La Horde du Contrevent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La horde du contrevent)
Aller à : navigation, rechercher
La Horde du Contrevent
Auteur Alain Damasio
Genre Roman
Fantasy
Pays d'origine Drapeau de la France France
Éditeur La Volte
Date de parution 2004
ISBN 2-9522217-0-7
Chronologie
Précédent La Zone du dehors

La Horde du Contrevent est un roman de fantasy écrit par l'écrivain français Alain Damasio publié aux éditions La Volte en 2004. Dans sa première édition, le livre était accompagné d'un CD qui en constituait la « bande originale ». Le roman a été un succès commercial et critique, et a remporté le Grand prix de l'imaginaire en 2006.

Présentation[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Ils sont vingt-trois, forment la trente-quatrième Horde du Contrevent et ont entre vingt-sept et quarante-trois ans. Dans un monde balayé par les vents, ils ont été formés depuis l'enfance dans un seul but : parcourir le monde, d'ouest en est, de l'Aval vers l'Amont, à contre-courant face au vent, à travers la plaine, l'eau et les pics glacés, pour atteindre le mythique Extrême-Amont, la source de tous les vents.

Tous différents mais tous unis, ils forment une horde autonome et solidaire, qui avance dans un seul objectif, luttant constamment contre le vent. Profitant du savoir et de l'expérience de huit siècles d'échecs, on la dit la meilleure et l'ultime Horde, celle qui atteindra enfin l’Extrême-Amont.

Caractéristiques du roman[modifier | modifier le code]

La Horde du Contrevent présente plusieurs particularités :

  • La numération des pages est faite dans un ordre inversé, le roman commençant à la page 521 (page 700 pour l'édition de poche) pour finir à la page 0.
  • La version grand format du roman, publiée par La Volte, inclut un CD de musique dans sa troisième de couverture. Il s'agit d'une bande-son composée par Arno Alyvan. Complémentaire au roman, ce CD constitue une « bande originale du livre[1] », selon Alain Damasio, « un album entièrement composé à partir du roman pour en déployer l’univers, pour le représenter, le rendre présent à nouveau autrement ».
  • Le roman présente un système de narration à plusieurs voix : au début de chaque paragraphe se trouve un symbole, indiquant au lecteur quel membre de la Horde est le narrateur, chacun d'entre eux ayant sa propre façon de s'exprimer et son propre point de vue sur les événements. Un marque-page, fourni avec le livre, indique la correspondance entre les symboles et les personnages.

Ce roman devait à l'origine être le premier tome d'un diptyque. L'auteur a pour l'instant renoncé à écrire le second tome, qui aurait raconté la reformation de la Horde, pour se focaliser sur des ouvrages plus engagés[2].

Histoire éditoriale[modifier | modifier le code]

La Horde du Contrevent est publié aux éditions La Volte en 2004, en grand format, accompagné d'un CD de musique de « bande originale du livre ». Une édition « de luxe » a été éditée avec un DVD vidéo qui présente l'auteur, la genèse du livre (reportage et entretien) ; ce DVD a été réalisé par le réalisateur Bruno Raymond-Damasio, le frère de l'auteur. En 2007, La Horde du Contrevent a été réédité au format poche chez Folio SF.

Le roman a été traduit en italien sous le nom de L'orda del vento par Claudia Lionetti aux éditions Narrativa Nord[3].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Parmi les critiques les plus positives, le critique du site de fantasy Elbakin, en décembre 2004[4], donne au roman la note maximale (10 sur 10) et y voit « un roman dénué de faux-pas », difficile à classer (il hésite entre fantastique, fantasy, merveilleux et poésie), et où il apprécie « un scénario original, des personnages attachants, un style fluide ou à un niveau plus supérieur, une manière de concevoir la forme de l’ouvrage époustouflante : que ce soit sur la syntaxe créée, les différences d’expression suivant le membre de la Horde s’exprimant ou tout simplement sur les efforts faits par l’auteur pour marier avec brio des styles littéraires totalement différents. » Il apprécie également la qualité de la bande originale du livre.

Le site ActuSF donne la parole à deux critiques[5]. Magda Dorner (qui ne critique que le roman lui-même, n'ayant pas eu accès à la bande originale) indique que le roman paraît difficile d'accès dans les premières pages, en raison du style, du grand nombre de personnages différents prenant la parole (vingt-trois) et de la difficulté de jongler avec les glyphes qui signalent chacun des personnages ; elle estime également que le style très particulier est par moments « un peu indigeste ». Elle indique cependant que « Alain Damasio est visiblement un maître dans l’art de faire durer le plaisir et de semer les informations une à une dans le texte » et que le choix d'un vocabulaire riche propre à l'univers améliore l'immersion du lecteur dans l'univers, qu'elle juge « réellement dépaysant et original » ; le roman lui paraît « original et intéressant ». Eric Holstein, qui critique le roman sur le même site, évoque les réactions du public à la sortie du roman : « La Horde du contrevent est un livre qui partage. Prétentieux pour certains, ambitieux pour d’autres, épique ou gratuit, remarquablement travaillé ou pompeusement maniéré ». Il estime que la forme déroutante du roman (l'alternance entre les voix de vingt-trois personnages, les glyphes, la numérotation des pages inversée) relève de fioritures « ni très originales, ni très utiles », mais qu'une fois mis à part ces quelques éléments, « il nous reste un excellent roman d’une facture assez classique. De la facture d’un classique, pourrait-on dire ». Il apprécie en particulier la maîtrise du style dont fait preuve Damasio, et voit dans le roman « une mise en abyme complexe sur l’art du conteur ». Il reproche néanmoins au roman « une auto-complaisance stylistique qui se fait jour par intermittence », et « le fatras mystico-nietzchien qui soutient la philosophie des hordiers ».

À l'occasion de la réédition en poche du roman en mars 2007, le site Le Cafard Cosmique publie une excellente critique[6] qui voit dans Le Horde du contrevent « un des meilleurs romans français dans le genre depuis 20 ans », et en apprécie en particulier l'« ambition assumée » et la « flagrante originalité ». Le critique estime que le roman « relève du long poème en prose comme de l’allégorie politique, l’ensemble traitant de l’éternelle question du dépassement ».

Critique positive[7] également sur le site Histoires de Romans qui attribue au livre une excellente note de 19 sur 20. Si la complexité de style est soulignée, l'écriture reçoit nombreuses éloges et notamment  : « L'alternance de style est bluffante et confère à l'histoire un très bon rythme, qui vous fait défiler les pages en un rien de temps ! Descriptions et dialogues se côtoient amoureusement sans jamais provoquer l'ennui, toujours au service de l'intrigue : un vrai plaisir. ». De plus, Alain Damasio est qualifié de « Maître du suspens » et la critique encourage le public à découvrir « une lecture dynamique, réfléchie et loin d'être reposante, c'est ce qui fait tout l'attrait de ce livre et sa richesse. » avant de conclure que la Horde du Contrevent est « le meilleur roman qu'il m'ait été donné de lire ces derniers temps, tant par son style impeccable que par son intrigue déroutante et passionnante. »

Récompenses[modifier | modifier le code]

Ce roman a obtenu le Grand prix de l'Imaginaire 2006, catégorie roman francophone[8].

Univers[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Le vent, qui a le premier rôle du roman, se décline sous neuf formes différentes. Les six premières sont, par ordre croissant de puissance, la zéfirine, le slamino, la stèche, le choon, le crivetz et le furvent. La découverte des trois dernières est l'un des buts de la Horde.

L'auteur invente pour le roman un système complexe de notation du vent. Ce système utilise les signes de ponctuation pour décrire le rythme et de les variations du vent. Ainsi, par exemple, une bourrasque se note avec un accent grave et la virgule désigne une décélération.

Personnages[modifier | modifier le code]

La Horde du Contrevent est l'élément central du roman. Elle est constituée de 23 membres, ayant chacun un rôle défini dans la Horde. À chacun d'entre eux correspond un symbole, le représentant dans l'histoire (la graphie de chaque symbole évoque une caractéristique-clé du personnage : l’oméga ressemble à la silhouette du traceur; le symbole de Pi suggère une couronne de prince et la parenthèse une plume de scribe; le point entre parenthèses s'apparente à un sein maternel et symbolise ainsi le rôle de la soigneuse; le delta rappelle la pointe d'une arme blanche; etc.).

  • Ω Golgoth, traceur
  • π Pietro Della Rocca, prince
  • ) Sov Strochnis, scribe
  • ¿´ Caracole, troubadour
  • Δ Erg Machaon, combattant-protecteur
  • ¬ Talweg Arcippé, géomaître
  • > Firost de Toroge, pilier
  • ^ Tourse, l'autoursier, oiselier-chasseur
  • ´, Steppe Phorehys, fleuron
  • )- Arval Redhamaj, éclaireur
  • ˇּ Darbon, le fauconnier, oiselier-chasseur
  • Horst et Karst Dubka, ailiers
  • χ Oroshi Melicerte, aéromaître
  • (.) Alme Capys, soigneuse
  • <> Aoi Nan, cueilleuse et sourcière
  • Larco Scarsa, braconnier du ciel
  • Léarch, artisan du métal
  • ~ Callirhoé Déicoon, feuleuse
  • Boscavo Silamphre, artisan du bois
  • Coriolis, croc
  • Sveziest, croc
  • ]] Barbak, croc

Les autres personnages apparaissant dans l'histoire n'ont en général qu'un rôle mineur et n'apparaissent que pour quelques pages. On retiendra néanmoins :

  • Nouchka de l'Escadre Frêle
  • Silène et le Corroyeur
  • Te Jerkka et son frère Ne Jerkka
  • Sélème d'Alticcio
  • Le Huitième Golgoth ainsi que les autres parents des membres de la Horde.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le monde décrit dans La Horde du Contrevent est un monde à une seule dimension : la Horde progresse d'ouest en est le long d'une longue bande de terre, seule région habitable entre deux zones recouvertes par les glaces. Le long de cet axe Amont-Aval se dressent les villages et les cités des Abrités (habitants des villes) et des Obliques (voyageurs qui utilisent des machines pour naviguer à contrevent), telles que :

  • Aberlaas, cité de l'Extrême-Aval où ont été formés les membres de la Horde. Elle se trouve au pied de falaises marquant la limite avale du monde.
  • Chawondasee, village peu hospitalier traversé par la Horde.
  • Alticcio, où les Tourangeaux, caste supérieure, exploitent les Racleurs, caste inférieure.
  • Camp Bòban, où vivent les rescapés des précédentes Hordes. Autrefois un simple camp de base.

Entre les villages se trouvent des régions plus ou moins désertiques dont :

  • La flaque de Lapsane lac peu profond mais fort étendu.
  • Le désert de Leergeem entre Chawondasee et Alticcio.
  • Le massif des Malachites, infranchissable : il doit être contourné, à moins de pouvoir passer la porte d'Urle, un défilé très dangereux.
  • La chaîne de Norska limite des terres explorées.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Adaptation musicale[modifier | modifier le code]

Le musicien électronique Rone, ayant signé sous le label Infiné a utilisé dans sa chanson Bora Vocal un extrait samplé du livre audio[9] .

Adaptation au cinéma[modifier | modifier le code]

Un projet d'adaptation cinématographique du roman sous la forme d'un long métrage d'animation en images de synthèse, sous le titre Windwalkers. Chronicle of the 34th Horde, a été annoncé en juin 2011[10]. Réalisé par Jan Kounen en langue anglaise et produit par le studio français Forge Animation, le film devrait sortir en salle courant 2015[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens[modifier | modifier le code]