La neige tombait sur les cèdres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La neige tombait sur les cèdres

Titre original Snow falling on cedars
Réalisation Scott Hicks
Scénario Scott Hicks et Ron Bass
d'après le roman de David Guterson
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
The Kennedy/Marshall Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1999
Durée 127 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La neige tombait sur les cèdres (Snow falling on cedars) est un film américain Scott Hicks sorti en 1999 et adapté du roman homonyme de David Guterson.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'île de San Piedro (Puget Sound), dans le Pacifique Nord, en 1950. Les Américains de souche tolèrent les Japonais qui y vivent, mais le souvenir de Pearl Harbor est encore tenace dans les esprits. La mort mystérieuse du pêcheur Carl Heine va envenimer les relations entre les deux communautés car Kazuo Miyamoto est le coupable tout désigné. Le jeune reporter Ishmael Chambers va couvrir le procès. L'affaire a pour lui une signification toute personnelle, puisque la femme de Miyamoto, Hatsue, a été son premier amour, avant qu'elle ne connaisse la déportation au camp de Manzanar.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le roman de David Guterson eut un retentissement aussi bien public que critique aux États-Unis, donnant en particulier plus d'écho à l'internement des Japonais-américains pendant la Seconde Guerre mondiale. Bien avant le succès de son film Shine, le réalisateur Scott Hicks avait déjà cherché à l'adapter pour le cinéma, mais Universal possédait alors les droits, acquis pour un prix avec lequel il ne pouvait rivaliser. Nantis d'une nomination aux Oscars, Hicks s'est toutefois finalement vu proposer la réalisation du film. Il retoucha le scénario original écrit par Ron Bass, en soustrayant en particulier une voix-off dans la narration[1]. Le budget alloué fut de 35 millions de dollars.

Réception[modifier | modifier le code]

Lors de sa sortie en salle aux États-Unis, La neige tombait sur les cèdres ne récolta que 14,42 millions de dollars de recettes (sur un maximum de 1150 écrans), un échec d'autant que le film ne parvint pas à se rentabiliser en complément par ses recettes sur les autres territoires (8,6 millions de dollars[2]. La France ne bénéficia ainsi que d'une sortie limitée en nombre de salles. La critique se montra très mitigée dans son ensemble, incriminant une forme qui étouffait le sujet[3], même si un critique influent comme Roger Ebert le défendit comme l'un des rares film de cinéma à posséder dans son style cinématographique la complexité d'un roman[4].

En France la revue Positif lui accorda l'une des rares chroniques vraiment positive qu'on pouvait relever. Selon Christian Viviani, il y a un « parti pris de surenchère, tant plastique que narrative, qui a rarement été poursuivi avec un tel entêtement dans une fiction conventionnelle[5]. » Le style visuel est au centre du débat plus que l'arrière plan historique, comme le montre la critique négative de Thomas Sotinel dans Le Monde : « Scott Hicks prend son film à bras-le-corps et le maintient fermement au fond de l'eau, jusqu'à ce qu'il ne donne plus signe de vie. Sa manière de filmer est accablée de soucis esthétiques[6]. »

Aujourd'hui le film bénéficie de temps à autres de quelques nouvelles défenses. D'après Jeff Reichert, l'indifférence suscitée par le film était ainsi particulièrement injuste[7].

Aux Oscars, Robert Richardson obtint une nomination pour sa photographie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cinetudes.com/CINEMA,-TEMPS-ET-HISTOIRE-2e-partie-Chronique-d-un-echec-critique-et-commercial_a148.html
  2. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=snowfallingoncedars.htm
  3. http://uk.rottentomatoes.com/m/snow_falling_on_cedars/
  4. « Told this way, the story seems like crime and romance, but "Snow Falling on Cedars" reveals itself with the complexity of a novel, holding its themes up to the light so that first one and then another aspect can be seen. The style is crucial to the subject. » Roger Ebert, Snow falling on cedars, Chicago Sun times, 1999.
  5. Viviani Christian, La Neige tombait sur les Cèdres, Positif, mai 2000, p45
  6. Sotinel Thomas, Une neige ennuyeuse comme la pluie, Le Monde, 4 mai 2000, p.35
  7. Reichert Jeff, Forget Me Not, Reverse shot for president, 2004. http://www.reverseshot.com/article/snow_falling_on_cedars

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]