Ladevèze-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ladevèze-Ville
Le clocher de la Madeleine.
Le clocher de la Madeleine.
Blason de Ladevèze-Ville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Marciac
Intercommunalité Communauté de communes Bastides et vallons du Gers
Maire
Mandat
Henri Cormier
2014-2020
Code postal 32230
Code commune 32175
Démographie
Gentilé Ladevéziens
Population
municipale
267 hab. (2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 13″ N 0° 03′ 32″ E / 43.5369444444, 0.0588888888889 ()43° 32′ 13″ Nord 0° 03′ 32″ Est / 43.5369444444, 0.0588888888889 ()  
Altitude 242 m (min. : 143 m) (max. : 254 m)
Superficie 9,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Ladevèze-Ville

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Ladevèze-Ville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ladevèze-Ville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ladevèze-Ville

Ladevèze-Ville (La Devesa Vila en gascon) est une commune française située dans le département du Gers, en région Midi-Pyrénées

Ses habitants sont nommés les Ladevéziens et Ladevéziennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de Gascogne située à une dizaine de kilomètres au nord de Maubourguet.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1309, Bernard VI, comte d'Armagnac, accorde une charte de coutumes aux habitants de Ladevèze. Bernard VII, lui aussi comte d'Armagnac interprète et confirme les coutumes précédentes le 28 septembre 1392 en l'église de Castelnau Rivière Basse. Ces coutumes, reprenant l'ensemble des droits et devoirs du seigneur mais aussi des habitants, régissaient le droit civil et commercial, la justice et la perception des taxes diverses sur le territoire de ladite seigneurie.

Jusqu'à la Révolution les communes actuelles de Ladevèze Ville et Ladevèze Rivière formaient une unique communauté "La Deveze" ou Ladevèze. Le centre de cette communauté était le bourg de Ladevèze Ville appelé "La ville". C'était autrefois "un des plus importants Castelnaux de la Gascogne". Ce bourg s'est peu à peu dépeuplé. Mais il subsiste encore des vestiges importants de son enceinte médiévale.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Ladevèze-Ville

Son blasonnement est : De gueules à un agneau paissant d'argent.

La blason de Ladevèze Ville est un écu représentant un agneau d'argent à la tête contournée portant la croix d'or d'où pend une banderole d'azur chargée d'une croix d'argent. Le tout est supporté par deux lions d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Henri Cormier[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Située dans la première circonscription du Gers canton de Marciac. La commune est rattachée à la communauté de communes bastides et vallons de Gers. Cette première circonscription législative a pour député Philippe Martin (nuance politique socialiste) élu au premier tour avec un score de 52,36 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 267 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
680 548 711 756 650 633 620 555 554
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
449 470 459 452 457 410 420 407 327
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
282 286 252 260 245 235 209 204 205
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
241 281 254 250 249 261 265 267 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : Côtes-de-saint-mont (AOVDQS)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

Totalement détruite sous la Révolution (et tous les biens et matériaux s’y rapportant vendus comme biens nationaux, y compris le cimetière), l’église fut reconstruite une première fois en 1808 après le rachat du terrain par les habitant eux-mêmes avant de subir une nouvelle démolition par la volonté de la municipalité Laudet au début du XXe siècle. L’édifice actuel a été ensuite rebâti dans le cimetière Saint-Pierre, de forme rectangulaire simple, flanqué à l’ouest d’un clocher-mur.

Le château d'eau[modifier | modifier le code]

Après sa rénovation intérieure réalisée en 1995, le château d’eau situé sur la commune de Ladevèze-Ville a fait l’objet d’un embellissement remarquable en 1999. Pour ce faire, la commune a fait appel à des artistes de peinture monumentale, et l’Atelier Adeline (Normandie) a été finalement retenu. Leur projet présenté symbolisait le passé avec le paysage de vignes qui rappelle qu’autrefois les coteaux de Ladevèze-Ville étaient couverts de vignoble, et l’avenir avec les deux musiciens de jazz qui marquent un évènement culturel récent du territoire : Jazz in Marciac

Notre-Dame de Castex[modifier | modifier le code]

L’église de Castex est une église de fondation romane de 22,60 m de long sur 6,20 m de large. On entre dans l’église par une porte placée au nord sous un porche rustique (une autre ouverture, aujourd’hui murée, existait côté clocher-mur). Dans le sanctuaire s’élève une hayère en bois sculpté, avec jours, accoudoirs et haut dossier surmonté d’un dais, datable de la fin du XVe siècle et classée par décret du 26 août 1938.

Le clocher de la Madeleine[modifier | modifier le code]

Le clocher est construit en 1841. L’église de la Madeleine est décrite en 1898 comme très vaste. Elle possède un beau retable exécuté en 1738 par le sculpteur Ossalois Sébastien Cazaux.

Le Puits de la Madeleine[modifier | modifier le code]

Le Puits de la Madeleine se situe près de l’église de la Madeleine. Il fait partie du patrimoine Ladevèzien et a une valeur historique importante.


La porte médiévale[modifier | modifier le code]

La porte médiévale

La porte médiévale fortifiée est une sorte de barbacane, jadis adossée à une tour-porte. C’est une sorte de cage de maçonnerie, défendant l’accès de passer. Il est probable qu’un pont-levis existait sur le fossé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture - Fiche de Ladevèze-Ville
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :