Laboissière-en-Thelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laboissière-en-Thelle
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Noailles
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Thelle
Maire
Mandat
Jean-Jacques Thomas
2014-2020
Code postal 60570
Code commune 60330
Démographie
Population
municipale
1 274 hab. (2011)
Densité 132 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 25″ N 2° 09′ 33″ E / 49.2903, 2.159249° 17′ 25″ Nord 2° 09′ 33″ Est / 49.2903, 2.1592  
Altitude Min. 125 m – Max. 223 m
Superficie 9,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laboissière-en-Thelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laboissière-en-Thelle
La gare de Laboissière, dans les premières années du XXe siècle

Laboissière-en-Thelle est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au bord Est du plateau de Thelle, Laboissière est juchée au-dessus de la boutonnière du Pays de Bray. Les routes menant sur le plateau font partie des plus pentues du département de l'Oise et font le bonheur (ou le malheur) des cyclistes. La commune même de Laboissière-en-Thelle est constituée de trois parties : le village du même nom et les deux hameaux de Parfondeval et Crêvecoeur.

Commune rurale, elle souffre comme de nombreuses communes de l'Oise de poussée anarchique de lotissements.

La commune se caractérise par un sol calcaire, de forts dénivelés sur le territoire de la commune (110 m), de nombreuses surfaces boisées (hêtres, chênes, merisiers, pins Williams) en cours de réduction pour usage agricole. Dans certains secteurs, on peut voir des paysages faisant penser aux Vosges ou à la Forêt-Noire.

Communes limitrophes de Laboissière-en-Thelle[1]
Le Coudray-sur-Thelle Silly-Tillard Noailles
Le Déluge Laboissière-en-Thelle[1] Sainte-Geneviève
Corbeil-Cerf Méru, Andeville Mortefontaine-en-Thelle

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupation ancienne (remontant à la Gaule romaine), le village a diminué sensiblement de population lors de la première moitié du XXe siècle. La population a depuis doublé entre 1950 et aujourd'hui.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Hermann Göring avait son QG dans le village voisin du Coudray-en-Thelle; Laboissière-en-Thelle était alors transformée en garnison pour environ un millier de soldats allemands.

La maison servant de QG a été rasée et les rares bunkers complètement fouillés par des générations de visiteurs locaux ou extérieurs… le trésor de Göring n'y était pas…

La gare de Laboissière a accueilli le 25 décembre 1940 un train affrété spécialement pour Adolf Hitler et Otto Abetz qui devaient rencontrer François Darlan et Paul Stehlin[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 2001 Jean Vigneron Divers droite  
mars 2001 2003[3] Alain Hénocq Divers droite Décédé en fonction
12 septembre 2003[3] en cours
(au 8 septembre 2014)
Jean-Jacques Thomas Divers droite Réélu pour le mandat 2014-2020[4],[5]

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 274 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
655 780 815 787 806 835 902 862 805
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
800 797 836 831 912 966 872 867 865
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
856 859 794 730 737 737 677 578 611
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
552 588 627 730 1 103 1 257 1 262 1 263 1 274
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,3 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 25,5 %, plus de 60 ans = 14,1 %) ;
  • 51,8 % de femmes (0 à 14 ans = 22,5 %, 15 à 29 ans = 13,9 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 21,4 %, plus de 60 ans = 19 %).
Pyramide des âges à Laboissière-en-Thelle en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
2,6 
5,3 
75 à 89 ans
8,1 
8,5 
60 à 74 ans
8,3 
25,5 
45 à 59 ans
21,4 
22,5 
30 à 44 ans
23,2 
15,6 
15 à 29 ans
13,9 
22,3 
0 à 14 ans
22,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une école Rudolf Steiner existait, depuis au moins 1968, à Laboissière-en-Thelle. Cette école a fermé ses portes en 2001, remplacée depuis fin 2006 par les éditions Triades.

L'école fut située d'abord dans le village près de la place de l'église, un nouveau bâtiment fut construit en 1968, sur la route menant à Sainte-Geneviève, lors de la pose de la première pierre un polyèdre en cuivre contenant des textes fut enfoui dans les fondations. Ce polyèdre a été enlevé à la fermeture de l'école en 2001.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Denis.

Laboissière-en-Thelle ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire.

  • Église Saint-Denis : Elle est bâtie en rognons de silex, ce qui fait en grande partie son caractère. Son plan comporte une nef unique, un chœur pentagonal et deux chapelles latérales de part et autre de l'avant-chœur, avec lequel elles communiquent par des arcades en cintre surbaissé. La nef est certainement d'origine très ancienne, ce que son style ne trahit pas : les fenêtres et les contreforts datent du XVIe siècle, et le portail occidentale ainsi que le portail latéral au sud ont été aménagées au XVIIe siècle. Non voûtée, la nef est recouverte par une intéressante charpente en carène renversée du XVIe siècle. Le chœur a été bâti au début du XVIe siècle, et ses murs se caractérisent par une alternance décorative de rognons de silex et de pierres de taille. À l'intérieur, le chœur est revêtu de remarquables boiseries de style Louis XVI, dont les médaillons représentent, entre autres, saint Christophe, saint Denis et saint Sébastien. Le retable est surmonté d'une gloire[10].
  • Les maisons construites avant le milieu du XIXe siècle sont des longères picardes, souvent orientées nord-sud, avec la porte principale à l'est. Ces maisons comportent souvent des murs en torchis.
  • Les maisons postérieures à 1850 conservent la forme de longère picarde jusqu'au milieu du XXe siècle environ, mais l'orientation change et devient le plus souvent ouest-est, avec la porte principale au sud. Le matériau principal devient la brique.
  • Maisons plus récentes : Aucune orientation précise, ouverture principale face à la rue, garages semi-enterrés ou enterrés avec ouverture face à la rue, c’est-à-dire face à l'ouest pour moitié des maisons neuves qui en sont donc inondables.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Laboissière-en-Thelle sur Géoportail.
  2. Amblainville et le canton de Méru édité par la communauté de commune et le conseil général de l'Oise
  3. a et b Stéphanie Levaudi, « Le nouveau maire juge le projet du groupe scolaire trop cher : JEAN-JACQUES THOMAS a présidé, jeudi soir, son premier conseil municipal. Élu le 12 septembre, après le décès du maire, Alain Henocq, il a mené cette réunion tambour battant », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ 13 octobre 2003 (lire en ligne).
  4. Réélu pour le mandat 2008-2014 : « Les maires de l'Oise », sur le site de la Préfecture de l'Oise,‎ 2008 (consulté le 24 août 2008)
  5. « Laboissière-en-Thelle », Cartes de France (consulté le 8 septembre 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  8. « Évolution et structure de la population à Laboissière-en-Thelle en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  10. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Noailles, Pays de Bray, Pays de Thelle et Vallée de Thérain, Beauvais,‎ s.d., 32 p., p. 13.