La Potion magique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Potion magique
Saison 6
Épisode no 10

Titre original Grampa vs. Sexual Inadequacy
Titre québécois Le Tonique
Code de production 2F07
1re diffusion aux É.-U. 4 décembre 1994
1re diffusion en France 14 octobre 1995
Tableau noir Mes devoirs ne m'ont pas été volés par un manchot
Gag du canapé Les Simpson courent le long de la pièce et sont toujours devant le canapé.
Scénariste Bill Oakley & Josh Weinstein
Réalisateur Wesley Archer
Chronologie
Précédent Pervers Homer La Peur de l'avion Suivant
Listes
Liste des épisodes de la saison 6
Liste des épisodes des Simpson

La Potion magique (en France) ou Le Tonique (au Québec) (Grampa vs. Sexual Inadequacy) est le 10e épisode de la saison 6 de la série télévisée d'animation Les Simpson.

L’épisode aborde audacieusement (en 1994) des thèmes sociaux comme la sexualité conjugale (et ses défaillances) , le planning familial, l’éducation des enfants (doit-on tout leur dire ?). De plus on y voit (plus de 10 ans avant que le concept ne soit répandu par la fameuse série télévisée) quelques maîtresses de maison (house-wives) séduisantes dans leur intimité, presque nues, ou en déshabillé affriolant : Marge, Mme Hibbert — et une ville entière saisie de frénésie sexuelle. D’ailleurs l’épisode, qui reçut à sa sortie un score flatteur de 9,5 sur l’échelle de Nielsen figura ensuite sur un DVD sorti en 1999 : The Simpsons – Too hot for TV (« Les Simpson : Trop chaud pour la TV »).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Homer a des problèmes sexuels avec Marge. Abraham lui concocte donc une potion aphrodisiaque dont il a le secret.

Homer et Abraham partent à travers les États-Unis pour vendre la potion magique. Mais Homer décide d'arrêter car Abraham l'énerve trop. Alors qu'il allait bientôt rentrer à Springfield, Abraham montre à Homer la ferme où ce dernier avait vécu étant enfant mais cela aggrave encore plus les choses entre eux. Abraham révèle alors la vérité à son fils : il n'a jamais voulu qu'Homer naisse ! Homer décide alors de ne plus jamais parler à son père. Mais finalement, les deux hommes se réconcilient après avoir mis le feu à la ferme.

Pendant ce temps, les enfants ne comprennent pas pourquoi les adultes n'arrêtent pas de s'enfermer dans leur chambre ; ils craignent un complot extraterrestre et deviennent complètement paranoïaques.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

  • Westerns : La grand-rue déserte de Springfield ressemble à celle des villages de westerns (Le train sifflera trois fois, Le Dernier Train de Gun Hill, L'Homme qui tua Liberty Valance, Il était une fois dans l'Ouest, etc.) lorsqu’elle est vidée par la peur. Mais ici c'est parce que tous les adultes sont au lit...
  • Librairie (voir l’article de WP english  : en:List of fictional books from non-print media) : Homer et Marge vont chercher de la documentation à la librairie, et s’arrêtent devant le rayon Sexologie, qui contient les livres (fictifs) suivants  : Bordello Repair (Cohue au lupanar) ; le gros traité de Sexologie de Robert Bork (en fait, Bork fut un juriste fameux) ; How to seduce your lousy, lazy husband (Comment séduire votre sale flemmard de mari) ; Kosher erotic cakes (Gateaux érotiques kasher). Quand leurs enfants les surprennent devant le rayon, Marge prétend être intéressée par un livre sur les tanks allemands, et Homer par un volume qu’il a pris lui aussi au hasard. Mais il le lâche avec un cri d’horreur en réalisant que c’est un recueil de photographies de nus masculins de Robert Mapplethorpe. Bart a choisi, lui, un livre dénonçant un complot pour cacher la vérité sur les OVNIs (Unidentified Flying Outrage !) et Lisa a trouvé 2 ouvrages « passionnants » : une biographie de Peter Ueberroth et le livre de Al Gore (dès l’encaissement électronique, le vice-président est immédiatement averti qu’un exemplaire de son livre a enfin été acheté, et il fête l’événement discrètement)
  • Erotisme : finalement les parents Simpson ont choisi d’acheter Mme et M. Américain-Erotique, le livre audio de Paul Harvey ( 1918-2009; fameux présentateur de nouvelles sur ABC Radio ; équivalent aux USA de Léon Zitrone en France). Ils écoutent tout d’abord le 1er conseil et suivent l’exemple de Ike (Dwight David Eisenhower, président des USA de 1953 à 1961) et de son épouse Mamie : ils prennent un bain ensemble, avant. Mais les Simpson se retrouvent coincés dans leur baignoire (trop petite), dans le noir (la bougie parfumée a été éteinte par le jet d’eau sorti d’un robinet arraché) et réduits à appeler les enfants à leur secours.

