La Marche des rois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La marche des Rois)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Les Rois mages (chanson).
Leopold Kupelwieser, Le voyage des trois Rois, 1825, Diocèse de Rouen

La Marche des rois ou La marche des Rois mages ou encore, en provençal, La Marcho di Rèi est un chant de Noël populaire d'origine provençale célébrant l'Épiphanie et les Rois mages. Sa reprise par Georges Bizet pour son Arlésienne en a popularisé le thème.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chanoine Étienne-Paul Charbonnier, lithographie, 1870, BNF

Les paroles sont attribuées à Joseph-François Domergue[1] (1691-1729), curé-doyen d'Aramon[2], dans le Gard, de 1724 à 1728, dont le nom apparaît sur la première copie manuscrite datée de 1742[1] et conservée à la bibliothèque d'Avignon[3]. Le texte est publié pour la première fois dans le Recueil de cantiques spirituels provençaux et françois[4] publié en 1749[1]. Par la suite, l’œuvre a été reprise dans les différentes éditions du recueil de Noëls provençaux du poète et compositeur du XVIIe siècle Nicolas Saboly auquel elle a souvent - et erronément - été attribuée[5] .

L'origine précise de l'air est inconnue mais semble remonter au XVIIe siècle, même si une origine médiévale est parfois évoquée[1] : une tradition avignonnaise la fait en effet remonter au Roi René[6]. Suivant le document de 1742, la chanson reprend l'air d'une Marche de Turenne, marche militaire en l'honneur des victoires du Maréchal de Turenne[1], que certains auteurs ont voulu attribuer à Lully, bien qu'aucun document ne puisse corroborer cette hypothèse. Cette mention respecte l'usage établi des noëlistes consistant à plaquer leurs textes sur des chansons françaises « connues » répandues par l'imprimerie[7].

Selon les recherches menées par l'érudit Stéphen d'Arve à la fin du XIXe siècle la seule partition connue est celle de Étienne-Paul Charbonnier[8], organiste à la cathédrale d'Aix-en-Provence qui - la tenant peut-être de la chaîne de ses prédécesseurs - l’avait reconstituée de mémoire en modifiant son orchestration au fur et à mesure de l’introduction de nouveaux instruments[9]. Henri Maréchal, un inspecteur des Conservatoires de France ayant fait des recherches à la demande de Frédéric Mistral pensait, pour sa part, que « La Marcha dei Rèis » avait dû être composée par l’abbé Domergue lui-même[10].

Célébration de l'Épiphanie[modifier | modifier le code]

Procession des rois mages à Aix, 2009

Chaque année, la fête de l’Épiphanie donne lieu dans certaines villes et villages de Provence à des parades populaires - des « Marches des Rois » - où des citoyens somptueusement déguisés en Rois mages progressent vers l'église locale au son de la Marche et autres musiques traditionnelles, accompagnés d'habitants costumés en fonction du folklore local[1]. Particulièrement à Aix-en-Provence, depuis le début du XIXe siècle[11], une cérémonie populaire fastueuse célèbre cette venue : un cortège traditionnel de personnages vêtus en costumes provençaux - bergers, cavaliers, tambourinaires, métiers... - accompagne les Mages et leurs chameaux vers la cathédrale Saint-Sauveur où l’organiste, accompagné des tambourinaires exécute l’air de la Marche des Rois à l'arrivée du cortège, en passant du pianissimo au fortissimo pour évoquer l’approche de la procession. Une grande étoile est alors allumée sur l'autel principal, symbolisant l’étoile qui a guidé les Mages jusqu'à Bethléem[12]. La cérémonie se termine tandis que l'air est joué descrescendo pendant que les Rois s'en vont[11].

Joseph d'Ortigue écrit en 1837 :

« (...) Quand venait le jour de l'Épiphanie, vous eussiez entendu cette belle marche des Rois si connue dans le midi de la France. C'était d'abord comme un murmure confus, un rythme douteux qui, partant des extrémités du pianissimo, devenait graduellement plus distinct en passant par les claviers intermédiaires, pour signifier le pèlerinage des rois mages, venu de leur pays éloigné pour se prosterner en la présence de l'Enfant-Dieu ; bientôt la marche triomphale était entonnée magnifiquement sur les jeux les plus brillant. Elle reprenait ensuite, puis s'éloignait insensiblement jusqu'à ce que les sons et le rythme se perdissent dans le lointain[13]. »

Reprises et adaptations[modifier | modifier le code]

Félix-Henri Giacomotti, Georges Bizet, n. d., musée Carnavalet

La Marche des Rois est un des thèmes de l'ouverture de l'Arlésienne (1872), musique de scène composée par Georges Bizet pour un drame à sujet provençal d'Alphonse Daudet. Selon le musicologue Joseph Clamon[14], Bizet a pu trouver la mélodie de cette marche dans un livre publié en 1864[15]. Après l'échec du drame, Bizet tire de la musique de scène une suite pour orchestre (Suite no 1) qui rencontre un succès immédiat[16]. En 1879, quatre ans après la mort du compositeur, son ami Ernest Guiraud en tire une seconde suite (Suite no 2) dans laquelle la Marche des Rois est reprise en canon dans la dernière partie de l'ouvrage remanié[16]. Certains passages se retrouvent également dans l'opérette Gillette de Narbonne de Edmond Audran, créée en 1882[17].

La Marche des Rois est devenue une chanson de France traditionnelle et un des cantiques de Noël les plus courants dans le répertoire des chorales francophones. Elle a connu plusieurs reprises par des interprètes tels que Tino Rossi, Les Quatre Barbus, Marie Michèle Desrosiers ou encore, en anglais, Robert Merrill.

Les paroles d'une chanson « M'sieu d'Turenne », qui peut se chanter sur l'air de la Marche des Rois, sont dues à Léon Durocher (1862-1918)[18].

Air et partition[modifier | modifier le code]

Thème repris dans l'ouverture de l’Arlésienne de Bizet[19] :


\new Staff {

  \relative c'' {
    \key c \minor
    \time 4/4
    \partial 2
    \tempo "Allegro deciso - Tempo di Marcia" 4=104
    c,4-.\ff g-.
    c~ c8[ r16 d] \appoggiatura { f } ees8[ r16 d] ees8[ r16 c]
    g'4 ~g8[ r16 ees] f4-. g-.
    aes8-. g-. f-. ees-. d4-. g-.
    f8-. ees-. d-. ees-. c4-. g-.
    c~ c8[ r16 d] \appoggiatura { f } ees8[ r16 d] ees8[ r16 c]
    g'4 ~g8[ r16 ees] f4-. g-.
    aes8-. g-. f-. ees-. ees4-. d-.
    c~ c8[ r16 d] d4-. d-.
    ees-. d8[ r16 c] d4-. ees-.
    f ~ f8[ r16 ees] f4-. g-.
    c,-. d8-.ees-. f-. ees-. d-. c-.
    c-.[ b-. g-. r16 d'] d4-. d-.
    ees-. d8[ r16 c] d4-. ees-.
    f ~ f8[ r16 ees] f4-. g-.
    aes8-. g-. f-. ees-. ees4-. d-.
    c ~ c8 r \bar "||"
  }
}

Paroles[modifier | modifier le code]

Les paroles du poème original du chanoine Domergue font état d'un voyageur qui observe un convoi fastueux accompagnant trois Rois entourés de gardes qui protègent leur or, sans que les traditionnels encens et myrrhe ne soient évoqués. Tout en suivant l'étoile, les Rois louent Dieu avec de si belles voix que le voyageur les accompagne dans leur périple qui aboutit devant le Christ-enfant[1].

Il existe depuis différentes versions et variantes tant en langue provençale que française. Il est ici proposé l'une dans chacune d'entre elles, éditées durant la seconde moitié du XIXe siècle :

Provençal[modifier | modifier le code]

LA MARCHO DI RÈI (1852)[20]
Er de la marcho de Turenne

De-matin,
ai rescountra lou trin
De tres grand Rèi qu’anavon en vouiage ;
De-matin,
Ai rescountra lou trin
De tres grand Rèi dessus lou grand camin :
Ai vis d’abord
De gardo-corp,
De gènt arma em’uno troupo de page ;
Ai vit d’abord
De gardo-cors,
Touti daura dessus si justo-corp.

Li drapèu,
Qu’èron segur fort bèu,
I ventoulé servien de badinage ;
Li camèu
Qu’èron segur fort bèu,
Pourtavon de bijou touti nouvèu ;
E li tambour,
Pèr faire ounour,
De tèms en tèms fasien brusi soun tapage ;
E li tambour,
Pèr faire ounour,
Batien la marcho chascun à soun tour.

Dins un char,
Daura de touto part,
Vesias li Rèi moudèste coume d’ange ;
Dins un char,
Daura de touto part,
Vesias bria de riche-z-estendard ;
Ausias d’auboues,
De bèlli voues
Que de moun Dièu publiavon li louange ;
Ausias d’auboues,
De bèlli voues
Que disien d’er d’un amirable choues.

Esbahi,
D’entèndre acò d’aqui,
Me siéu renja pèr vèire l’equipage ;
Esbahi,
D’entèndre acò d’aqui,
De luèn en luèn li-z-ai toujou suivi ;
L’astre brian
Qu’èro davan,
Servié de guido, e menavo li tres mage ;
L’astre brian
Qu’èro davan,
S’arrestè net quand fuguè vers l’enfant.

Intron pièi
Per adoura soun Rèi
A dous ginoun coumençon sa priero ;
Intron pièi
Per adoura soun Rèi
E recounèisse sa divino lèi.
Gaspard d’abord
Presènto l’or,
E di : moun Diéu, sias lou soulé Rèi de glòri ;
Gaspard d’abord
Presènto l’or
E dis pertout que vèn cassa la Mort.

Per presèn
Melchior oûfro l’encèn,
En ié disen : Sias lou Diéu di-z-armado ;
Per presèn
Melchior oûfro l’encèn,
Disen : Sias Rei, et sias Diéu tout ensen,
La paureta,
L’umulita
De voste amour nin soun li provo assurado ;
La paureta,
L’umulita
N’empachon pas vosto Divinita.

Quant a iéu,
N’en plour, moun bon Diéu !
En sangloutant vous presènte la mirrho ;
Quant a iéu,
N’en plour, moun bon Diéu !
De ié sounja siéu pu mort que viéu ;
Un jour, per nous
Sus uno croux,
Coumé mourtau, fenirés nosti misèro ;
Un jour per nous,
Sus uno crous
Devès mouri per lou salut de tous !

Aujourd’huèi,
Es adoura di Rèi,
E bateja di man de Jan-Batisto ;
Aujourd’huèi,
Es adoura di Rèi,
Tout l’univer se soumés a sa lèi.
Dins un festin,
Rènd l’aigo en vin :
Aquèu miracle es segur bèn de requisto ;
Dins un festin,
Rènd l’aigo en vin :
Nous manifèsto soun poudé divin

- Domergue, douyèn d'Aramoun

Français[modifier | modifier le code]

LA MARCHE DES ROIS (1894)[21]

Ce matin,
J'ai vu dans le lointain,
Frémir au vent des banderoles claires

Ce matin,
J'ai vu dans le lointain
Venir des gens vêtus de frais satin.

Sur leurs habits,
Perles et rubis
Partout de l'or aux harnais des dromadaires

Sur leurs habits,
Perles et rubis,
Turbans de soie et casques bien fourbis !

Trois grands rois
Modestes tous les trois
Brillant chacun comme un soleil splendide

Trois grands rois
Modestes tous les trois
Étincelaient sur leurs blancs palefrois.

Le plus savant
Chevauchait devant
Mais chaque nuit, une étoile d'or les guide

Le plus savant
Chevauchait devant
J'ai vu flotter sa longue barbe au vent.

M'approchant
Je pus entendre un chant
Que seul chantait un page à la voix franche

M'approchant
Je pus entendre un chant
Ah ! qu'il était gracieux et touchant !

