La Vallée des castors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Vallée des castors

Titre original Beaver Valley
Réalisation James Algar
Scénario Winston Hibler
Lawrence Edward Watkin
Pays d’origine États-Unis
Sortie 1950
Durée 32 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Vallée des castors (Beaver Valley) est un film américain réalisé par James Algar, sorti en 1950.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Origine et production[modifier | modifier le code]

Lors d'un voyage en août 1948 en Alaska[1], Walt rencontre Alfred Milotte, propriétaire d'un magasin d'appareils photos et sa femme institutrice Elma[2]. Ils engagent une discussion sur les documentaires consacrés à l'Alaska dont le résultat sera le poste de photographe sur la série de documentaires animaliers True-Life Adventures. Le premier épisode est L'Île aux phoques (On Seal Island) sorti en décembre 1948[1], suivi par La Vallée des castors durant l'été 1950. Plusieurs courts métrages sont réalisés dans cette série grâce à des séquences tournées par des naturalistes photographes[3].

Sortie au cinéma et accueil du public[modifier | modifier le code]

La Vallée des castors comme tous les moyens métrages de la série True-Life Adventures, d'une durée d'environ 30 minutes chacun, a été diffusé au cinéma conjointement à un long métrage du studio[4].

Ce documentaire a été diffusé à la télévision dans l'épisode Cameras in Africa / Beaver Valley de l'émission Walt Disney Presents sur ABC le 29 décembre 1954 avec un autre documentaire Lions d'Afrique (1955)[5]. Plusieurs documentaires de la série True Life Adventures ont été diffusé dans l'émission durant sa première année au coté de compilation de courts métrages d'animation de Mickey Mouse, Donald Duck, Dingo ou Pluto[6].

Analyse[modifier | modifier le code]

Steven Watts écrit que la série dispense souvent des réprimandes fortes au sujet de l'impact de l'homme sur la nature avant de conclure sur un ton optimiste[7]. Dans La Vallée des castors, le film est une chronique de la vie besogneuse d'un castor avec la construction du barrage pour créer un étang source de nourriture, entourant la maison du castor et protection contre les dangers[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Dave Smith & Steven Clark, Walt Disney : 100 ans de magie, p. 62
  2. (en) Richard Schickel, The Disney Version, p. 284
  3. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 113.
  4. (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 304
  5. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 357.
  6. (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 365
  7. a et b (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 305

Lien externe[modifier | modifier le code]