Lac qui Parle (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 01′ 35″ N 95° 52′ 49″ O / 45.0264, -95.8803 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lac qui parle (homonymie).
Lac qui Parle (rivière)
Image illustrative de l'article Lac qui Parle (rivière)
Caractéristiques
Longueur 190 km
Bassin 2 994 km2
Bassin collecteur Mississippi
Débit moyen 4 m3/s
Régime Pluvial océanique
Cours
Source Lac Hendricks
· Altitude 535 m
· Coordonnées 44° 30′ 17″ N 96° 26′ 06″ O / 44.50472, -96.435 (Source - Lac qui Parle (rivière))  
Confluence rivière Minnesota
· Localisation Lac qui parle
· Altitude 287 m
· Coordonnées 45° 01′ 35″ N 95° 52′ 49″ O / 45.02639, -95.88028 (Confluence - Lac qui Parle (rivière))  
Géographie
Pays traversés Drapeau des États-Unis États-Unis
Régions traversées Minnesota Minnesota

La rivière Lac qui Parle (Lac qui parle river) est un affluent de la rivière Minnesota, située dans l'État du Minnesota aux États-Unis, donc un sous-affluent du Mississippi.

Géographie[modifier | modifier le code]

Son cours mesure 190 km de long. Un de ses principaux affluents, la rivière "West Branch Lac qui Parle" (89 km de long) coule également dans l'État du Dakota du Sud. Un peu plus des deux tiers des versants du bassin fluvial de la rivière Lac qui Parle sont dans le Minnesota.

La rivière Lac qui Parle fait partie du bassin hydrographique du fleuve Mississippi, drainant une superficie de 2 994 km2 dans une région agricole.

La source de cette rivière se situe dans le lac Hendricks à la limite des comtés de Lincoln dans le Minnesota et du Comté de Brookings dans le Dakota du Sud. La rivière dévale rapidement depuis les hauteurs du "Coteau des Prairies", un plateau morainique séparant les rivière Missouri et Mississippi, de 76 mètres sur une distance de 13 km.

La rivière se jette dans le "Lac qui parle" formé par un barrage, avant de rejoindre la rivière Minnesota.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom d'origine française rappelle qu'autrefois, les coureurs des bois et autres trappeurs français et canadiens français parcouraient cette région septentrionale de la Louisiane française. Ce nom est la traduction d'une expression lakota des peuples amérindiens Sioux.

Notes et références[modifier | modifier le code]