La Sauve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Sauve, commune du département du Gard.
La Sauve
Le village vu depuis la tour de l'abbaye
Le village vu depuis la tour de l'abbaye
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement de Bordeaux
Canton L'Entre-deux-Mers
Intercommunalité Communauté de communes du Créonnais
Maire
Mandat
Alain Boizard
2014-2020
Code postal 33670
Code commune 33505
Démographie
Gentilé Sauvois
Population
municipale
1 423 hab. (2012)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 46′ 13″ N 0° 18′ 38″ O / 44.7703, -0.31055555555644° 46′ 13″ Nord 0° 18′ 38″ Ouest / 44.7703, -0.310555555556  
Altitude Min. 52 m – Max. 118 m
Superficie 18,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
La Sauve

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
La Sauve

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Sauve

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Sauve
Liens
Site web www.lasauvemajeure.com/site.htm

La Sauve est une commune française située dans le département de la Gironde, en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bastide située dans l'aire urbaine de Bordeaux, dans l'Entre-deux-Mers, sur la route nationale 671 entre Sallebœuf et Sauveterre-de-Guyenne, à la source du Gestas.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Camiac-et-Saint-Denis au nord-nord-est, Espiet au nord-est, Saint-Léon à l'est, Targon au sud-est, Capian au sud-sud-est, Haux au sud-ouest, Créon à l'ouest et Cursan au nord-ouest.

Communes limitrophes de Capian
Cursan                Camiac-et-Saint-Denis Espiet
Créon Capian Saint-Léon
Haux Capian                Targon

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune a pour origine le mot latin sylva qui signifie « forêt »[1] ; le nom de l'abbaye dite de La Sauve Majeure vient du latin sylva major qui signifie « grande forêt ».

En occitan, le nom de la commune est La Sauva.

Ses habitants sont appelés les Sauvois[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La cité était, au Moyen Âge, la capitale de l'Entre-deux-Mers. L'abbaye, fondée par saint Gérard, récoltait alors les impôts prélevés lors des passages sur les ponts de la Garonne et de la Dordogne, les taxes imposées aux habitants qui étaient sous sa suzeraineté, les marchands lui versaient des droits divers (péages, etc.). À cette époque, la ville comptait plus d'une trentaine de boucheries (ce qui témoigne de son importance).

À la Révolution, la paroisse Saint-Pierre de La Sauve forme la commune de La Sauve[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie (juin 2013)
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1988 mars 2014 Alain Terraza    
mars 2014 en cours Alain Boizard    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 423 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
915 813 799 815 809 752 839 912 931
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 066 869 902 885 1 022 1 059 996 930 961
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
917 950 869 838 790 820 805 763 751
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
793 857 843 1 004 1 100 1 213 1 333 1 364 1 417
2012 - - - - - - - -
1 423 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Sauve Majeure sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 11 janvier 2015.
  2. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 30 octobre 2011.
  3. Historique des communes, p. 62, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 8 juillet 2013.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.
  6. « Classement MH de l'abbaye », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Jacques Gardelles, Aquitaine gothique, pp. 193-194 - Picard - Paris - 1992 - ISBN 2-7084-0421-0
  8. « Classement MH de l'église Saint-Pierre », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. La Sauve Majeure - Patrimoine communal