Lac Enriquillo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Enriquillo
Vue partielle du lac Enriquillo en république Dominicaine.
Vue partielle du lac Enriquillo en république Dominicaine.
Administration
Pays Drapeau de la République dominicaine République dominicaine
Subdivision Baoruco Independencia
Géographie
Coordonnées 18° 30′ 00″ N 71° 35′ 00″ O / 18.5, -71.58333318° 30′ 00″ Nord 71° 35′ 00″ Ouest / 18.5, -71.583333  
Type lac salé endoréique
Superficie 375 km2
Altitude -27 m
Profondeur 37 m
Hydrographie
Alimentation la Rivière Soliette
Émissaire(s) sans puisque endoréisme

Géolocalisation sur la carte : République dominicaine

(Voir situation sur carte : République dominicaine)
Enriquillo

Le Lac Enriquillo est une grande étendue d'eau saumâtre situé en République dominicaine au fond de la plaine du Cul-de-Sac. Il est situé entre la sierra de Neiba au nord et la sierra de Baoruco au sud.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il mesure entre 15 à 20 kilomètres de long, pour une superficie est de 375 km2.

Malgré le fait que le lac soit alimenté par les rivières qui s'écoulent depuis la chaîne de Baoruco, sa teneur en sel est deux fois plus élevée que l'eau de mer.

Le lac possède une grande île en son milieu, l'île Cabritos, d'une superficie de 26 km2 et faisant 2,5 kilomètres de large sur 12 kilomètres de long. Elle constitue « Parc National ».

Histoire géologique[modifier | modifier le code]

Cette vallée fut il y a un million d'années, un détroit marin qui fut comblé en partie par des sédiments fluvieux, notamment ceux de la rivière Yaque del Sur et de la rivière Jimani. Il y a environ 10 000 ans alors que le niveau des océans remonte (à cause de la fonte des glaciers due à la déglaciation), la mer envahit la vallée. Des récifs coralliens se formèrent. Puis son embouchure fut comblée par les sédiments du Yaque del Sur, il y a 2 500 ans, ce qui a abaissé le niveau de l'eau par évaporation. Les récifs coralliens se retrouvent actuellement hors de l'eau[1].

Pourtant

Régulièrement, mystérieusement, comme dans un film de science-fiction particulièrement lent, les eaux du plus grand lac des Caraïbes ne cessent de monter, engloutissant des milliers d’hectares de terres agricoles[2].

Faune[modifier | modifier le code]

Ce lac d'eau salé est le territoire du crocodile américain qui s'est acclimaté à cet environnement particulier. Le flamant des Caraïbes cohabite avec le crocodile autour de ce lac.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Géologie récente du lac page 46 », sur www.jsg.utexas.edu (consulté le 29 juin 2014)
  2. « Le lac qui engloutit la terre »,‎ 23 avril 2014