La Voie lactée (film, 1969)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Voie Lactée.

La Voie lactée est un film franco-germano-italien articulé autour des diverses hérésies du christianisme, de Luis Buñuel, sorti en 1969.

Sujet du film[modifier | modifier le code]

Évocation de problèmes d'ordre religieux rencontrés par deux hommes qui se rendent à Saint-Jacques-de-Compostelle, non pour le pèlerinage, mais dans l'intention de voler quelques pèlerins. Pierre est âgé et croyant ; Jean[1] jeune et athée. Ils y feront des rencontres troublantes, les unes symboliques (Dieu le père qui se sépare en trois personnages en les quittant), les autres les faisant voyager dans l'espace comme dans le temps. Le film est parsemé de nombreuses citations en clin d'œil aux spectateurs avertis en théologie[2].

Jean-Claude Carrière, assistant du réalisateur, a mis en garde dans une interview contre tout contresens sur le film, qui se veut une évocation du mécanisme des hérésies davantage que de la religion. Le film montre de façon très subtile que toute hérésie combine une interprétation particulière d'un écrit obscur d'une part, et d'une recherche de pouvoir ou de prestige de l'autre, à travers de nombreux exemples. Le duel argumenté et mortel du janséniste et du jésuite, s'affrontant à coup d'épée comme de répliques, est à cet égard représentatif du film.

La plupart des grandes hérésies sont évoquées, ainsi que les rapports entre la religion et l'ordre social (scène du restaurant, intervention des gendarmes…) ou la vie intime (scène de l'hôtel) dans un climat souvent onirique ainsi qu'il est de coutume chez Buñuel. Le film se termine sur une image d'aveugles qui, leur chemin barré par un minuscule fossé où se perd leur canne, ne peuvent suivre Jésus dispensant son enseignement.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Quelques critiques au moment de sa sortie[modifier | modifier le code]

« C'est une farce sérieuse, ou si l'on préfère, un film d'une sévérité facétieuse. À tout prendre, un film qui n'est pas antipathique (…). C'est tout bonnement une fantaisie sur le thème le moins fantaisiste qui soit : les hérésies ou plutôt les quelques hérésies qui depuis le début de notre ère ont agité et perturbé le christianisme ».

-- France catholique, André Bessèges, 18/4/1969


« Brillant, classique par sa forme, baroque par son esprit, tel apparaît dès l'abord le nouveau film de Luis Buñuel (…). En ne s’attachant qu’aux aspects extérieurs des débats qui marquèrent l’histoire de l'Église, La Voie lactée ne permet pas de comprendre l'histoire tout court. Si l'on peut le regretter, ce n'est pas une raison pour bouder le film ».

-- L'Humanité dimanche, François Maurin, 23/3/1969

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On remarquera que ce sont les prénoms respectifs du plus respecté d'une part et du plus jeune d'autre part des apôtres
  2. Par exemple des citations du concile de Braga par de jeunes élèves d'un établissement d'enseignement

Lien externe[modifier | modifier le code]