La vie est un miracle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La vie est un miracle

Titre original Život Je Čudo
Réalisation Emir Kusturica
Scénario Ranko Bozić et Emir Kusturica, d'après une idée de Gordan Mihić
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Serbie Serbie
Drapeau de l'Italie Italie
Sortie 2004
Durée 2h32

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La vie est un miracle (Живот је чудо, Život je čudo) est un film serbe réalisé par Emir Kusturica, sorti en salles en 2004.

Résumé[modifier | modifier le code]

Bosnie, 1992. Luka, ingénieur serbe venu de Belgrade avec sa femme Jadranka, chanteuse d'opéra, et leur fils Milos, s'est installé dans un village au milieu de nulle part afin d'y construire la ligne de chemin de fer qui transformera la région en haut lieu touristique.

Concentré sur son projet et aveuglé par son optimisme naturel, il ne prête pas attention aux rumeurs de guerre de plus en plus persistantes. Mais le conflit éclate. Milos est appelé sous les drapeaux et Jadranka a quitté le foyer pour aller vivre avec monsieur Cuhaj, un cymbaliste Hongrois.

Sans perdre son optimisme, Luka attend le retour de sa femme et de son fils, mais le temps passe et Jadranka ne revient pas. Pire encore, Milos a été fait prisonnier. Les militaires serbes confient alors à Luka la garde de Sabaha, otage musulmane destinée à être échangée contre son fils. Entre eux, une idylle amoureuse va rapidement naître. Lassée de son musicien, Jadranka retourne finalement au près de Luka mais découvre Sabaha. Une violente dispute éclate entre les deux femmes et la jeune musulmane s’enfuit. Luka part alors à sa recherche. Ils se retrouvent et projettent de quitter le pays afin de vivre leur passion amoureuse en toute tranquillité. Alors qu’ils s’apprêtent à traverser la Drina, Sabaha se fait tirer dessus et est gravement blessée.

La guerre prend fin, Sabaha, qui a échappé de justesse à la mort est reconduite dans son pays tandis que Milos retrouve sa famille. La paix semble revenue, Jadranka, Milos et Luka retrouvent leur maison. Mais Luka, désespéré d’être séparé de Sabaha, s’enfuit et tente de se suicider en s’allongeant sur les rails.

La voiture sur rails.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné à Küstendorf, le village qu'Emir Kusturica a fait construire en Serbie.

Le titre du film fait peut-être référence à une phrase du roman Le pont sur la Drina: "La vie est un prodige incompréhensible".

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

C’est la deuxième fois que le No Smoking Orchestra signe une musique de film après Chat noir, chat blanc, mais cette fois Emir Kusturica prend directement part à la composition aux côtés du violoniste Dejan Sparavalo. Trois membres du No Smoking Orchestra font d'ailleurs partie de la distribution, Stribor Kusturica, le batteur du groupe, Nenad Janković, le chanteur du groupe et Dejan Sparavalo[1], le violoniste du groupe.

La musique a été presque entièrement enregistrée avant le début du tournage puis retravaillée si nécessaire sur le montage final[2].

Deux quintets de cordes sont crédités en tant que musiciens additionnels pour la bande originale : Le Belotti Quintet et le Disonanta Quintet.

Pendant le film, un soldat tire une roquette avec son bazooka et se met à chanter The End de The Doors, on peut alors y voir une référence au film Apocalypse Now de Francis Ford Coppola.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix de l'Éducation nationale au Festival de Cannes, 2004
  • Golden Globe du meilleur film européen, 2005
  • César du meilleur film de l’Union Européenne, 2005
  • Prix du public au festival du film de Melbourne, 2004
  • Prix du Meilleur film des Balkans, festival de Sofia, 2005

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans le film, Dejan Sparavalo est présenté au maire sous son vrai nom, comme étant de l’opéra de Sarajevo. En réalité Dejan Sparavalo s’est vu proposer d’entrer à l’orchestre philharmonique de Sarajevo mais il a refusé, préférant jouer dans les bars.
  2. « On a du enregistrer la musique avant le tournage (…) il avait tout préparé avant. » Dr Nelle Karajlic (Nenad Janković) in Emir Kusturica, tendre barbare, film de Marie-Christine Malbert. 2004

Lien externe[modifier | modifier le code]