Lac Eucumbene

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

36° 08′ 00″ S 146° 42′ 00″ E / -36.13333, 146.7

Lac Eucumbene.
La Grosse Truite d'Adaminaby.

Le lac Eucumbene (prononcé à l'anglaise you-come-been) est un lac artificiel sur l'Eucumbene River sur le versant est des Snowy Mountains en Nouvelle-Galles du Sud en Australie. Le lac résulte de la création d'un barrage construit sur son cours entre 1956 et 1958 pour la aménagements hydroélectriques des Snowy Mountains (Snowy Mountains Hydro-Electric Scheme).

Le lac[modifier | modifier le code]

Le barrage est un barrage en terre de 116 mètres de haut et de 686 mètres d'épaisseur à la base. C'est avec ses 4,3 milliards de m3 d'eau stockés (neuf fois le volume de l'eau stockée dans la baie de Sydney) le plus important barrage de la région.

Il est relié par des tunnels à l'autre versant de la cordillère australienne et permet de fournir de l'eau à la Snowy River et à la Murrumbidgee, ainsi qu'à la retenue de Tumut et au barrage de Tantangara.

Le village de Adaminaby a été transféré à son nouvel emplacement en 1957, lors de la construction des aménagements hydroélectriques des Snowy Mountains. La localité d'origine a été inondée par le lac Eucumbene. Situé dans la région des Snowy Mountains, la plus haute du continent australien, le Snowy Scheme a été mené entre 1949 et 1974. Il a compris la déviation de cours d'eau pour produire de l'électricité pour les villes du sud-est et pour permettre l'irrigation de l'intérieur sec du pays[1]. Seize barrages importants ; sept centrales importantes (deux au fond) ; une station de pompage ; 145 km des tunnels par les montagnes ; et 80 km des aqueducs ont été construits. L'arrangement est actionné et maintenu par Snowy Hydro Limited.

Eucumbene est un endroit apprécié par les pêcheurs. Il est situé près du Parc national du Kosciuszko, de la ville phantome historique de Kiandra et de la station de ski Selwyn Snowfields.

Le lac Eucumbene

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources de traduction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr)http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rga_0035-1121_1992_num_80_2_3673