La cassette leur conseille ensuite de passer un week-end en amoureux dans un confortable hôtel de charme. Ils se rendent dans une de ces hostelleries au décor kitch (inspirée ici, selon WP en, de la Madonna Inn, près de San Luis Obispo, Californie), mais la seule chambre disponible est la buanderie. Sur le chemin du retour, Homer jette la cassette par la fenêtre, puis fait marche-arrière et roule plusieurs fois dessus pour bien l’écraser.

Les Simpson sont rentrés chez eux, frustrés, et Marge a filé dans sa chambre. Grand-Pa suit Homer dans l’escalier en lui demandant ce qui ne va pas chez sa femme (cf Wikiquote) :"La grippe ? – Non ! – Manque de protéines ? – Non ! - Pneumonoultramicroscopicsilicovolcanoconiosis (silicose) ? – Non ! – ça cloche au niveau sexuel ? – N…Oui! Oh je t'en prie toi tu prononce pas ce mot-là ! – Quoi ? SEXUEL ? Pourquoi ça te débecte d'entendre ton vieux de parler de sexe ? … J'ai eu une vie SEXUELLE !-Beuuhh...Mais quand Abe, qui a versé dans son lavabo le contenu des flacons de son armoire de toilette, remplit une bouteille de cet élixir de virilité et la lui lance en criant  : "Voilà pour toi, 'spèce d'ingrat ! Et tu penseras à moi quant t'envoieras en l'air comme une bête !", Homer l'avale... Puis, transformé, il fonce chez lui, débranche la TV, chasse les enfants, prend Marge dans ses bras et la monte dans leur chambre...Cependant, au cinéma, les enfants Simpson voient innocemment des documentaires où abondent les symboles érotiques : train entrant à pleine vapeur dans un tunnel, saucisses (comme le hot-dog dans Grease) défilant sur un tapis roulant... Chez les Simpson, après une folle nuit, pendant que dans le jardin voisin les Flanders essaient de récupérer le pantalon que Homer a jeté dans leur arbre (il a crié qu'il n'en aurait plus besoin), Marge, en déshabillé vaporeux, comblée et câline, s'approche félinement de Homer qui est en train de se raser. Elle lui caresse le visage, et, alors que le menton fraichement rasé de son mari bleuit instantanément (signe d'une puissante montée hormonale) , elle proclame qu'il ressemble à la fois à Paul Anka et à Robert Mitchum. Marge aurait pu citer aussi Clark Gable, spécialiste des scènes de salle de bain, et dans la foulée se comparer à Joan Crawford

  • Ovnis et théorie de la conspiration (selon WP en, pour Bill Oakley la croyance aux OVNIs est une étape de l’évolution psychologique des enfants) : affolés de voir tous les parents s’enfermer avant la tombée du jour, les enfants se réunissent dans la "maison-dans-l’arbre" de Bart et échafaudent des théories saugrenues, sous l’œil sarcastique de Lisa qui leur rappelle que la cause la plus simple doit être évoquée de préférence aux autres (théorie du rasoir d'Ockham)…
  • Milieu rural. Comme les Simpson père et fils ont bien vendu leur élixir en ville, ils en préparent une pleine baignoire, et vont prospecter l’Amérique profonde. Ils franchissent les limites d'un comté, signalé par un grand panneau publicitaire constellé de jus de chique : "Spittle County, home of the loogie" ("Comté du Crachat , berceau du mucus" ). Ils montent leur étal, Abe commence à bonimenter, et, pour essayer de vendre leur élixir aux gens du cru, fait appel à "un inconnu choisi au hasard dans la foule" : Homer. Mais le travail de compère de Homer est si mauvais que les paysans les chassent, puis, armés de faux, fourches et pétoires, se lancent à leur poursuite dans un vieux pick-up, sur l'air de banjo de Foggy Mountain Breakdown. Cette musique Blue grass est classiquement utilisée comme illustration d'épisodes de poursuite en milieu rural (comme dans le film Bonnie and Clyde), et la poursuite s’arrête d'ailleurs quand Homer pense à fermer la radio.

Les Simpson père et fils s’arrêtent ensuite devant leur ancienne ferme, un bâtiment abandonné qui (selon Wpen) ressemble à la ferme du film Flesh and Bone, évoque celle que les protagonistes de Les raisins de la colère abandonnent dans le dust-bowl de l'Oklahoma lors de la Grande Dépression, et rappelle sans doute à Bill Oakley (un des réalisateurs de l’épisode) sa jeunesse rurale.

La visite de leur ferme réveille chez les Simpson des souvenirs enfouis dans leur subconscient et ranime leur conflit oedipien. Ce sont aussi des raisons économiques qui ont obligé les Simpson à quitter la terre en 1963 : leurs vaches, comme ensorcelées, ne donnaient plus que du lait tourné; en fait, c'est le jeune Homer qui passait son temps à les effrayer. Devant le vieux poste de TV familial, Homer se souvient que, enfant, il avait admiré le président John F. Kennedy en train de répondre par une pirouette à des questions gênantes, puis qu'il était immédiatement allé affirmer à ses parents qu'il voulait devenir président. Mais Abe (sans doute préoccupé par leurs difficultés financières) l'avait sévèrement rabroué : "Toi ? Mais tu n'es qu'un bon à rien, mon fils ! ".

Aussi (plus de 30 ans plus tard) les Simpson, une fois remontés en voiture, se disputent-ils violemment, et des paroles impardonnables sont prononcées. Homer reproche à son père de ne lui avoir jamais donné la moindre marque d'amour, ni même d'estime - et Abe lui rétorque que sans son fameux élixir il n'aurait pas concu son fils, qu'il ne désirait pas d'enfant...Abe serre même la gorge de Homer, tout comme Homer le fait parfois à Bart....Homer abandonne son père sur le bord de la route.

Rentré chez lui, pour essayer de ne pas répêter avec ses enfants l'erreur de son père, Homer sur-compense et les étouffe sous les marques d'affection. Mais ses enfants mettent les choses au point : ils ont pris leur parti d'un Homer père absent, et préfèrent même qu'il les laisse tranquilles...Bart n'a-t-il pas toujours refusé, même bébé, et même quand son père l'étranglait, de l'appeler "papa", persistant à ne le nommer que "Homer" ? ...

  • Réconciliation : Homer et Abe, bourrelés de remords, retournent, chacun de leur côté, à la ferme. Homer retrouve dans un vieil album une photo jaunie qui le montre, enfant, à côté d'un père Noel, son père : il n'était donc pas un enfant mal-aimé. Mais il tient une allumette...Dans l'ancienne salle commune, Abe jette son élixir (à forte teneur en alcool) dans le feu de la grande cheminée : ce "tonifiant" a été cause de la dispute avec son fils. La vieille ferme s'embrase, et père et fils se réconcilient sur fond d'incendie cathartique.