La troisième guerre mondiale n'aura pas lieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La troisième guerre mondiale n'aura pas lieu (Study war no more) est un recueil de nouvelles sélectionnées par Joe Haldeman publié en 1977.

Posant la question Peut-on éviter la guerre ? à dix grands écrivains de science-fiction, l'écrivain américain Joe Haldeman, vétéran de la guerre du Viêt Nam en a tiré une célèbre anthologie.

Sommaire et résumés[modifier | modifier le code]

  • Basilic (Basilisk), 1972, Harlan Jay Ellison. Un soldat revient de la guerre, mutilé, et découvre que tous le haïssent parce qu'il a cédé sous la torture. Cette injustice éveille en lui un esprit destructeur, qui l'a choisi pour hôte.
  • La machine à duel (The duelling machine), 1969, Benjamin William Bova dit Ben. La galaxie vit en paix grâce à la machine à duels : chaque litige se résout d'homme à homme, dans un univers virtuel où nul ne peut mourir, mais où les affrontements ont valeur légale. Or voici que des hommes y meurent, et que cette machine devient une arme.
  • Nous vivons les temps d'avant le Talion (A man to my wounding), 1959, Poul Anderson. La guerre a été remplacée par l'assassinat. Système censément parfait : on ne tue pas d'innocents. Mais si les chefs sont trop bien protégés ? Alors il ne reste qu'à tuer les élites... et si elles sont trop bien protégées... ?
  • Assistance (Commando raid), 1970, Harry Harrison. L'armée ne tue plus : elle aide les gens à mieux vivre, à oublier la misère, l'ignorance et le désespoir, à détruire tout germe de guerre. Quitte à forcer les gens à accepter la civilisation.
  • La loi du spectacle (Curtains), 1974, George Alec Effinger. Les armées ne s'affrontent plus. Chaque unité est une « troupe de théâtre » livrant des batailles chorégraphiées : l'état-major et la presse, en tant que critiques, décident ensuite si la performance justifie une avancée stratégique. Mais les balles restent réelles, et, effroyable ironie, les hommes meurent pour des erreurs d'accessoiriste.
  • Le mercenaire (Mercenary), 1962, Mack Reynolds. La société occidentale s'est figée dans une nouvelle féodalité industrielle. Les aristocrates s'affrontent en champ clos pour résoudre leurs litiges et amuser les chômeurs entretenus. Pour quitter sa caste, un homme ambitieux se jure de gagner l'une de ces guerres.
  • Le royaume de Dieu (Rule golden), 1954, Damon Knight. Un extraterrestre atterrit sur Terre. Chose étrange, de plus en plus de Terriens deviennent alors incapables de tuer ou même de blesser.
  • L'état de paix ultime (The state of ultimate peace), 1974, William Nabors. Une mystérieuse épidémie frappe les officiers : tous rêvent de paix, de poésie et d'amour libre.
  • Avec les chiffres (By the numbers), 1973, Isaac Asimov. Dans cet essai, Isaac Asimov exprime son rêve d'un monde rationnel. Selon lui, une gestion statistique des populations (à chacun son matricule) couperait l'herbe sous le pied des racistes et des xénophobes, ce qui entraînerait l'extinction des guerres.
  • À Howard Hughes : une modeste proposition (To Howard Hughes : a modest proposal), 1974, Joe Haldeman. Un milliardaire lance son propre plan secret contre la Bombe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]