La Stratégie Ender

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir La Stratégie Ender (film)
La Stratégie Ender
Auteur Orson Scott Card
Genre Roman
Science-fiction
Version originale
Titre original Ender's Game
Éditeur original Tor Books
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 1985
ISBN original 0-312-93208-1
Version française
Traducteur Daniel Lemoine
Lieu de parution Paris
Éditeur OPTA
Collection Club du livre d'anticipation
Date de parution 1986
Type de média Livre papier
Nombre de pages 460
ISBN 2-7201-0280-6
Série Cycle d'Ender
Chronologie
La Voix des morts Suivant

La Stratégie Ender (Ender's Game) est un roman de science-fiction de l'écrivain américain Orson Scott Card, publié en 1985, qui reprend et développe une nouvelle du même auteur publiée en 1977 dans le magazine Analog.

C'est son roman le plus célèbre. Il a reçu les prestigieux prix Nebula en 1985 et Hugo en 1986. Il possède une suite écrite un an après, La Voix des morts (également prix Nebula et Hugo), et fait partie du Cycle d'Ender.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans un avenir relativement lointain, l'espèce humaine mène une guerre totale et désespérée contre la seule espèce extraterrestre connue : les Doryphores, êtres intelligents ayant une forme et un mode de vie semblables à ceux des insectes. Les deux espèces disposent du voyage spatial mais sont limitées par les lois de la physique relativiste. À la suite d'une invasion avortée des Doryphores, l'Humanité découvre le moyen de communiquer instantanément d'un bout à l'autre de la galaxie. Dénommée ansible, cette technologie leur est incompréhensible mais utilisable. Bien que l'humanité ait acquis de nouvelles technologies inconnues de leurs adversaires, les Doryphores détiennent une supériorité numérique écrasante, vu leur implantation dans plus de 80 systèmes de la galaxie.

Pour tenter de renverser l'avantage, une école de guerre spatiale forme des enfants à devenir des officiers émérites. Les autorités, ayant déjà rejeté deux enfants supérieurement intelligents de la famille Wiggin, ont exigé la naissance exceptionnelle d'un troisième : Andrew, surnommé Ender par sa sœur Valentine (en anglais : « le dernier, celui qui termine (les choses) » : dans cette société, seuls deux enfants sont normalement autorisés par famille). À quatre ans, Ender est un garçon exceptionnel, doté d'une intelligence et d'une maturité hors du commun, mais il possède toutefois le don dangereux d'écraser ses adversaires.

Remarqué par le colonel Hyrum Graff, commandant de l'école de guerre, Ender y est enrôlé et gravit les échelons avec une rapidité stupéfiante : le roman suit son évolution dans l'école et ses progrès fulgurants en matière de commandement, stratégie et tactique, tout comme la façon dont il est manipulé par les autorités militaires. Ses frère et sœur aînés se consacrent pendant ce temps à des actions politiques.

Ce qu'Ender ignore, c'est qu'il est entièrement manipulé par le colonel afin de tirer le meilleur parti de son génie, pour réaliser un plan secret mis au point pour renverser le cours de la guerre. Peu à peu, une stratégie de la dernière chance se met en place autour de lui sans qu'il en ait conscience, bien qu'il en soit la clé : croyant s'entraîner sur un simulateur de combats spatiaux, il ignore que, grâce à l'ansible, il commande en fait une armée réelle lancée à l'assaut de la planète des Doryphores. C'est donc sans scrupules, comme dans un jeu, qu'il sacrifie ses vaisseaux et les équipages lorsque la stratégie l'impose. Acculé lors de la dernière bataille, qui paraît impossible à gagner, il décide de « tricher » dans le but d'être libéré de sa formation et fait exploser une planète qui s'avère en fait être le refuge ultime des Doryphores. Il donne ainsi la victoire finale à l'humanité, mais anéantit par là même une espèce entière, causant ainsi le premier « xénocide » de l'histoire humaine.

Son frère abhorré ayant accédé à la direction politique d'une faction sur Terre, Ender et sa sœur partent coloniser l'un des mondes désertés des Doryphores, où Ender découvre l’œuf fécondé d'une reine Doryphore laissé à son intention.

Analyse[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Ender, de son vrai nom Andrew Wiggin mais ainsi nommé par sa sœur, est un enfant aux talents exceptionnels, mais à la sensibilité exacerbée et doué d'un instinct de survie sur-développé. Il n'hésite pas à prendre des décisions terribles lorsque sa vie est menacée, ce qui l'amène à tuer deux enfants qui l'avaient agressé. Doté d'une intelligence et d'une maturité hors du commun, il se révèle vite un stratège de génie et un tacticien hors-pair. Avec l'équipe d'enfants qu'il dirige à l'école de guerre, il remporte tous les combats simulés et réels qu'on lui impose. Malgré son intelligence, il ne prend qu'à demi conscience des manipulations dont il est l'objet de la part du colonel Graff.
  • Valentine et Peter Wiggin sont la grande sœur et le grand frère d'Ender. Tout aussi exceptionnels que leur cadet, ils s'orientent vers des activités politiques. De caractères opposés, l'une est douce et sensible, l'autre violent et cruel, ils s'associent pourtant pour influer sur la vie politique de la planète en manipulant l'opinion publique à travers deux personnages virtuels, Démosthène et Locke, officiellement opposés.
  • Hyrum Graff, colonel et commandant de l'école de guerre, cynique et désabusé mais tout acquis à son devoir, suit Ender tout au long de son parcours. Dans le cadre d'un plan secret de la dernière chance mis au point pour obtenir la victoire, il manipule le garçon pour mettre le plus à profit son génie. Il joue sur sa sensibilité, son sens de la justice et son instinct de conservation.
  • Bean, de son vrai nom Julian Delphiki, est le soldat le plus intelligent d'Ender dans l'armée d'entraînement qu'il dirige à l'école de guerre. Enfant exceptionnel, il est le personnage principal du roman parallèle que Orson Scott Card a écrit bien après, intitulé La Stratégie de l'ombre, et qui raconte la même histoire, mais de son point de vue. Bean est aussi le héros de La Saga des ombres.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Stratégie Ender.

Summit Entertainment a acquis le 28 avril 2011 les droits d'adaptation du roman[1] et le film est sorti le 6 novembre 2013 en France[2].

Autres adaptations[modifier | modifier le code]

  • Un projet de jeu vidéo tiré de l'univers de la série avait été annoncé, puis finalement annulé.
  • Le livre a été adapté sous forme de bande dessinée pour Marvel comics[3].

Un classique de la science-fiction[modifier | modifier le code]

Ce roman est considéré comme un classique de la science-fiction dans les ouvrages de références suivants :

  • Enquête du Fanzine Carnage mondain auprès de ses lecteurs, 1989 ;
  • Lorris Murail, Les Maîtres de la science-fiction, Bordas, coll. « Compacts », 1993 ;
  • Stan Barets, Le science-fictionnaire, Denoël, coll. « Présence du futur », 1994 ;
  • Bibliothèque idéale du webzine Cafard cosmique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le Cycle d'Ender[modifier | modifier le code]

Éditions françaises[modifier | modifier le code]

La nouvelle d'origine

Le roman

Articles connexes[modifier | modifier le code]