La Vierge et l'Enfant avec la famille du bourgmestre Meyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Vierge et l'Enfant avec la famille du bourgmestre Meyer
Image illustrative de l'article La Vierge et l'Enfant avec la famille du bourgmestre Meyer
Artiste Hans Holbein le Jeune
Date 1526-1528
Type Huile sur bois
Technique Peinture
Dimensions (H × L) 146,5 × 102 cm
Localisation Sammlung Würth, Johanniterkirche, Schwäbisch Hall (Allemagne)
Propriétaire Reinhold Würth
Coordonnées 49° 06′ 24″ N 9° 46′ 27″ E / 49.1067, 9.774149° 06′ 24″ N 9° 46′ 27″ E / 49.1067, 9.7741  

La Vierge et l'Enfant avec la famille du bourgmestre Meyer[1], également appelée Madone de Darmstadt ou encore Madone au manteau de Grâce, est un tableau du peintre allemand Hans Holbein le Jeune (1497-1543). Réalisé entre 1526 et 1528 à Bâle, ce tableau est considéré comme l’œuvre maitresse d'Holbein le Jeune[1]. Ce retable, une huile sur bois de 146,5 × 102 cm, a longtemps été exposé au Schlossmuseum de Darmstadt, avant d'être prêté au Städel Museum de Francfort, puis finalement acquis par un collectionneur particulier en 2011.

Description[modifier | modifier le code]

En 1529, le protestantisme devint la religion officielle à Bâle, ville dont le richissime fils de commerçant et chef d’armée Jakob Meyer zum Hasen (en) (1482-1530/31), commanditaire de cette œuvre, est quelque temps le bourgmestre. Meyer est l’homme en prières pieusement agenouillé à gauche. Grâce à lui, Holbein avait obtenu diverses commandes qui contribuèrent à l’essor de sa carrière. Meyer était un fervent catholique, comme en témoigne ce panneau. La Vierge Marie, l'une des principales « cibles » des protestants, offre une protection attentive à Jakob Meyer abrité sous son manteau, motif très répandu dans l’art médiéval. La scène se situe en plein air, comme en témoignent les pampres stylisés et les feuilles de figuier qui se détachent sur le fond bleu du ciel. À l’arrière est représentée la première épouse de Meyer, déjà décédée en 1511. À sa gauche agenouillée Dorothea Kannenguiesser, sa seconde épouse.

Vente et localisation actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis 2003, ce tableau faisait partie des collections du Städel Museum de Francfort, qu’il avait intégré au titre d’un prêt. Le musée, qui espérait pouvoir le conserver, s’en était également porté acquéreur. Mais son offre à 40 millions d’euros s’est révélée insuffisante.

À l'été 2011, le tableau a été vendu au milliardaire et collectionneur d'art allemand Reinhold Würth pour une somme tenue secrète. Avec un prix supérieur à 50 millions d’euros, ce tableau constitue l’œuvre d’art la plus chère qui ait été achetée en Allemagne depuis la Seconde Guerre mondiale.

La Johanniterkriche à Schwäbisch Hall pour les oeuvres médiévales et Renaissance

Il est exposé depuis le mois de janvier 2012 à Schwäbisch Hall (Wurtemberg), plus précisément à la Eglise des Chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (en allemand Johanniterkirche), l'ancienne église du couvent du XIIe siècle reconvertie en musée, en réalité une annexe de la Kunsthalle Würth installée dans la même ville à quelques mètres de la chapelle. Le mécène Reinhold Würth a souhaité que l'entrée à ses musées à Schwäbisch-Hall soient gratuits.

Le musée principal Kunsthalle Würth à Schwäbisch Hall


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Site larousse.fr

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

en allemand 
  • (de) Hans Holbeins Madonna im Städel. Der Bürgermeister, sein Maler und seine Familie. Exhibit Catalog, Petersberg, 2004, ISBN 3-937251-24-3.
  • (de) Oskar Bätschmann, Pascal Griener, Hans Holbein d. J. Die Darmstädter Madonna. Original gegen Fälschung, Fischer, Francfort-sur-le-Main 1998.
  • (de) Christl Auge, Zur Deutung der Darmstädter Madonna, Lang, Francfort-sur-le-Main, 1993.
  • (de) Günther Grundmann: Die Darmstädter Madonna, Eduard Roether, Darmstadt 1959.
  • (de) Theodor Gaedertz: Hans Holbein der Jüngere und seine Madonna des Bürgermeisters Meyer. Mit den Abbildungen der Darmstädter und der Dresdener Madonna, Bolhoevener, Lübeck 1872.
  • (de) Gustav Theodor Fechner: Ueber die Aechtheitsfrage der Holbein’schen Madonna: Discussion und Acten, Breitkopf & Härtel, Leipzig, 1871.
  • (de) Dr Georg Haupt, Der Darmstadter Museumsstreit. Eine Verteidigungsschrift, Jena, Diederichs, 1904.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :