La Sorcellerie à travers les âges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Sorcellerie à travers les âges (Häxan) est un film dano-suédois réalisé par Benjamin Christensen, sorti en 1922. Christensen s'inspire en partie de ses études du Malleus Maleficarum, ouvrage allemand du XVe siècle décrivant les méthodes de la chasse aux sorcières pour les membres de l'inquisition. Le film analyse la manière dont les superstitions ainsi que l'incompréhension des maladies et pathologies mentales peuvent mener à l'hystérie de la chasse aux sorcières.
Le film fut réalisé sur un mode documentaire mais contient de nombreuses scènes de fiction comparables aux films d'horreur traditionnels. Du fait du soin méticuleux de Christensen pour recréer des scènes médiévales et de l'importante durée de la production, Häxan fut le film muet scandinave le plus onéreux jamais réalisé (un coût estimé à près de 2 millions de couronnes suédoises).

Bien qu'il trouvât une reconnaissance au Danemark et en Suède, le film fut banni aux États-Unis et fortement censuré dans d'autres pays pour ses nombreuses séquences impliquant (pourtant assez sagement) des représentations de torture, de la nudité et ce qui fut considéré à l'époque comme des perversions sexuelles.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Présenté à la manière d'une conférence, Häxan est un essai filmique sur le sujet de la sorcellerie, de l'antiquité à une période contemporaine du film (1922).

De ses origines les plus primitives à sa représentation classique dans le monde moyenâgeux, la sorcellerie est ici portraiturée avec soin dans un inventaire tant d'illustrations tirées d'ouvrages médiévaux que de reconstitutions filmiques que le réalisateur s'acharne à présenter aussi détaillées que possibles, ne négligeant aucun détail sinistre ou étrange.

Du sabbat des sorcières aux interrogatoires cruels de l'inquisition, les illustrations classiques prennent vie tour à tour dans des visions spectrales inquiétantes usant de tous les effets spéciaux disponibles à l'époque (surimpressions, maquettes, jump cuts, stop motion, maquillages et prothèses) présentant les sorcières comme autant de personnages surréalistes, à des visions plus volontairement "documentaires" prenant volontiers le parti des sorcières comme victimes d'un monde hystérique et pervers.

Le dernier segment s'achève par un parallèle entre la sorcellerie médiévale et les traitements (tant en asile que dans la société) réservés aux femmes souffrants de diverses pathologies mentales à l'époque où le film fut réalisé.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Plusieurs versions du film existent, alternativement noir et blanc ou colorisées, plus longues ou plus concises et disposant (comme cela est souvent le cas avec les films muets) d'une pluralité de bande sons ne reflétant pas nécessairement l'esprit des partitions d'époque.

Potemkine films et Agnès B DVD (2011) proposent un coffret offrant 3 versions du film.

La première n'est autre qu'une restauration de l’œuvre originelle de 87 minutes, format 1.33 (4:3), teintée(monochrome) accompagnée d'une bande son de 2006 interprétée par le Bulgarian Chamber Orchestra et composée par Bardi Johannsson (leader du groupe islandais Bang Gang).

La seconde version, 4:3, noir et blanc date de 1968. Cette version concise de 76 minutes adopte un montage plus rapide et supprime l'intégralité des cartons du narrateur (pas ceux des personnages inclus dans la diégèse) pour y substituer la voix du fameux écrivain William S. Burroughs. Considérablement plus "moderne" que les autres versions elle tente un décalage certain avec le ton de l’œuvre en y plaquant les airs légèrement "jazzy" d'une composition de Jean-Luc Ponty, un choix discutable mais qui ne manque pas de souligner l'étrangeté de l'ensemble.

La dernière version, 4:3, teintée, accompagnée d'une bande son de Matti Bye propose un montage de 104 minutes. Plus posé notamment dans ses descriptions conférentielles. Cette ultime version fait figure d'intégrale et s'adresse essentiellement aux collectionneurs.

Il est à noter la présence du réalisateur et scénariste Benjamin Christensen au sein même du film dans le rôle (mémorable) du diable.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]