La Vagabonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Vagabonde
Auteur Colette
Genre Roman
Pays d'origine Drapeau de la France France
Éditeur P. Ollendorff
Date de parution 1910
Nombre de pages 314

La Vagabonde (publié également sous le titre Audrey, la vagabonde) est un roman écrit par Colette, paru en France en 1910.

Historique[modifier | modifier le code]

Colette utilisa largement son expérience personnelle dans ce roman, aussi bien dans la description à peine déguisée de son union malheureuse avec l'écrivain Henri Gauthier-Villars (dit Willy), que dans les nombreuses références à l'univers du Music-Hall, où elle travailla plusieurs années après son divorce. Colette reprit plus tard le personnage de Renée Néré dans L'Entrave. Les illustrations ont été réalisée par Charles Emmanuel Jodelet.

Le roman est en lice pour le prix Goncourt qui sera finalement décerné à De Goupil à Margot de Louis Pergaud[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Depuis son désastreux divorce, Renée Néré est devenue une femme "qui a mal tourné". Autrefois épouse d'un peintre reconnu, elle fait désormais du théâtre et du Caf' Conc' pour vivre, et a rompu les ponts avec son ancienne vie. Dégoûtée de l'amour, elle vit seule sereinement, avec la compagnie de sa chienne Fossette, et consacre son temps libre à l'écriture. Jusqu'au jour où un admirateur plus tenace que les autres touche son cœur : Max est jeune, beau, riche, sûr de lui...quelle tentation pour Renée ! Mais une fois passés les premiers moments de passion, celle-ci réalise qu'elle n'est pas prête à abandonner son indépendance pour cet homme, et rompt cette liaison tout juste esquissée.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma
Au théâtre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Du côté de chez Drouant : Le Goncourt de 1903 à 1921 émission de Pierre Assouline sur France Culture le 27 juillet 2013.