sexual-assault-do-what-u-want/
  73. (en) http://www.nydailynews.com/entertainment/music-arts/lady-gaga-longtime-manager-troy-carter-split-article-1.1507097
  74. (en) http://www.radioairplay.fm/RadioDate/PublicDetails/61964
  75. (en) http://www.nme.com/news/lady-gaga/73452
  76. (en) http://www.mtv.com/news/articles/1716181/lady-gaga-gypsy-premiere-berlin.jhtml
  77. (en) http://ladygaga.co.uk/#news/lady-gaga-to-perform-on-the-x-factor-uk
  78. http://www.billboard.com/articles/columns/pop-shop/5785708/lady-gagas-artrave-party-artpop-performance-flying-dress-costumes
  79. http://www.nydailynews.com/entertainment/tv-movies/lady-gaga-hosts-snl-plays-future-fame-applause-article-1.1519876
  80. http://www.mcm.fr/american-music-awards-2013-lady-gaga-sa-prestation-avec-r-kelly-a230302.html
  81. (en) http://popwatch.ew.com/2013/11/29/lady-gaga-muppets-holiday-spectacular-react/
  82. http://www.purepeople.com/article/lady-gaga-ose-la-nudite-frontale-pour-candy-magazine_a132713/3
  83. http://www.mirror.co.uk/3am/celebrity-news/jingle-bell-ball-2013-live-2903021
  84. http://www.usatoday.com/story/life/music/2013/11/19/lady-gaga-to-close-roseland-ballroom/3640969/
  85. http://www.pollstar.com/news_article.aspx?ID=808294
  86. (en) « Billboard Boxscore - 18 juin 2014 » (consulté le 18 juin 2014)
  87. (en) http://www.idolator.com/7496331/lady-gaga-artrave-tour-dates-artpop-ball
  88. http://www.purepeople.com/article/lady-gaga-hospitalisee-la-star-fait-une-emouvante-declaration-a-ses-fans_a115992/1
  89. « Lady Gaga and Manager Bobby Campbell Join Artist Nation (Exclusive) », sur Billboard,‎ 11 juin 2014
  90. (en) Fiona Raisbeck, « Lady Gaga lands debut film role in Robert Rodriguez's Machete Kills », Marie Claire,‎ 2012-07-30 (consulté le 2012-07-30)
  91. (en) http://www.mtv.com/news/1713289/lady-gaga-joseph-gordon-levitt-sin-city-2/
  92. (en) http://newsfeed.time.com/2013/11/06/lady-gaga-to-return-to-her-homeland-with-2015-outerspace-performance/
  93. http://www.public.fr/News/Lady-Gaga-elle-s-affiche-enfin-avec-son-amoureux-Taylor-Kinney-132161
  94. a et b (en) Jase Peeples, « 12 Reasons Lady Gaga Deserves Our 'Applause' », The Advocate, 20 août 2013 (lire en ligne)
  95. (en) « Lady GaGa Entertains Thousands At Palm Springs White Party », Access Hollywood, NBC,‎ 14 avril 2009 (lire en ligne)
  96. a et b (en) Dan Zak, « Lady Gaga, Already a Gay Icon, Shows She's an Activist Too », The Washington Post, 12 octobre 2009 (lire en ligne)
  97. a, b et c (en) Sean Michaels, « Lady Gaga to meet with Obama over bullying », The Guardian 23 septembre 2011 (lire en ligne)
  98. (en) Allmusic.com
  99. (en) Lady Gaga PopRock The Guardian, 6 septembre 2009
  100. (en) Madonna tells Rolling Stone Lady Gaga reminds her of herself. Is that a compliment? sur Zap2it.com, 14 octobre 2009
  101. (en) Lady GaGa: "Grace Jones, Androgynous, Robo, Future Fashion Queen" sur prefixmag.com, 13 février 2009
  102. (en) Debbie Harry would love to perform with Lady Gaga sur standard.co.uk, 19 mai 2009
  103. (en) Dave Simpson, Lady Gaga Academy guardian.co.uk, juillet 2009
  104. (en) Side Line.com[réf. à confirmer]
  105. (en) Matson, Andrew, "Concert preview: Lady Gaga at the Tacoma Dome". The Seattle Times, 27 août 2010
  106. (en) Lady Gaga The fame sur The Guardian, janvier 2009
  107. (en) Boston.com
  108. (en) Lady GaGa: The Fame sur Popmatters.com, janvier 2009
  109. (en) Eighties sur guardian.co.uk, janvier 2010
