Lac Zaïssan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lac Zaysan)
Aller à : navigation, rechercher
lac Zaïssan
image
Administration
Pays Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan
Géographie
Coordonnées 48° 00′ N 84° 00′ E / 48, 8448° 00′ Nord 84° 00′ Est / 48, 84  
Type Lac d'eau douce
Superficie 1 860 km2
Longueur 100 km
Largeur 32 km
Altitude 386 m
Profondeur
 · Maximale
 
15 m
Hydrographie
Émissaire(s) l'Irtych

Géolocalisation sur la carte : Kazakhstan

(Voir situation sur carte : Kazakhstan)
lac Zaïssan

Le lac Zaïssan (en kazakh et en russe : Зайсан) est un lac d’eau douce qui se trouve sur le cours de l'Irtych, à l’extrême est du Kazakhstan, entre les montagnes de l’Altaï au nord et celles du Tarbagataï au sud, près de la frontière chinoise[1].

Description[modifier | modifier le code]

Situé à 386 m d’altitude, il a été agrandi et son niveau surélevé, par la construction du barrage donnant naissance au réservoir Boukhtarmal. Avant son agrandissement, le lac avait une superficie de 1 860 km2 ; long de 100 km pour 32 km de large, il était profond de 8 mètres.

Le lac est généralement gelé depuis le début du mois de novembre jusqu'à la fin du mois d'avril. Depuis la construction du barrage de Boukhtarma, le niveau du lac s'est élevé de six mètres au-dessus de son niveau naturel et sa superficie est passée de 1800 km² à 3500 km²[2],[3].

La ville de Zaïssan se trouve à 35 km au sud-est des rives du lac.

Le lac est un repaire pour l’esturgeon[réf. nécessaire]. Il abonde en poisson.

Principaux tributaires[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le russe Ivan Bukholts remonte la rivière pour y construire un fort et y chercher de l'or. En 1715, il est repoussé vers l'aval de la rivière par les Oïrats, qui ont établit le Khanat dzoungar dans le région.

Dans les années 1750, la dynastie Qing conquière L'état du Khanat. Ceci a pour effet de pousser les autorités russes à surveiller leurs frontières. En 1756, Ivan Nepliouïev le gouverneur d'Orenbourg propose d'annexer la région du Lac Zaïssan, mais le projet est devancé par les succès chinois[4].

En 1759, certains russes sont préocupés par la possibilité qu'uen flotte chinoise puisse passer du Lac Zaïssan à l'Irtych et en Sibérie occidentale. En 1764, une expédition russe a visité la région du lac Zaïssan, et en conclu qu'une telle invasion riveraine est improbable. Néanmoins, les russes marquant la frontière avec un alignement de piquets sur la Boukhtarma, au nord du lac Zaysan[5]. Ainsi, la frontière entre les deux empires dans le bassin de l'Irtych est devenue plus ou moins délimitée, avec de rares chaînes de postes de garde des deux côtés.

Toutefois, même si la région du Zaïssan est reconnue par les deux parties comme partie de l'empire Qing des expéditions de pêche sont organisées chaque années par les cosaques de Sibérie à partir de 183. A milieu du 19ème siècle la présence des Qing sur la partie amont de l'Irtysh se limite à la visite annuelle d'une délégation Qing de Chuguchak à l'un des lieux de pêche des Cosaques[6]

La frontière entre les empires russe et Qing dans le bassin de l'Irtish a été tracée d'une façon similaire à l’actuelle frontière entre la Russie et le Kazakhstan par la convention de Pékin de 1860[7]. La frontière actuelle suite à la convention a été tracée par le Protocole de Chuguchak (1864) laissant le lac Zaïssan du côté Russe[8],[9].

La présence militaire de l'empire Qing dans le bassin de l'Irtysh a été diminuée par la révolte des Dounganes (1862–77). Après la chute de la rébellion et la reconquête du Xinjiang par Zuo Zongtang, la frontière russo-Qing est légèrement réajustée par le Traité de Saint-Pétersbourg de 1881.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William Guthrie, Abrégé de la nouvelle géographie universelle, Langlois,‎ 1819 (lire en ligne)
  2. (en) Soviet Encyclopedic Dictionary, Moscou,‎ 1980, p. 451
  3. (en) « Lake Zaysan », Encyclopædia Britannica (consulté le 13 décembre 2014)
  4. A. Abramof, The lake Nor-Zaysan and its neighborhood, vol. 35, J. Murray,‎ 1865, 58–69 p. (DOI 10.2307/3698078, lire en ligne)
  5. Abramof 1865, p. 66
  6. Abramof 1865, p. 62–63
  7. Articles 2 et 3 in texte du traité en Russe
  8. (en) « Protocole of Chuguchak », China foreign relation,‎ 1864
  9. The Lost Frontier: the treaty maps that changed Qing's northwestern boundaries

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :