Labassère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Labassère
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Blason de Labassère
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
Canton Canton de Bagnères-de-Bigorre
Intercommunalité Communauté de communes Haute-Bigorre
Maire
Mandat
Jocelyne Verdoux
2014-2020
Code postal 65200
Code commune 65238
Démographie
Population
municipale
255 hab. (2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 03′ 34″ N 0° 05′ 50″ E / 43.0594, 0.0972 ()43° 03′ 34″ Nord 0° 05′ 50″ Est / 43.0594, 0.0972 ()  
Altitude Min. 546 m – Max. 1 169 m
Superficie 10,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Labassère

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Labassère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Labassère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Labassère

Labassère est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Labassère
Astugue Trébons Pouzac
Neuilh; Germs-sur-l'Oussouet Labassère Bagnères-de-Bigorre
Germs-sur-l'Oussouet Bagnères-de-Bigorre Bagnères-de-Bigorre

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Gailleste, affluent gauche de l'Adour, traverse les terres de la commune.

L'Oussouet est à la limite des communes de Germs-sur-l'Oussouet et de Neuilh.

Relief[modifier | modifier le code]

Le point de relief le plus remarquable est le Pic de Labassère, 1 169 m, à la limite sud de la commune. On l'appelait la montagne d’Aountays.

Histoire[modifier | modifier le code]

Buste de l'abbé Jacques Pédefer.

L'histoire du village est liée à deux activités économiques, outre l'activité agricole.

L'ardoise de Labassère[modifier | modifier le code]

Labassère doit son nom au matériau qui a fait sa renommée : l'ardoise ou « labasse » en occitan. On l'y exploite dès le XIVe siècle. Eugène Viollet le Duc l'utilise pour la restauration de la cité de Carcassonne qui débute en 1853. Les toits du château de Pau et de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens en sont encore recouverts.

L'eau de Labassère[modifier | modifier le code]

En 1800, le curé du village, l'abbé Pédefer, découvre une source sulfureuse dont l'eau est présentée telle propice à la guérison de certaines maladies. Vendue à Bagnères-de-Bigorre, elle acquiert très vite une renommée régionale. Son exploitation s'arrête en 1991.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à la tour cousue de sable sur une terrasse de sinople, au chef cousu d'azur chargé de quatre triangles d'or accolés par la pointe.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Joseph Arberet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 255 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
540 491 497 613 663 698 710 721 709
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
669 669 695 728 772 763 755 769 773
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
777 791 735 567 545 511 470 433 460
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
396 331 241 220 218 235 258 265 255
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les ruines d'une tour dénommée "Castet" dominent le village. Elle a servi de télégraphe optique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Pédefer ayant découvert la source sulfureuse du village, un buste a été érigé en son honneur devant la mairie en 1913.

Activités & Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Labassère village connu par ses ardoisières et son eau thermale sulfurée primée 1878 à l Exposition universelle de PARIS[réf. nécessaire]
  • La chorale Eth LOUSES (les ardoisiers)
    chorale Eth Louses

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Randonnées: aux portes des chemins de randonnée
  • Cyclotourisme: des circuits de difficultés et distances variées
  • Des fêtes du patrimoine local, dont la fête de l'âne pyrénéen et des métiers de tradition, tous les troisièmes dimanches de juillet, première manifestation, en 2012, avec la participation de l'ensemble des villageois, au profit des Restos du Cœur.
promenades enfants, jnée de l'âne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]