Lac d'Ourmia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac d'Ourmia
Le lac vu de l'espace en octobre 1984
Le lac vu de l'espace en octobre 1984
Administration
Pays Drapeau de l'Iran Iran
Géographie
Coordonnées 37° 42′ 00″ N 45° 19′ 00″ E / 37.7, 45.31666737° 42′ 00″ Nord 45° 19′ 00″ Est / 37.7, 45.316667  
Type Lac salé
Superficie
 · Maximale
5 200 km2
7 700 km2
Longueur 140 km
Largeur 55 km
Profondeur
 · Maximale
 
16 m
Îles
Nombre d’îles 102 (voir liste)

Géolocalisation sur la carte : Iran

(Voir situation sur carte : Iran)
Lac d'Ourmia

Le lac d'Ourmia ou Orumieh (en persan : دریاچه ارومیه, Daryācheh-ye Orumieh) est un lac salé au nord-ouest de l'Iran, dans l'Azerbaïdjan iranien (entre les provinces d'Azerbaïdjan oriental et d'Azerbaïdjan occidental). Plus grand lac d'Iran, il fait partie du parc national du même nom.

Noms[modifier | modifier le code]

Le lac est nommé d'après le nom de la ville d'Ourmia, un nom d'origine syriaque signifiant « cité de l'eau ». Il fut renommé en « lac de Reza » (en persan : دریاچه رضائیه, Daryātcheh-ye Rezaïeh) au début des années 1930 d'après le nom de Reza Pahlavi, alors chah d'Iran, puis renommé « lac d'Ourmia » au milieu des années 1970. Son ancien nom persan était « lac Chichast ».

Avec le lac de Van et le lac Sevan, le lac, connu des Arméniens en tant que « lac Kapoutan » (en arménien Կապուտան լիճ)[1], était un des trois grands lacs de l'antique royaume d'Arménie, appelés les « mers d'Arménie ».

Dimensions[modifier | modifier le code]

La surface du lac est d'environ 5 200 km2. Dans ses plus grandes dimensions, il mesure environ 140 km de long et 55 km de large. Sa profondeur maximale est d'environ 16 m .

Le lac d'Orumieh rétrécit, avec une évaporation annuelle de 0,6 à 1 m.

Îles[modifier | modifier le code]

Le lac compte 102 îles. Leurs noms sont les suivants[2] : Arezu, Ashk, Espir, Kaboudi (deuxième par la taille, qui serait le lieu où est enterré Hulagu Khan, le petit-fils de Genghis Khan et vainqueur de Bagdad), Shahi (Eslami), Espiro, Espirak, Azin, Mehr, Mehran, Mehrdad, Borzu, Borz, Siyavash, Siyah-Tappeh, Tanjeh, Tanjak, Bon-Ashk, Ashksar, Ashku, Chak-Tappeh, Day, Magh, Meydan, Cheshmeh-kenar, Miyaneh, Samani, Azar, Sangan, Sangu, Tak, Jowzar, Jovin, Jodarreh, Sepid, Bastvar, Zirabeh, Bahram, Gorz, Ardeshir, Nahid, Penhan, Shahin, Kenarak, Zartappeh, Khersak, Naviyan, Omid, Garivak, Gordeh, Giv, Kalsang, Golgun, Aram, Panah, Kariveh, Zagh, Meshkin, Sahran, Pishva, Kam, Kameh, Sorush, Sorkh, Shabdiz, Nakhoda, Kuchek-Tappeh, Tus, Borzin, Arash, Atash, Siyah-sang, Karkas, Shurtappeh, Navi, Nahoft, Shush-Tappeh, Iran-Nezhad, Shamshiran, Mahdis, Kakayi-e Bala, Kakayi-ye Miyaneh, Kakayi-e Pain, Takht, Takhtan, Markid, Kaveh, Mahvar, Nadid, Kaman, Zarkaman, Zarkanak, Nahan, Bard, Bardin, Bardak, Tir, Tashbal, Sarijeh, Bon, Kafchehnok[3].

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Le lac est parsemé de plus d'une centaine de petites îles rocheuses, qui sont un point d'arrêt pour diverses espèces d'oiseaux au cours de leur migration (dont les flamants, les pélicans, les spatules, les ibis, les cigognes, les tadornes, les avocettes, les échasses et les goélands). Il constitue une réserve de biosphère de l'UNESCO[4].

Le lac est trop salé pour que des poissons puissent y vivre.

Activité humaine[modifier | modifier le code]

Les sels du lac sont par ailleurs utilisés pour leurs effets médicaux, en particulier contre les rhumatismes.

Le lac est une barrière majeure entre les deux plus importantes villes de l'Azerbaïdjan oriental et l'Azerbaïdjan occidental, Ourmia et Tabriz. Un projet de pont au-dessus du lac a été commencé dans les années 1970, mais fut abandonné après la révolution de 1979. Le projet fut recommencé au début des années 2000 et est désormais achevé.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) Robert H. Hewsen, Armenia: A historical Atlas, The University of Chicago Press, Chicago et Londres, 2001 (ISBN 0-226-33228-4), p. 17.
  2. Pour la version en persan de ces noms, voir l'article en persan.
  3. Liste tirée de Farahang-e Joghrafiyayi-e shahrestânhâ-ye Keshvar (Shahrestân-e Orumiyeh), Tehran 1379 Hs.
  4. (en) « Lake Oromeeh », sur UNESCO — MAB Biosphere Reserves Directory (consulté le 29 novembre 2011).