La Vie et rien d'autre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Vie et rien d'autre

Réalisation Bertrand Tavernier
Scénario Bertrand Tavernier
Jean Cosmos
Acteurs principaux
Sociétés de production Hachette Première
AB Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame, guerre
Sortie 1989
Durée 135

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Vie et rien d'autre est un film français de Bertrand Tavernier, sorti le 6 septembre 1989.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1920, deux ans après la fin de la Première Guerre mondiale, le commandant Dellaplane (Philippe Noiret) est chargé de recenser les soldats disparus. Il rencontrera sur son chemin deux femmes :

  • Irène, une dame du monde exigeante (Sabine Azéma) arrivant dans sa limousine cherchant son mari disparu ;
  • Alice, une jeune femme (Pascale Vignal) cherchant son amoureux.

Pour raisons de déontologie, il s'oppose à sa hiérarchie lorsqu'elle lui ordonne de procéder à la recherche de la dépouille du poilu qui sera le soldat inconnu sous l'Arc de triomphe. Bien que troublé par le charme froid d'Irène qui n'arrête pas de croiser sa route, il poursuit sa tâche et va bientôt comprendre pourquoi Alice et elle, après un long parcours à la recherche de leurs hommes, vont se retrouver près d'un tunnel effondré où est enseveli un train sanitaire disparu. La vérité va bientôt lui apparaître, étrange et dure comme la vie, comme la guerre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Philippe Noiret possédait un domaine à Turcy sur la commune de Montréal dans l'Aude, c'est là que fut tournée la fin du film[1].

La scène de la sélection du cercueil du soldat inconnu a été minutieusement reconstituée à l'identique, dialogues compris. (une seule petite erreur, musicale, la sonnerie aux morts date de 1931)

Une histoire en 3 récits qui fonctionnent en même temps[modifier | modifier le code]

  • Le point de départ est une préface d’un livre de Didier Daeninckx qui parlait du nombre de disparus de la Grande Guerre. 350 000 disparus ! Tavernier s’est posé la question : qu’est ce qu’un disparu ? et est-ce que ça se retrouve, un disparu ? Si on faisant une histoire sur des gens qui cherchent des disparus. C’était aussi savoir comment on avait trouvé le soldat inconnu qu’on avait mis sous l’Arc de Triomphe. Tavernier est aller voir Jean Cosmos qui avait travaillé sur ce sujet pour la télévision. Que doit faire quelqu’un qui veut retrouver son mari, son frère… Quelles sont les procédures ? Services des Sépultures militaires : chercher à travers les objets personnels. Tout le monde cherche quelque chose.
  • À partir de là est né le personnage qui essaie de faire bien son travail. Il va déranger. Faire apparaître des massacres et il va préserver une mémoire qu’on veut oublier. Les politiques et les militaires car ils ont été responsables. On ne veut pas écouter ses vérités. On veut dissimuler la réalité et l’Histoire derrière le soldat inconnu. “ Ils ont fait massacrer des millions d’hommes et on ne va plus penser qu’à un seul. ” La politique reprend sa place contre les affaires strictement militaires.
  • Une France qui se reconstruit après la guerre avec des gens qui réapprennent à vivre et à aimer. Le sujet n’intéressait personne et certains étaient effrayés. Pendant le Conseil d'Administration d’Hachette, un des PDG a proposé à Tavernier de racheter la totalité de son salaire pour qu’il stoppe le film. Il a essayé d’expliquer que ce n’était pas un film sur la mort mais sur la vie. C’est un film sur l’apprentissage de la paix et sur la mémoire de certains événements. "Si la Terre a plus de mémoire que les hommes, la civilisation est condamnée" dira Bertrand Tavernier.
  1. Philippe Noiret, Mémoire cavalière, Robert Laffont,‎ 2007 (ISBN 978-2-221-10793-5), p. 373.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]