Ladislav Klíma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ladislav Klíma

Ladislav Klíma (août 1878, Domažlice, ouest de la Bohême - 19 avril 1928, Prague) est un philosophe et écrivain tchèque influencé par George Berkeley, Schopenhauer et Nietzsche.

Né en 1878 à Domažlice (Bohême occidentale), mis au ban de tous les établissements d'enseignement de l'Empire autrichien, Ladislav Klima vit, tour à tour, comme rentier, conducteur d'une machine à vapeur, gardien d'une usine hors service, fabricant d'un ersatz de tabac, dramaturge et journaliste. Philosophe du vécu, solipsiste convaincu, il pousse la pensée de Schopenhauer et de Nietzsche au-delà de ses plus extrêmes limites, publie trois volumes de fragments théoriques et laisse, en mourant à Prague en 1928 – ignoré de la plupart de ses compatriotes, sujet de scandale pour d'autres, auteur culte pour un petit nombre –, une immense œuvre manuscrite, aussi bien romanesque que philosophique.


L'injonction fondatrice de la "suréthique"[modifier | modifier le code]

La "suréthique", concept philosophique amoral et libertaire énoncé par Ladislav Klima, peut se résumer à cette proposition : « Fais systématiquement ce qui est interdit. »


Citations[modifier | modifier le code]

« La moralité est, à mon sens, la soumission servile aux opinions et aux régimes régnants que l'on trouve chez les hommes dépourvus de centre de gravité, de volonté et d'une intelligence lumineuse. L'immoralisme, c'est l'être-soi, libre, inflexible, impérieux, autonome. »

« L'homme qui se respecte quitte la vie quand il veut ; les braves gens attendent tous, comme au bistrot, qu'on les mette à la porte. »

« Le monde est trop horrible, donc il n'existe pas, le nihilisme est une conséquence nécessaire du pessimisme. »

« Je me pose la question de savoir ce que ma chiasse a pu vouloir dire... Était-ce un bouquet de roses jeté en guise d'adieu à la vie que je quittais ? ou au contraire, pour saluer celle dans laquelle j'allais entrer ? Était-ce un instinct mal avisé qui m'a commandé de faire encore quelque chose dans cette existence, et tant qu'à faire, de faire grand ? pour laisser de moi un beau souvenir honorifique ? L'instinct sexuel augmente d'intensité dans l'agonie, et chier ou accoucher, ça revient au même, — les hommes étant, entre nous soit dit, pétris d'étrons — et pas du tout de cendres et de poussière..; ou bien voulais-je me présenter devant la face de dieu non souillée intérieurement par des merdes ? ou enfin était-ce une façon de chier sur le monde entier ? (...) Ou encore, était-ce l'instinct ataviste du putois et de la mouffette ? : ai-je donc voulue intimider l'ennemi : l'abîme, l'effroyable Fatalité, la Mort, en lui donnant dans mon désespoir et sans raisonner, une douche foireuse ? Ou — (encore dans les 6 possibilités de même farine) par ex. : ai-je voulu imiter les aviateurs qui à bord de leur ballon, jettent du lest, dans l'espoir de transformer ainsi ma chute en essor ? me serais-je dit qu'en tombant sur quelque chose de mou, je ne me ferais pas mal ? ou sont-ce mes merdes elles-mêmes et de leur propre chef qui, de même que "die Ratten verlassen das sinkende Schiff" (Les rats quittent le navire qui va sombrer), voyant que c'en était fait de moi, se sont empressées de sortir, tendant, comme tout ce qui vit, vers la lumière ? » (Le Grand Roman)

« Chez l'homme, les pensées tant soit peu profondes mènent nécessairement à la folie, les pensées tant soit peu honnêtes à l'idiotie » (Traités et Diktats, p. 116)

« La "vie" : pataugeries dans une fosse à purin pour en rapporter de la merde ; l'homme : un chien à qui le destin fait apporter un quelque chose qui flotte à la surface du fumier, chose que, lui, avec le bon sens habituel de la "raison pratique", tient pour de l'or — ne comprenant pas que, dans ce cas, cela coulerait à pic ; ce n'est qu'en le prenant dans sa gueule qu'il se rend compte qu'il ne tient qu'un étron. » (Tout, Écrits Intimes, 1909-1927)

« La parenté du singe et de l'homme est incontestable, mais la paternité du singe sujette à caution ; l'évolution a pu aussi se faire en sens inverse. » (Tout, Écrits Intimes, 1909-1927)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Œuvres complètes[modifier | modifier le code]

  • Les Souffrances du prince Sternenhoch, Éditions de la Différence, 18 septembre 1990, deuxième édition 1990, roman “grotesque” traduit du tchèque et présenté par Erika Abrams, collection : Latitudes, ISBN 978-2729101794 ; 3e édition révisée, collection : Minos, 2012, ISBN 978-27291-1991-1
  • Ce qu'il y aura après la mort et autres textes, Éditions de la Différence, 1988, traduits du tchèque et préfacés par Erika Abrams, collection : Latitudes, ISBN 2-7291-0283-3
  • Némésis la glorieuse, Éditions de la Différence, 1988, deuxième édition 1990, roman traduit du tchèque et présenté par Erika Abrams, collection : Latitudes, ISBN 2-7291-0284-1
  • Instant et éternité, Éditions de la Différence, 1990, essais traduits du tchèque et présentés par Erika Abrams, collection : Philosophia perennis, ISBN 2-7291-0558-1
  • La Marche du serpent aveugle vers la vérité, Éditions de la Différence, 1990, roman traduit de l'allemand et présenté par Erika Abrams, collection : Latitudes, ISBN 2-7291-0443-7
  • Traités et diktats, Éditions de la Différence, 1990, essais traduits du tchèque et présentés par Erika Abrams, collection : Philosophia perennis, ISBN 2-7291-0475-5
  • Le Grand Roman, Éditions de la Différence, 1991, Grand Prix national de traduction 1994, texte établi, traduit du tchèque et présenté par Erika Abrams. Épuisé.
  • Le Monde comme conscience et comme rien, Éditions de la Différence, 1995, essai traduit du tchèque et présenté par Erika Abrams, collection : Philosophia perennis, ISBN 2-7291-1055-0
  • Œuvres complètes I : Tout. Écrits intimes, 1909-1927, Éditions de la Différence, 2001, texte établi, traduit du tchèque, de l'allemand et du latin, annoté et présenté par Erika Abrams, collection : Œuvres complètes, ISBN 2-7291-1324-X
  • Œuvres complètes IV : Le Grand Roman, Éditions de la Différence, 2003, texte établi, traduit du tchèque, de l'allemand et du latin, annoté et présenté par Erika Abrams, collection : Œuvres complètes, ISBN 2-7291-1426-2
  • Œuvres complètes II : Dieu le ver, correspondance 1905-1928, Éditions de la Différence, 2005, texte établi, traduit du tchèque, de l'allemand et du latin, annoté et présenté par Erika Abrams, collection : Œuvres complètes, ISBN 2-7291-1541-2
  • Œuvres complètes III : Le Monde etc. Philosophica journalistica, 1904-1928, Éditions de la Différence, 2010, texte établi, traduit du tchèque, de l'allemand et du latin, annoté et présenté par Erika Abrams, collection : Œuvres complètes, ISBN 978-2-7291-1878-5
  • Je suis la volonté absolue. Autobiographie(s), Éditions de la Différence, collection : Lire et Relire, 2012, traduit du tchèque par Erika Abrams, postface de Jan Patocka.