Où vont les trois
Magnifiques rois ?
Voir un enfant qui naîtra dans une crèche,

Où vont les trois
Magnifiques rois ?
Fêter celui qui doit mourir en croix.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) William D. Crump, The Christmas Encyclopedia, McFarland,‎ 2001, 3e éd., p. 278
  2. Abbé Louis Valla, Histoire d'Aramon : Temps anciens-Administration-Temps modernes, Montpellier, Impr. de la Manufacture de la Charité,‎ 1900, p. 256
  3. Manuscrit n°1256 dit « recueil de Castellant », tome II, page 126 ; cf.Joseph Clamon, « Bizet et le folklore provençal », Revue de musicologie, t. 19, no 68,‎ novembre 1938, p. 151
  4. Recueil de cantiques spirituels provençaux et françois gravés par le Sieur Hue, Paris,‎ 1759, In-8, 237 p.
  5. La confusion initiale provient vraisemblablement de l'édition datée de 1790 par l’éditeur avignonnais Antoine Offray, qui faisait succéder la « Marche des Rois » aux « Noëls de Saboly » ; cf. Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze, Musée A.-Mazeyrie,‎ 1911, p. 168
  6. Félix Clément, « Arlésienne (L') : ou Histoire des opéras », dans Dictionnaire lyrique, Pierre Larousse,‎ 1879, p. 774
  7. Joseph Clamon, « Bizet et le folklore provençal », Revue de musicologie, t. 19, no 68,‎ novembre 1938, p. 152
  8. Étienne-Paul Charbonnier (1793-1872) fut chanoine, organiste et maître de chapelle de la Cathédrale d’Aix-en-Provence. Il a retranscrit transcrit pour orgue les Noëls de Saboly ainsi que des aubades pour galoubet et orgue
  9. Stéphen d'Arve, Miettes de l'histoire de Provence, Laffite,‎ 1979 (1re éd. 1902), p. 188
  10. Stéphen d'Arve, Miettes de l'histoire de Provence, Laffite,‎ 1979 (1re éd. 1902), p. 186
  11. a et b Maurice Guis, « Marche des Rois, cathédrale Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence », sur L'Académie du Tambourin,‎ n.d.
  12. Silvano Rodi (trad. Marie-Noëlle Turcat), « livret de Musique d’Occitanie », sur elegiarecords.it, Elegia Records,‎ 2010
  13. Joseph d'Ortigue, « Cours sur la musique religieuse et profane. Huitième leçon », L'Université catholique, Paris,‎ juillet 1837, p. 188 (lire en ligne) ; repris dans Joseph d'Ortigue, Dictionnaire Liturgique, Historique et Théorique de Plain-Chant et de Musique d’Église au Moyen Age et dans les Temps Modernes, Migne,‎ 1853, col. 1139, article sur l'« Orgue ».
  14. Joseph Clamon, « Bizet et le folklore provençal », Revue de musicologie, t. 19, no 68,‎ novembre 1938, p. 150 (lire en ligne)
  15. François Vidal, Lou tambourin, Aix-en-Provence et Avignon,‎ 1864 (lire en ligne), p. 258. La mélodie y est donnée en si bémol mineur.
  16. a et b François-René Tranchefort, Guide de la musique symphonique, Fayard,‎ 1986, p. 226
  17. Stéphen d'Arve, Miettes de l'histoire de Provence, Laffite,‎ 1979 (1re éd. 1902), p. 193
  18. « Léon Durocher vient de publier trois nouvelles chansons (...). La troisième a pour titre : Marche de Turenne ; il en a adapté les vers sur l'air célèbre de Lulli » ; cf. Tad Lunedou, « A la reliure ! », Le Fureteur breton, Paris, série 1907-1908, t. 3,‎ 1908, p. 142 (en ligne lire en ligne).
  19. Georges Bizet, « L'Arlésienne », sur International Music Score Library Project
  20. D'après Li Nouè de Soboly, Peyrol E. J. Roumanille : emé de vers de J. Reboul, Avignon, L. Aubanel,‎ 1852, p. 190-192
  21. Maurice Bouchor et Julien Tiersot, Chants populaires pour les écoles, Librairie Hachette,‎ 1894, p. 56-57