Lac-des-Rouges-Truites

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac-des-Rouges-Truites
commune de Lac-des-Rouges-Truites, la mairie.
commune de Lac-des-Rouges-Truites, la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Saint-Laurent-en-Grandvaux
Intercommunalité Communauté de communes la Grandvallière
Maire
Mandat
Jean Richard
2014-2020
Code postal 39150
Code commune 39271
Démographie
Population
municipale
371 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 36′ 25″ N 5° 59′ 53″ E / 46.6069, 5.998146° 36′ 25″ Nord 5° 59′ 53″ Est / 46.6069, 5.9981  
Altitude Min. 829 m – Max. 1 181 m
Superficie 19,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Franche-Comté
City locator 14.svg
Lac-des-Rouges-Truites

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte topographique de Franche-Comté
City locator 14.svg
Lac-des-Rouges-Truites

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lac-des-Rouges-Truites

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lac-des-Rouges-Truites

Lac-des-Rouges-Truites est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Lac-des-Rouges-Truites est située entre les villes de Champagnole, une quinzaine de kilomètres au nord, et Morez, une dizaine de kilomètres au sud, en direction de la Suisse.

Le territoire communal s'étire au pied du Mont Noir, sur une longueur de 5 kilomètres environ, à l'est de Saint-Laurent-en-Grandvaux, le chef-lieu du canton.

La commune est constituée de plusieurs hameaux : le Maréchet, le Mont Noir, le Voisinal, les Thévenins où se trouvent la mairie et l'église ainsi que le cimetière communal, et les Martins. Le nom de la commune vient du lac qui se trouve au centre, le Lac des Rouges Truites, à 919 mètres d'altitude. À l'ouest, la frontière de la commune est formée par un ruisseau : la Lemme.

La commune est desservie par la route départementale D 437n, reliant la commune à la RN 5.

Toute la moitié méridionale de la commune est couverte par une forêt qui domine la vallée du lac des Rouges Truites : la forêt du Mont Noir, plus de 1000 mètres d'altitude. On peut y faire des randonnées pédestres, notamment aux alentours de la Croix de la Choulette, du VTT et du ski de fond.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Foncine-le-Bas Chapelle-des-Bois (Doubs) Rose des vents
Fort-du-Plasne
Saint-Laurent-en-Grandvaux
N Morbier
O    Lac-des-Rouges-Truites    E
S
Saint-Laurent-en-Grandvaux, Morbier

Économie[modifier | modifier le code]

Les activités de la commune sont essentiellement agricoles, avec quelques services. La majorité des habitants travaille dans les communes voisines.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Dans cette commune se trouve une association, appelée " l'association du lac des rouges truites " qui organise diverses activités (randonnées, ski, voyages etc).

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune était autrefois desservie par les Chemins de fer vicinaux du Jura, avec une gare aux Martins, une au Maréchet et une autre au Lac-des-Rouges-Truites.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires précédents
Période Identité Étiquette Qualité
    Henri Fumey-Badoz    
  1989 Guy Vionnet    
1989 1990 Gilbert Bourgeois-Moine    
mars 1990 mars 2008 Denis Bailly Maitre UMP Conseiller général du canton de Saint-Laurent / Vice Président du Conseil Général du Jura
mars 2008   Bernard Bouvier[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 371 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
853 913 888 790 737 710 687 658 677
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
670 618 591 549 536 541 551 513 419
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
485 458 393 347 357 383 374 310 303
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
273 269 237 253 294 331 347 349 371
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église néo-gothique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011