  110. (en) Lauren Cochrane, « Lady Gaga dares to wear That Dress », sur theguardian.com, The Guardian,‎ 3 octobre 2012 (consulté le 1er janvier 2014)
  111. Kahina Sekkai, « Blonde fatale pour Versace », Mode, sur parismatch.com, Hachette Filipacchi Médias,‎ 26 novembre 2013 (consulté le 12 décembre 2013) : « Adoubée par Donatella Versace, Lady Gaga est désormais l’égérie de la maison de couture italienne. La chanteuse, que l’on savait proche de la directrice artistique italienne, a posé pour les photographes Mert Alas et Marcus Piggott et incarne la campagne Printemps-Eté 2014 de Versace. »
  112. (en) Lady Gaga Burning Up Album Charts sur Koreatimes, 2009
  113. (en) The World According to Gaga sur Nytimes.com, 4 mars 2010
  114. (en) So who copied who? Lookalikes Lady GaGa and Christina Aguilera embroiled in style row, sur dailymail.co.uk, 4 février 2009
  115. (en) Lady Gaga dedicates her new 'Little Monsters' tattoo to her fans sur nydailynews.com, 3 février 2010
  116. (en) newsweek.com
  117. (en) nydailynews.com
  118. (en) The 2010 TIME 100 Poll sur time.com, avril 2010
  119. « Entretien avec Alexandra Boucherifi », sur figaro.fr,‎ 2011-05-04 (consulté le 2014-02-21)
  120. « Lady Gaga à gogo - Galerie Chappe », sur artistikrezo.com,‎ 2010-10-24 (consulté le 2014-02-21)
  121. « Le marathon de Lady Gaga au mois d'octobre », sur elle.fr (consulté le 2013-04-24)
  122. Le Parisien.fr
  123. (en) http://www.forbes.com/sites/dorothypomerantz/2013/07/22/lady-gaga-tops-forbes-list-of-top-earning-celebrities-under-30/
  124. (en) http://www.forbes.com/celebrities/#tab:overall_page:2
  125. (en) « Lady Gaga Raises Money for Haiti Earthquake Victims », transworldnews.com,‎ 5 février 2010 (consulté le 23 janvier 2011)
  126. (en) « Site officiel de la fondation MAC Aids Fund »,‎ 2010 (consulté le 23 janvier 2011)
  127. (en) « Cyndi Lauper and Lady Gaga raise HIV awareness », The daily inquirer, thedailyinquirer.net,‎ 2010 (lire en ligne)
  128. (en) James Montgomery, « Lady Gaga, Cyndi Lauper Raise AIDS Awareness With Lipstick », MTV News,‎ 10 février 2010 (lire en ligne)
  129. (en) Ning Chao, « Going Gaga », Marie Claire,‎ 2010 (lire en ligne)
  130. (en) Liz Jones, « Lady Contrick: To her fans Lady Gaga is a cutting edge style icon. But is she really just a shameless plagiarist? », sur dailymail.co.uk,‎ 2010 (consulté le 3 décembre 2010)
  131. Elodie Aliadière, « Vanitas, Robe de Chair pour Albinos Anorexique. Jana Sterbak. 1987 », sur histoiredelart.net (consulté le 3 décembre 2010)
  132. (fr) « La robe provoc de Lady Gaga : «C'était de la vraie viande» », Le Parisien.,‎ 13 septembre 2010 (lire en ligne)
  133. http://topmedias.org/people/lady-gaga-offre-15-million-de-dollars-au-japon-919.html Lady GaGa offre 1,5 million de dollars au Japon
  134. Bornthiswayfoundation.org, site officiel
  135. (en) « Lady Gaga, une des artistes les plus récompensés de l'histoire de la musique », sur Gagavision,‎ 2012 (consulté le 01 mars 2013)
  136. a et b (en) Karl Leif Bates, « Nineteen Species of Fern Named for Lady Gaga », sur Duke Today, Duke University,‎ October 19, 2012 (consulté le 30 octobre 2012)
  137. (en) Fay-Wei Li, Kathleen M. Pryer et Michael D. Windham, « Gaga, a New Fern Genus Segregated from Cheilanthes (Pteridaceae) », Systematic Botany,‎ octobre-décembre 2012
  138. http://www.staragora.com/news/lady-gaga-recoit-un-diamond-award-une-consecration-pour-la-mama-monster/486995#
  139. http://guardianlv.com/2014/05/lady-gaga-receives-digital-diamond-award/

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes