La Tempête du siècle (mini-série)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Tempête du siècle)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tempête du siècle.

La Tempête du siècle

Titre original Storm of the Century
Genre Thriller
Création Stephen King
Production Robert F. Phillips
Mark Carliner
Acteurs principaux Colm Feore
Timothy Daly
Debrah Farentino
Musique Gary Chang
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine ABC
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 3
Durée 257 minutes
Diff. originale 14 février 199918 février 1999

La Tempête du siècle (Storm of the Century) est une mini-série américaine réalisée par Craig R. Baxley d'après un scénario original de Stephen King et diffusée pour la première fois en trois épisodes en 1999 sur la chaîne ABC. Le scénario écrit par King a été publié sous son format original un peu avant la première diffusion de la mini-série. L'histoire se déroule sur une petite île coupée du reste du monde par une terrible tempête et dont les habitants se trouvent confrontés à l'arrivée d'un mystérieux étranger qui semble tout savoir sur eux et les oblige à faire un choix cornélien.

Résumé[modifier | modifier le code]

Sur l'île de Little Tall, dans le Maine, un port insulaire pourtant paisible habituellement s'apprête à vivre ce que la météo décrit comme « la tempête du siècle ». Tout accès à l'île est impraticable en raison de ces terribles conditions climatiques et c'est dans ces circonstances qu'arrive André Linoge, un étranger menaçant qui semble tout savoir des habitants de l'île, y compris leurs secrets les plus inavouables, qu'il n'hésite pas à révéler. Après avoir tué la vieille Marthe Clarendon, Linoge est emprisonné par le shérif Mike Anderson mais, même enfermé, Linoge semble capable de commettre d'autres meurtres par personnes interposées ou de pousser certaines personnes au suicide par ses révélations. Linoge ne cesse de faire savoir qu'il partira dès qu'on lui aura donné ce qu'il est venu chercher, et les enfants semblent étrangement attirés par lui.

Linoge se révèle être en fait un démon et le shérif finit par accéder à sa demande d'organiser une réunion où les habitants pourront entendre ses exigences. Linoge veut en fait un héritier qui pourra continuer son travail car il n'est pas immortel, même s'il vit depuis plusieurs millénaires, et sa vie approche de son terme. Il désigne huit enfants qui conviennent à ses desseins et demande à ce que lui soit livré l'un des huit, insistant sur le fait que l'enfant sera bien traité, et qu'il ne peut pas en prendre un de force mais qu'il peut par contre tuer tous les habitants de l'île, comme il l'a fait pour la colonie de Roanoke. Après le départ de Linoge, un débat houleux oppose les habitants. Mike Anderson tente de convaincre tout le monde qu'il ne faut pas céder à l'exigence de Linoge mais ses arguments ne font pas le poids face à l'éventualité d'une mort prochaine pour tous les habitants, qui décident d'accepter.

Linoge organise un tirage au sort entre les huit enfants et c'est Ralph, le fils du shérif, qui est désigné. Linoge, prenant sa forme démoniaque, quitte alors la ville avec le garçon, au grand désespoir de Mike Anderson. La communauté de Little Tall tente de continuer à vivre normalement dans les années suivantes, avec un succès limité (plusieurs habitants se suicident ou ont des accidents en rapport avec l'affaire). Mike divorce de sa femme, qui avait voté pour qu'on donne un enfant à Linoge, et quitte l'île pour devenir marshal à San Francisco. Des années plus tard, il croise un vieil homme accompagné d'un adolescent, dans lequel il reconnaît son fils. Mike l'appelle mais, quand celui-ci se retourne, il lui montre les crocs, révélant qu'il n'a plus rien d'humain, avant de disparaître dans la foule avec Linoge.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : Version française sur Forum Doublage Francophone[2]

Production[modifier | modifier le code]

Stephen King a écrit le scénario entre décembre 1996 et février 1997. Il pensait tout d'abord en faire un roman mais, frappé par le potentiel visuel des scènes qu'il avait à l'esprit, il a décidé de le proposer en tant que scénario pour une mini-série aux dirigeants de la chaîne ABC et ces derniers ont tout de suite accepté l'idée[1]. Une fois le scénario terminé, il a fallu néanmoins ensuite six mois pour convaincre les responsables d'ABC d'entériner le projet. King a d'abord pensé à Mick Garris pour assurer la réalisation mais celui-ci n'était pas disponible et il a donc proposé le nom de Craig R. Baxley après avoir vu le téléfilm Code traque (Twilight Man)[3].

La mini-série a été tournée à Southwest Harbor, dans le Maine, Winnipeg et Toronto, au Canada, et San Francisco, pour l'épilogue[4]. Le tournage s'est déroulé de février à juin 1998 et a bénéficié d'un budget, important pour la télévision et pour l'époque, de 33 000 000 $[1].

Le scénario écrit par Stephen King a été publié aux éditions Pocket Books le 1er février 1999, et aux éditions Albin Michel, trois jours plus tard, pour la traduction française. L'île de Little Tall, où se déroule l'action, sert également de cadre au roman Dolores Claiborne.

Accueil[modifier | modifier le code]

La mini-série obtient 75 % de critiques favorables, avec une note moyenne de 6,4/10 et sur la base de 8 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[5]. Pour Caryn James, du New York Times, c'est une histoire très efficace, qui réserve quelques frissons, avec un « suspense maximum » au cours des deux premiers épisodes. Selon lui, le dernier tiers est trop bavard mais réserve un final fantastique. James loue enfin la subtile performance d'acteur de Colm Feore, dont le « regard impassible et la voix séductrice rendent ses paroles encore plus terrifiantes »[6]. Laura Fries, de Variety, estime qu'il s'agit d'un conte philosophique déguisé en histoire d'horreur qui pose d'intéressantes questions au point de vue moral, avec un casting de très bon niveau et une tension très présente[7]. Marc Toullec, de Mad Movies, évoque un « résultat parfaitement maîtrisé » qui est sans doute « le meilleur Stephen King télé »[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[8].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Emmy Award du meilleur montage sonore pour une mini-série, un téléfilm ou un programme spécial en 1999
  • Saturn Award du meilleur téléfilm en 2000
  • International Horror Guild Award de la meilleure présentation télévisée en 2000

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Stephen King, La Tempête du siècle, Le Livre de poche,‎ 2001 (ISBN 2-253-15133-5), p. 11-20
  2. « Fiche du doublage français du film » sur Forum Doublage Francophone, consulté le 2 mars 2014
  3. a et b Marc Toullec, « L'Enfant du diable », Mad Movies, no HS 22,‎ décembre 2013, p. 124-125
  4. (en) « Filming Locations for La Tempête du siècle », Internet Movie Database
  5. (en) « Storm of the Century », Rotten Tomatoes (consulté le 12 mars 2011)
  6. (en) Caryn James, « A Blizzard Blows Cold Horror Into a Maine Island », The New York Times (consulté le 15 mars 2011)
  7. (en) Laura Fries, « Stephen King's Storm of the Century », Variety (consulté le 15 mars 2011)
  8. (en) « Awards for La Tempête du siècle », Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]