La Route de Los Angeles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Route de Los Angeles est un roman américain de John Fante. Si sa rédaction débute en 1933, il ne sera publié que de façon posthume en 1985, en raison de son contenu jugé trop provocant dans les années 1930.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Arturo Bandini vit avec sa mère et sa sœur. Vivant de petits boulots qui ne l'intéressent pas, rêvant de femmes sur papier glacé, il va tenter de trouver sa voie : devenir écrivain. Il écrit en parallèle de son travail à la conserverie de poisson, où il subit des moqueries. Sans cesse au bout de son imagination, qu'il étire comme un fil, Bandini se fond dans ses fantasmes et décide de suivre sa voie.

Thèmes[modifier | modifier le code]

De par ses expériences et sa vie qu'il tente de faire changer, John Fante semble avoir sa place en tant que précurseur du mouvement beat. La route de Los Angeles, c'est l'écriture d'un "je" qui se cherche, tente de se trouver dans le départ d'une nouvelle carrière et destination. Un "je" qui prend de la distance avec lui-même en jouant sur son style tout au long du livre, un "je" qui ne se résout pas à la fatalité. Pourtant, si les héros de la Beat Generation fuient l'ordre établi et l'American way of life, Arturo Bandini, né aux États-Unis de parents immigrés, cherche maladroitement à y trouver sa place.

Place dans l'œuvre de Fante[modifier | modifier le code]

Premier roman écrit par Fante, La Route de Los Angeles est pourtant la dernière publication signée de l'auteur, parue à titre posthume en 1985. L'ouvrage fait partie de la quadralogie de romans où Fante fait évoluer son double, Arturo Bandini. Dans la chronologie, il se situe après Bandini qui relate l'enfance du héros et avant Demande à la poussière où Arturo Bandini vit à Los Angeles ses débuts d'écrivain.