La Richardais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Richardais
Mairie de La Richardais
Mairie de La Richardais
Blason de La Richardais
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Dinard
Intercommunalité Communauté de communes de la Côte d'Émeraude
Maire
Mandat
Jean-Luc Ohier
2013-2014
Code postal 35780
Code commune 35241
Démographie
Gentilé Richardaisien
Population
municipale
2 381 hab. (2011)
Densité 758 hab./km2
Population
aire urbaine
31 638 hab. (2010[1])
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 26″ N 2° 02′ 02″ O / 48.6072222222, -2.03388888889 ()48° 36′ 26″ Nord 2° 02′ 02″ Ouest / 48.6072222222, -2.03388888889 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 55 m
Superficie 3,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
La Richardais

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
La Richardais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Richardais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Richardais
Liens
Site web www.ville-larichardais.fr

La Richardais est une commune française, située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Port de La Richardais

La commune est située sur la rive gauche de l'estuaire de la Rance, immédiatement en amont de son embouchure.

La commune est fortement urbanisée et elle appartient à l'unité urbaine de Dinard qui comptait 25 006 habitants en 1999[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, La Richardais était une trève de Pleurtuit ; trève érigée en paroisse en 1848 puis en commune par la loi du 27 décembre 1880.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1881 janvier 1897 Pierre Couvert    
janvier 1897 mai 1908 Louis Tranchemer    
mai 1908 mai 1925 Charles Durand    
mai 1925 mai 1929 Louis Faucillon    
mai 1929 mai 1935 Charles Durand    
mai 1935 mai 1953 Jules Duhoux    
mai 1953 mars 1965 Pierre de Bénouville    
mars 1965 novembre 1967 Pierre Langlais    
novembre 1967 mars 1977 Joseph Tahier    
mars 1977 avril 1998 Antoine Launay PS Conseiller général (1988-2004)
avril 1998 mars 2008 Alain Caresmel[4] PS  
mars 2008 mars 2013 Serge Brindejonc[5]    
avril 2013 en cours Jean-Luc Ohier    
Les données manquantes sont à compléter.

En 1881 ont lieu les premières élections municipales avec 220 personnes inscrites pour 157 votants. Cette élection a eu lieu hors période de pêche morutière, contrairement à toutes les autres élections, réduisant ainsi le nombre de votants. Le 1er conseil municipal prend place le 23 janvier 1881. Pierre Coudert (constructeur de bateaux) est désigné maire, il sera régulièrement réélu jusqu'à sa mort en 1896. Il cumulait cette fonction avec celui de secrétaire de mairie. Jules Tranchemer (constructeur de bateaux) a été désigné comme adjoint.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 381 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1881. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
946 959 908 895 865 879 882 792 819
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
859 829 788 775 994 972 1 222 1 381 1 801
1999 2004 2006 2009 2011 - - - -
2 120 2 189 2 247 2 367 2 381 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Barrage de la Rance vu du ciel
  • L'usine marémotrice de la Rance est le monument le plus connu de la commune, même si le barrage en lui-même est partagé avec la commune de Saint-Malo. Les installations de production d'électricité sont situées sur la rive gauche du fleuve, sur la commune de La Richardais.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Jean Langlais (1907-1991), compositeur et organiste français, possédait une maison de vacances à La Richardais. Une rue de la commune lui est dédiée.
  • Pierre Manoli (1927-2001), sculpteur ayant habité à la Richardais à partir de 1975 et jusqu'à sa mort. Un musée, "Manoli Musée et Jardin de sculptures", expose prês de 300 de ses œuvres dans son ancien lieu de vie et de création.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Grégory Moricel, Érection et développement d'une commune en Ille-et-Vilaine, l'exemple de La Richardais, 1830-1881, Rennes, 2004, (Archives d'I&V - Mémoire 2 J 1011).
  • Maurice Aubrée, Histoire d'une commune en pays malouin, livre édité en 1996 par Les Mouettes à Dinard. Ce livre parle des origines de La Richardais jusqu'à l'évacuation de ses habitants avant sa destruction partielle en Août 1944.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :