Ladislas Ignace de Bercheny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Officier général francais 7 etoiles.svg Ladislas Ignace de Bercheny
Comte de Bercheny
Ladislas Ignace de Bercheny
Ladislas Ignace de Bercheny

Naissance 3 août 1689
à Eperjes, Hongrie
Décès 9 janvier 1778
à Luzancy, France
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Dignité d'État Maréchal de France
Distinctions Chevalier de Saint-Louis
Famille Famille Bercsényi
Nicolas de Berchény (son père)
Christine Drugeth d'Homonna (sa mère)

Emblème

Ladislas Ignace de Bercheny de Szekes, comte de Bercheny, (en hongrois Bercsényi László) né le 3 août 1689 à Eperjes, en Hongrie et mort le 9 janvier 1778 à Luzancy, en France, est un militaire hongrois. Il est élevé à la dignité de maréchal de France en 1758.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est fils de Nicolas de Berchény, qui sert brillamment son pays contre les Turcs, et de Christine Drugeth de Homonna. À 19 ans, il est capitaine dans la Compagnie de Nobles, garde assurant la protection rapprochée de François II Rákóczi pendant la guerre d'indépendance contre l'Empire autrichien. Il s'est distingué dans la bataille de Trencsén en sauvant la vie du prince blessé.

Immigré en France en 1712, âgé de 23 ans, Ladislas de Bercheny fait preuve de qualités militaires exceptionnelles et ne tarde pas à gagner la faveur de Louis XV qui le maintient dans son grade de capitaine obtenu en Hongrie, le verse dans le corps des cavaliers mousquetaires[1]. Le 31 décembre 1712, il est nommé lieutenant-colonel au régiment de Rattky-Houssards[2] et s’y distingue dans le Palatinat[1].

En 1720, il sollicite de Louis XV l'autorisation de lever un régiment de cavalerie hussards parmi les émigrés hongrois installés à Constantinople. Les hussards de Bercheny sont, depuis la dissolution du régiment de hussards de Rattky, devenus Lynden ensuite, le plus ancien régiment de hussards français encore en activité[1].

En décembre 1726, il obtient la nationalité française[1]. Il participa au service de la France à toutes les guerres de son époque[1] (guerres de Succession de Pologne et d'Autriche, etc) où ses hussards firent merveille. Il devient brigadier en 1734, puis maréchal de camp en 1738. En 1743, il est inspecteur général des hussards, lieutenant général en 1744 après la reconquête de l’Alsace[1]. Il se distingue l’année suivante en protégeant la retraite du prince de Conti[1]. Il eut sous ses ordres outre ses hussards, jusqu’à 32 escadrons de cavalerie.

Ses talents militaires, outre sa montée en grade, lui font obtenir la Croix de Saint-Louis et la distinction suprême de maréchal de France (15 mars 1758[1]). Il est également ami de Stanislas Leszczinski, le roi de Pologne déchu[1]. Comblé d’honneurs, il demande de ne plus être envoyé en campagne et se retire à Lunéville jusqu’à la mort de Stanislas Leszczinski, et enfin dans son domaine de Luzancy[1].

Il épouse Catherine Wiet-Girard le 16 mai 1726, jeune fille de la bourgeoisie de Haguenau, après l’avoir mise enceinte ; six de leurs douze enfants survécurent[1]. Ladislas de Bercheny meurt au château de Luzancy le 9 janvier 1778, acheté en 1729 avec la seigneurie[1], après s'être retiré du service.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Nom du prince et blasonnement
Heraldique couronne comte français.svg
Blason Ladislas Ignace de Bercheny.svg
Armes du comte de Bercheny

Parti : au 1, de gueules, à la croix pattée d'argent, cantonnée de quatre croisettes du même; au 2, d'azur, à une licorne d'argent, issante d'une couronne d'or posée sur deux montagnes d'argent, mouv. de la pointe de l'écu.[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Raymond Boissau, « La levée de Bercheny-hussards » Revue historique des armées, 255 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2009. [lire en ligne], consulté le 22 août 2009
  2. Commandé par le colonel Georges Rattky (en hongrois : Ráttky György) (1680-1742)
  3. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor,‎ 1861, 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]