La Traduction et la Lettre ou l'Auberge du lointain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Traduction et la lettre ou l'Auberge du lointain
Auteur Antoine Berman
Genre Traduction, analyse littéraire
Pays d'origine Drapeau de la France France
Éditeur Seuil
Collection Ordre Philos
Date de parution 1991
Nombre de pages 141
ISBN 978-2020380560

La Traduction et la lettre ou l'Auberge du lointain est un livre d'Antoine Berman, publié en 1991[1].

L’auteur distingue entre traduire la lettre et traduire mot à mot, pour éviter la confusion possible entre « mot » et « lettre ». Afin d’illustrer cette distinction, il utilisera l’exemple des proverbes, où cette distinction n’est pas toujours claire. Là où il veut en venir, c’est que la traduction est une réflexion qui dépasse la simple recherche d’équivalence. Trouver un équivalent, c’est nettoyer sa langue de toute obscurité de sens et refuser d’y introduire de l’étranger (équivalence dynamique selon Eugene Nida). Berman veut s’échapper du couple traditionnel théorie/pratique pour le remplacer avec l’expérience (sens heideggérien) et la réflexion. La traduction peut ainsi être une expérience de la réflexion et une réflexion au sujet de l’expérience de traduction. C’est cela qui donne à la traduction sa spécificité, qui en fait une discipline à part entière (la traductologie), non une sous-discipline. Il définira celle-ci comme une « articulation consciente de l’expérience de la traduction » et encore comme « la réflexion de la traduction sur elle-même à partir de sa nature d’expérience. »[2]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Berman et le "virage éthique" en traduction, par Barbara Godard, dans : TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. 14, n° 2, 2001, p. 49-82.
  2. L'auberge du lointain