Lacave (Lot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lacave.
Lacave
Château de Belcastel
Château de Belcastel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Gourdon
Canton canton de Souillac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Souillac
Maire
Mandat
André Lestrade
2014-2020
Code postal 46200
Code commune 46144
Démographie
Gentilé Lacavois
Population
municipale
284 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 43″ N 1° 33′ 32″ E / 44.8452777778, 1.5588888888944° 50′ 43″ Nord 1° 33′ 32″ Est / 44.8452777778, 1.55888888889  
Altitude Min. 80 m – Max. 349 m
Superficie 21,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Lacave

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Lacave

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lacave

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lacave

Lacave est une commune française, située dans le Nord-Ouest du département du Lot en région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Lacavois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Lacave se situe au pied du causse de Gramat; au confluent de la Dordogne et de l'Ouysse. Le village se trouve à 12 km de Souillac et 8 km de Rocamadour. Il est bâti contre une colline, face au château de Belcastel qui semble le protéger du haut de son éperon rocheux, en surplomb de la vallée de l'Ouysse et de la Dordogne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lacave
pinsac Saint-Sozy Meyronne
Lacave
Calès Rocamadour

Histoire[modifier | modifier le code]

Habité depuis l'époque du Solutréen et Magdalénien (Paléolithique)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 André Lestrade divers droite Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 284 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
557 477 777 647 531 576 619 647 647
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
631 601 608 565 534 734 717 654 615
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
553 519 496 420 385 395 374 324 335
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
320 302 270 249 241 293 290 289 284
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Au début du XXe siècle, Lacave comptait 519 habitants "dont 27 seulement agglomérés au chef-lieu"[4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Outre de remarquables grottes qui ont fait sa réputation, la commune compte deux châteaux : château de La Treyne et château de Belcastel. (A ne pas confondre ce dernier avec le château de Belcastel dans l'Aveyron).

Le château a servi de décor à plusieurs scènes du film de Georges Lautner Quelques messieurs trop tranquilles filmé en 1972 et sorti le 25 janvier 1973[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

André Chamson (1900-1983), écrivain, membre de l'Académie Française ; Lucie Mazauric (1900-1983), conservateur : Durant la seconde guerre mondiale, ils séjournèrent pendant quelques mois au château de La Treyne avec leur fille Frédérique (Hébrard, née en 1927) alors adolescente. Une partie des œuvres du musée du Louvre était alors cachée dans le château (le reste était partagé entre le château de Montal à Saint-Jean Lespinasse et une grange à Vayrac). Références : Lucie Mazauric, "Le Louvre en voyage" et Frédérique Hébrard, "La Citoyenne"

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_lacave_46144.html
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. Le Lot chapitre Souillac et Lacave p.223 - Armand Viré - Réédition de l'ouvrage de 1907 - ISBN 274550049X
  5. « Église Saint-Georges de Meyraguet », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Château de la Treyne », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. L2TC.com - Lieux de Tournage Cinématographique, « Quelques messieurs trop tranquilles (1973) » [archive], sur http://www.l2tc.com/index.php [archive]. Consulté le 4/10/2013

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.