La Vérité sur l'affaire Harry Quebert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Vérité sur l’affaire Harry Quebert
Auteur Joël Dicker
Genre Roman
Pays d'origine Drapeau de la Suisse Suisse
Éditeur Éditions de Fallois / L’Âge d’Homme
Collection Littérature
Date de parution 19 septembre 2012
Nombre de pages 670
ISBN 978-2877068161

La Vérité sur l’affaire Harry Quebert est un roman de Joël Dicker paru le 19 septembre 2012 aux éditions de Fallois-L'Âge d'Homme et ayant reçu la même année le Grand prix du roman de l'Académie française et le prix Goncourt des lycéens.

Historique du roman[modifier | modifier le code]

Ce roman de Joël Dicker a été présélectionné dans la première liste des 12 romans en lice pour le prix Goncourt 2012[1] (puis dans les listes réduites à huit et à quatre romans[2]), ainsi que pour le prix Interallié[3].

Le 25 octobre 2012, le roman remporte le Grand prix du roman de l'Académie française[4]. Le 7 novembre 2012, le roman arrive en troisième position des choix des jurés du prix Goncourt avec deux voix au deuxième tour de scrutin derrière Le Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari (cinq voix) et Peste et Choléra de Patrick Deville (quatre voix)[5]. Il reçoit toutefois le 15 novembre 2012 le prix Goncourt des lycéens[6].

Résumé[modifier | modifier le code]

À la fin du mois d’août 1975, Nola Kellergan, âgée de 15 ans, disparaît mystérieusement du village d’Aurora, dans le New Hampshire. Une vieille dame, qui a vu un homme poursuivre la jeune fille dans la forêt entourant la ville, se fait tuer quelques minutes plus tard. L’affaire est classée sans suite, vu le peu d’indices et de pistes.

À New York en 2008, Marcus Goldman est un jeune écrivain à qui son premier roman vient de faire connaître le succès. Gloire éphémère toutefois, car son éditeur exige un nouveau livre et le menace d’un terrible procès s’il n’écrit rien dans les délais. Marcus, en mal d’inspiration, va se ressourcer dans le New Hampshire chez son vieil ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, lui aussi auteur d’un best-seller intitulé Les Origines du mal, dont le succès lui a permis de s’installer à Aurora où il avait écrit ce fameux roman. Marcus, toujours atteint du syndrome de la page blanche, doit repartir pour New York sans avoir écrit. Quelques jours plus tard, un coup de téléphone bouleverse sa vie : Quebert vient d’être arrêté par la police ! Sur sa propriété, on a retrouvé, enterré, un squelette qui ne s’avère être que celui de Nola Kellergan, disparue trente-trois ans plus tôt. Qui plus est, on retrouve avec elle le manuscrit du best-seller de Quebert !

Convaincu de l’innocence de son ami, Marcus décide de lui venir en aide en cherchant à comprendre ce qui s’est passé, trente-trois ans plus tôt, dans cette petite ville du New Hampshire, probablement moins tranquille qu’on n’aurait pu l’imaginer.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Ventes[modifier | modifier le code]

Au 4 novembre 2013, le livre se serait vendu à 85 000 exemplaires en Suisse et 650 000 en France. En comptant les traductions, Joël Dicker aurait vendu plus d'un million et demi d’exemplaires de son roman[7].

Éditions[modifier | modifier le code]

Éditions imprimées
Livre audio

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Douze romans présélectionnés pour le prix Goncourt 2012 dans Le Monde du 4 septembre 2012.
  2. Les quatre finalistes pour le Goncourt dépêche AFP sur le site du Figaro le 30 octobre 2012.
  3. Prix Interallié : le jury dévoile sa sélection dans Le Figaro du 29 septembre 2012.
  4. Grand Prix du Roman 2012 sur le site de l'Académie française.
  5. Jérôme Ferrari, un bolide pour le prix Goncourt dans Paris Match du 7 novembre 2012.
  6. Joël Dicker, prix Goncourt des lycéens dans Le Figaro du 15 novembre 2012.
  7. Jade Albasini, « La bataille des petits éditeurs romands », Largeur.com, 4 novembre 2013 [lire en ligne (page consultée le 22 novembre 2013)]