Lactarius controversus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lactarius controversus

Description de cette image, également commentée ci-après

Lactarius controversus

Classification
Règne Fungi
Division Basidiomycota
Classe Agaricomycetes
Ordre Russulales
Famille Russulaceae
Genre Lactarius

Nom binominal

Lactarius controversus
(Pers.) Pers. ex Fr., 1800

Lactarius controversus, parfois appelé lactaire renversé, lactaire retourné, lactaire taché, latyron ou roussette, est un champignon de la famille des Russulaceae. Ce lactaire pousse en Europe et Amérique du Nord.

Description morphologique[modifier | modifier le code]

Sur les lamelles, on voit un suintement de lait.

Le chapeau, qui mesure entre 8 et 30 cm de diamètre, d'abord convexe et à la marge enroulée, prend à maturité une forme de grand entonnoir épais au centre et à la marge fine et souvent ondulée. Globalement blanc, il présente souvent des zones plus ou moins vaste de teinte beige rosé ou des taches brun violacé.

Les lamelles sont d'abord blanche puis rosissent en vieillissant. La sporée est rose.

Le pied est plein, haut de 2,5 à 5 cm et large de 4,5 à 4,5 cm, de consistance ferme et de couleur blanche, parfois teintée de beige rosé ou de brun violacé.

La chair blanche a une odeur faiblement fruitée et acidulée. Sa saveur est âcre et amère. Elle produit un lait blanc âcre.

Hyménium[modifier | modifier le code]

L'hyménium est constitué de basides produisant des spores en grand nombre. Elles mesurent 6 ou 7 μm sur 5 ou 6 μm et présentent de petites crêtes saillantes formant une sorte de réseau en surface. Il contient aussi des cystides fuselée et plutôt volumineuses puisqu'elles atteignent 15 μm de largeur[1].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

On trouve ce champignon en Amérique du Nord et en Europe, souvent en association avec des peupliers (notamment Populus alba), mais aussi dans des espaces dégagés tels que prés et lisière de bois.

Comestibilité[modifier | modifier le code]

Ce champignon n'est pas comestible de par son mauvais goût.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Romagnesi, Champignons d'Europe, t. 1, Paris, Bordas,‎ 1977, 176 p. (ISBN 2-04-007668-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]